publicité
Accueil du site > Actu > L’objet > Le téléviseur à écran plat
Article Abonné
3-07-2008
Mots clés
Consommation
Monde

Le téléviseur à écran plat

Taille texte
 
Avec les écrans plasma et à cristaux liquides, le cinéma est entré à la maison. Mais la fin du film risque d’être cruelle pour la planète.
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le magazine
"Tourisme de masse : stop ou encore ?"

Et pour regarder les Jeux olympiques, vous serez assis devant quoi ? Vous aussi, vous avez dit bye bye à votre vieux poste de télé et accueilli un écran plat au milieu du salon.

Il faut avouer que trouver un téléviseur à tube cathodique en rayons sera bientôt mission impossible. Vieux, moche, encombrant, le récepteur a été mis sur la touche par le « flat », l’écran plat moderne et design. Si fin qu’il est possible de l’accrocher au mur comme un tableau. La planète gagne-t-elle au change ?

« La réponse est nuancée », reconnaît Stéphane Le Pochat, ingénieur au département écoconception et consommation durable de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Ni tout noir, ni tout blanc, le bilan de l’écran plat n’est pas non plus coloré en vert.

« A taille égale, le plasma est, en phase d’utilisation, plus gourmand en énergie que la télévision à tube cathodique. Mais ce n’est pas le cas du LCD, l’écran à cristaux liquides, expose le spécialiste. Seulement, la mode est au gigantisme. Et l’augmentation de la taille des téléviseurs annihile ce gain en énergie. »

Côté fabricants, on admet volontiers que plus l’écran est grand, plus il consomme d’énergie. Mais selon Jean-Robert Marenco, directeur marketing chez Philips, les écrans disponibles sur le marché, d’une taille moyenne de 80 cm de diagonale, ne sont pas plus gourmands que les derniers téléviseurs à tube cathodique d’environ 65 cm.

D’autant plus que la marque, deuxième dans l’Hexagone avec 23 % de parts de marché derrière Samsung, a fait de la consommation d’énergie sa nouvelle marotte. « La génération LCD qui sort actuellement consommera trois fois moins d’énergie en mode veille. »

Dopé aux événements sportifs

Reste que le marché explose. Le Syndicat des industries de matériels audiovisuels électroniques (Simavelec) prévoit ainsi la commercialisation de presque 6 millions d’écrans plats dans l’Hexagone en 2008 (LCD dans 90 % des cas). Deux fois et demie plus qu’en 2006, pour un chiffre d’affaires supérieur à 4 milliards d’euros.

Championnat d’Europe de football, Jeux olympiques, l’année 2008 est musclée. Or les grands événements sportifs dopent les ventes. Par exemple, la Coupe du monde de rugby 2007 a motivé l’achat de 720 000 écrans en deux mois – août et septembre –, soit une croissance de 84% par rapport à la même période de 2006. L’écran plat a donc ouvert de nouvelles perspectives à l’industrie audiovisuelle. Car le taux d’équipement des ménages – environ 30 % à ce jour – lui laisse présager encore de bien belles années.

Mais le boom de ces bijoux de technologie s’accompagne d’effets nocifs. Outre-Manche, on a chiffré la consommation électrique des « flat ». Selon des travaux réalisés par des démocrates libéraux, une hausse de 6 % du marché en volume d’ici à 2010 entraînera une augmentation de 64 % de la consommation électrique du parc national de téléviseurs.

Et les prouesses technologiques des fabricants nous promettent des écrans de plus en plus grands, donc de plus en plus gourmands. Par ailleurs, un écran plat ne va pas sans son lecteur DVD et son adaptateur TNT, sans oublier son boîtier de connexion ADSL. Lesquels majorent la facture, d’autant plus que le tout reste en veille. Ne cherchez pas le bouton off au bas de l’écran, la plupart du temps il a été supprimé. Ces appareils interconnectés doivent en permanence rester branchés.

Le télé-zappeur ne veut plus lever les fesses du canapé, avancent les fabricants. Et contrairement à l’ère cathodique, il n’attend plus que son écran tombe en panne sèche pour en changer. La durée de vie de l’écran plat a fondu de moitié par rapport à la télé classique, pour plafonner entre sept et huit ans. Le dépassement technologique pousse-t-il à changer plus vite de produit ?

« Parfaitement, répond Zeina Al-Hajj, responsable de la campagne Toxiques à Greenpeace. C’est une stratégie pour pousser à toujours consommer plus. » Chez Philips, on se défend de commettre le péché mortel d’obsolescence programmée (lire aussi Terra Economica n° 48, octobre 2007). « C’est un désir des consommateurs d’avoir un produit toujours plus performant », assure Jean-Robert Marenco.

Une fabrication très gloutonne

En attendant, la production d’écrans plats a doublé dans le monde. Et selon Stéphane Le Pochat, de l’Ademe, il s’agit d’une « catastrophe environnementale  » : « L’industrie électronique est l’une des plus polluantes au monde. » Elle représenterait 2 % des émissions mondiales de gaz carbonique (CO2), soit autant que le trafic aérien, selon une étude du cabinet d’analystes américains Gartner parue en 2007.

La phase de fabrication est spécialement gloutonne. « La miniaturisation des composants appelle des procédés de plus en plus énergivores. Les matériaux doivent être plus purs, donc nécessitent davantage de traitements chimiques. On travaille à l’échelle moléculaire, dans des atmosphères contrôlées, avec des process très compliqués. C’est bien simple : plus vous êtes petit, plus vous consommez d’énergie, plus vous générez de déchets  », détaille l’expert.

Difficile, pour autant, d’obtenir les chiffres d’émissions de gaz à effet de serre pour chacune des étapes de fabrication. Les marques, si elles mènent des analyses de cycle de vie, ne communiquent pas leurs données. Fièvre high-tech oblige, voilà un secret jalousement gardé. En outre, avec la mondialisation, ces données sont devenues très difficiles à rassembler.

Car les fabricants ne fabriquent pas, ils assemblent. La production des composants est confiée à des sous-traitants. Pour Greenpeace, « il s’agit pourtant bien de leur produit. Leur responsabilité est donc de maîtriser son cycle de A à Z ».


Grosse panne de recyclage

Que devient l’écran plat une fois que le consommateur s’en est lassé ? Décharge, incinérateur, recyclage ? Les téléviseurs, qu’ils soient à tube cathodique, plasma ou LCD, sont classés dans les « déchets d’équipements électriques et électroniques » (surnommés D3E). La directive européenne relative à ce type de déchets oblige les fabricants à organiser une filière agréée, financée par l’écoparticipation déboursée par le consommateur à l’achat : de 2 à 8 euros selon la taille de l’écran.

Renseignement pris auprès d’Eco-systèmes, l’éco-organisme chargé de leur retraitement en France, la filière existe mais les écrans plats, notamment les LCD, ne sont pas recyclés. « Il n’existe pas encore de technologie opérationnelle pour retraiter ces produits. En attendant, on les démonte et on stocke les dalles, confirme Richard Toffolet, directeur technique. Mais beaucoup de prestataires travaillent dessus. Le recyclage des écrans plats va devenir un gros marché. Aujourd’hui, le gisement est encore faible, à peu près 50 000 tonnes à l’échelle européenne cette année. Les flux devraient fortement augmenter à l’horizon 2010 pour atteindre 350 000 tonnes. En 2020, on estime à 1,4 million de tonnes la quantité d’écrans plats à recycler. »

Une filière de valorisation ne verra le jour que si elle est rentable économiquement, estime quant à lui Stéphane Le Pochat, ingénieur à l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe).


Un gouffre de matériaux rares

Si les fabricants, contraints par des réglementations strictes, ont fait des efforts considérables pour diminuer, voire supprimer, des matières toxiques de leurs produits, un écran plat constitue toujours un cocktail dangereux. « Pour les LCD, certaines lampes de rétroéclairage utilisent du mercure, un métal hautement toxique, explique Richard Toffolet, directeur technique à Eco-systèmes. Quant aux cristaux liquides, on a tout lieu de penser qu’ils ne sont pas toxiques. Mais, en vertu du principe de précaution, les recherches se poursuivent. »

Les écrans LCD contiennent également de l’indium, une ressource extrêmement rare. « C’est un produit de forte valeur. Il faut donc pouvoir le récupérer », ajoute Richard Toffolet. Quant aux écrans plasma, « le problème vient des poudres électroluminescentes. Si elles ne contiennent pas de cadmium, a priori, elles ne sont pas toxiques. Sinon, il faudrait les retirer. Et ce serait très difficile, parce qu’elles sont encapsulées dans le verre. »

Sources de cet article

- 7e édition du Guide pour une high-tech responsable de Greenpeace

- La directive D3E expliquée sur le site du ministère de l’Ecologie

- Le Syndicat des Industries de matériels audiovisuels électroniques (Simavelec)

- Eco-systèmes

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
20 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour
    Il existe un procédé de récupération de l’indium des écrans LCD.
    Cecui-ci se base sur la dissolution de ITO dans une solution acide, puis d’une floculation par un "charbon actif liquide", ce produit permet de séparer de la solution les métaux ( indium et étain ) du reste de la solution.
    Cette méthode permet la récupération économique avec un rendement très élevé des métaux valorisables sans générer de sous produits toxiques.
    Les investissements pour mettre cette solution technique en application sont très réduits.
    Le verre de l’écran est alors propre et peut être recyclé, les autres éléments plastiques et circuits imprimés sont recyclés par les méthodes habituelles de traitement.

    Voir en ligne : Recyclage indium

    29.07 à 08h34 - Répondre - Alerter
    • sur le sujet du recyclage, voir aussi l’article de l’usine nouvelle n°3108 du 3 au 9 juillet 2008 p 53

      il indique aussi que des chercheurs japonais !! on mis au point une méthode avec du plasma qui recondense l’indium ( et évite l’utilisation d’acide polluant...
      à suivre

      Frederic71

      Voir en ligne : http://www.usinenouvelle.com/archiv...

      1er.08 à 15h09 - Répondre - Alerter
      • Il semblerait qu’on ne sache, dans le meilleur des cas, que récupérer que 35% de l’indium des dalles ; on en revient à l’extraction du coltan .... Sachant que les réserves mondiales sont estimées à 6000 tonnes et qu’on en a déjà consommé plus de 2000 ... Gardez vos écrans plats ; il se peut que leur fabrication soit de courte durée.

        21.08 à 10h57 - Répondre - Alerter
        • J’ai craqué.... j’ai acheté un écran plat (pas pour la télé, mais pour des films de cinéma).
          Désolé, mais j’en peux plus des porcs qui peuplent les cinémas. Pendant qu’un machouille dans mon oreille droite, un autre raconte des conneries de l’autre côté. Sans parler du festival de pop-corn à l’arrière...

          Je sais généralement assez bien limiter mes besoins (pas de voiture, pas de tél. portable, etc.), mais là, j’ai fait une exception "culturelle".

          L’impolitesse et le manque de respect aussi participent de la destruction de la planète... ils incitent au chacun pour soi !!!

          Daniel

          23.08 à 15h00 - Répondre - Alerter
          • Enfin bon beaucoup de bruit pour pas grand chose. C’est bien beau de parler de sa vie personelle mais a un moment donné il faut savoir se prendre en main.
            Je ne pense pas que tergiverser sur un forum soit si utile que cela. Décidez pour vous même. Point final.

            23.09 à 10h52 - Répondre - Alerter
          • le systéme choisi pour les téléviseurs à été choisi parmi le plus addictant.l’écran au cinéma lui ne renvoie aucune onde.et oui il reste à supporter.... !?

            15.12 à 16h58 - Répondre - Alerter
  • Je n’ai plus de TV à la maison et je ne m’en porte pas plus mal... enfin de compte ça ne manque ni aux enfants ni à moi-même. Si je veux me tenir au courant de l’actualité, j’écoute la radio et le reste de ma soirée et celle des enfants est consacrée soit à la lecture, à la musique, aux discussions ou aux jeux de société... Mes enfants qui ont 20 et 13 ans me font savoir qu’ils apprécient ces moments "pour nous" et mon papa qui a 80 ans, redécouvre la musique lui qui pensait ne pas pouvoir se passer de TV.
    Je suis plus zen et en plus, j’apporte ma participation à la préservation de la planète.

    27.07 à 10h40 - Répondre - Alerter
  • un écran plat LCD est un ensemble électronique complexe. Le tantale est donc nécessaire dans sa conception... Le minerai d’où s’extrait le tantale s’appelle le coltan. Plus de 70% de l’extraction et de la commercialisation du coltan se fait de manière frauduleuse dans des conditions qui auraient parues infernales aux mineurs de Germinal. Il semble que ce minerai soit la cause principale de la guerre civile au en république démocratique du congo

    Voir en ligne : Le coltan

    16.07 à 23h45 - Répondre - Alerter
  • Anonyme : No TV

    Je n’ai pas de télé à cause de l’info à la sauce 20 heures et du reste des programmes qui ne relève pas le niveau. Guy Lux cause de la météo avec Catherine Langeais... Je me tourne vers Guy Darbois en direct de Cognacq-Jay qui me dit que leurs successeurs n’ont pas amélioré le score à la mi-temps.

    Et voilà que tu viens de me donner encore une nouvelle bonne raison de remettre à un siècle ultérieur l’acquisition d’une étrange lucarne. Ton article est intéressant mais, sincèrement, je n’en n’avais pas besoin pour me dispenser de téloche. Il y a tant de bons bouquins à lire que, même en vivant plus que centenaire, je n’épuiserai pas le filon.

    13.07 à 22h54 - Répondre - Alerter
    • rc+ : No TV

      ne pas comparer ce qui n’est pas comparable,le livre n’est pas le même médium que la télé, on y puisse pas les même sentiments, les contingences , votre seule réponse est l’exclusion, bravo vous êtes bien conforme à la ligne...

      14.07 à 19h25 - Répondre - Alerter
  • Plat ou à canon à électrons : pas de télé chez moi, c’est tout.

    « Rien » est se qui se recycle le mieux.

    Je vous assure !

    Et comme ça, pour le même prix, je protège les trois neurones qui me restent des marchands de temps de cerveau disponible (et de leurs complices) !

    11.07 à 17h44 - Répondre - Alerter
    • Mouais.

      Tout ça me fait penser à la réponse classique à la question : "quels sont les gestes les plus importants à faire pour moins démolir l’environnement ?"

      réponse très fréquente : "remplacer nos ampoules électriques par des basses consommations et ne pas laisser les appareils en veille",

      ce qui représente environ... 0,...%, soit quelques broutilles du problème...

      Certes il n’est pas positif que les écrans plats consomment plus d’électricité que les pas plats, mais plus 64% de presque rien comparé au reste (dont on se garde bien de pointer l’énormité !), ça fait combien ?

      Eh bien, ...presque rien !

      Par contre NE PAS AVOIR de télé, ça, non seulement c’est vraiment plus écolo que d’en avoir une, mais en plus ça permet de re-devenir un être informé !

      12.07 à 00h38 - Répondre - Alerter
    • Bravo ! tout à fait d’accord avec vous... Je ne suis pas loin de penser que la télé est devenu le nouvel "opium du peuple" !

      12.09 à 09h48 - Répondre - Alerter
      • Enfin si le niveau moyen en Q.I était plus élevé ça reglerait aussi le problème. Je souhaite plus une prise de conscience intelligente qu’une décharge pleine de télés !

        23.09 à 10h46 - Répondre - Alerter
  • Yannoonours : Trifluorure d’azote

    Voir aussi l’article « L’écran plat, au prix de l’effet de serre ».

    Intro :

    « Dans l’inventaire des gaz à effet de serre, l’un au moins a été oublié. Et ce n’est pas sans conséquence puisque le trifluorure d’azote (NF3) voit son utilisation grimper en flèche avec la frénésie des consommateurs pour les écrans de télévision plats. Evaluée à quatre mille tonnes par an, sa production double chaque année. »

    Voir en ligne : L’écran plat, au prix de l’effet de serre

    10.07 à 16h09 - Répondre - Alerter
  • La génération LCD qui sort actuellement consommera trois fois moins d’énergie en mode veille.

    Ca, c’est de l’argument qui tue : "nos écran consomment peu quand ils ne fonctionnent pas".

    Heureusement que ce n’est pas la même chose pour les voitures. Imaginez un peu si elles consommaient 2 litres à l’heure en "veille" juste pour... mais pour faire quoi, au juste ? Démarrer plus vite ? Ne pas avoir à se baisser pour appuyer sur un bouton ?

    Portnawak.

    10.07 à 14h23 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité