publicité
Accueil du site > Actu > L’objet > L’oreiller
Article Abonné
25-04-2011
Mots clés
Consommation
France

L’oreiller

Taille texte
L'oreiller
(Crédit photo : Fotolia)
 
La fibre synthétique peuple nos nuits. Mais la solution pour un sommeil de plomb sans plomber la planète, c’est la plume. Naturelle, produite en France, elle constitue un rêve de literie, qui a son prix.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 25 - mai 2011

Nicolas Hulot s’explique

« Allez hop ! Aux plumes ! » L’expression de nos grands-mères a pris un sacré coup de vieux. Et la mémorable bataille de polochons de Zéro de conduite, le film de Jean Vigo, aurait aujourd’hui bien du mal à être tournée, quelque huit décennies après l’originale, tant la plume se fait rare. Sur les 13 millions d’oreillers vendus chaque année, le Français moyen choisit plutôt un carré farci de fibres synthétiques. « Depuis la fin des années 1960, c’est devenu la règle dans les pays occidentaux. Les garnissages naturels ne représentent que 20 % des oreillers », soupire Stéphane Martin, directeur commercial de l’entreprise Dumas, qui fabrique couettes, oreillers, édredons…

La vénérable maison bourguignonne de Tonnerre (Yonne) s’est mise au diapason. Elle propose notamment une série d’oreillers en polyester, destinés à la grande distribution, qui représente plus de la moitié de ses clients. Et ces fibres issues de la pétrochimie pèsent lourd dans le bilan carbone de la société. Les matières premières concentrent les deux tiers des émissions de l’entreprise, qui produit 2,5 millions de couettes et oreillers à l’année. Pour proposer des produits à 15 euros dans les grandes enseignes d’ameublement, la dite fibre est acheminée d’Asie du Sud-Est, tout comme le coton de la housse !

L’âge du palmipède

Et difficile, malgré des efforts, de rapprocher les approvisionnements de l’usine de Tonnerre, avoue Stéphane Martin. « On essaye d’utiliser des fibres issues du recyclage de bouteilles en plastique, produites en Europe, mais ce matériau est trop cher pour l’instant. » La solution pour piquer un somme carbo-light ? Se coucher sur du canard. Chez Dumas, pour fabriquer un oreiller haut de gamme, on achète du duvet français. Un cocorico qui se justifie par la qualité de la plume, directement liée à l’âge et à la taille du palmipède. « Les canards chinois ont une durée de vie plus courte et sont plus petits que les canards landais. Or, pour le haut de gamme, il faut une plume et un duvet arrivés à maturité », dévoile Stéphane Martin, qui précise que le prix de l’oreiller peut alors quadrupler.

Et côté plumes, la France peut faire le coq. « Après la crise de la vache folle, les consommateurs de viande se sont rabattus sur le canard », se réjouit Pierre Capellot, président du Syndicat national des duvets et des plumes. En conséquence, la production de plumage a doublé en vingt ans, pour atteindre 12 000 tonnes annuelles, soit le second rang mondial. Le recyclage de la vieille literie, traditionnellement assuré par les associations caritatives, en fournit, lui, 7 500 tonnes.

Le naturel revient au galop

Chez le leader européen de la production de plumes et de duvet, Pyrenex, installé au milieu des fermes d’élevage landaises, une partie de la plume de garnissage est exportée, l’autre transformée : 1,5 million d’oreillers prennent forme chaque année. Sélection, lavage et triage scandent la fabrication. La manufacture assure afficher, depuis quelques années, une croissance à deux chiffres et clame que le naturel revient au galop.

« Nous sommes à mille lieues de la literie de nos grands-parents : les normes et les contrôles d’hygiène sont désormais drastiques », assure Eric Bacheré, directeur général délégué de Pyrenex. Car si les Français se sont détournés du tête à tête avec la plume, c’est par phobie des rhumes, asthmes et autres allergies. Or, on estime que la majorité des oreillers vendus aujourd’hui sont traités contre les acariens, les bactéries ou les moustiques.

Il y a dix ans, pour répondre à la demande croissante, Dumas s’est penché sur la question. A l’époque, ses laboratoires lui proposent de traiter les textiles à l’aide d’acaricides, issus de la chimie de synthèse. « Pour un oreiller contenant 1 kg de garnissage, il fallait 50 g de produit chimique, qui se diffusait comme du Baygon dans l’atmosphère ! Or, un oreiller, on y pose sa tête entre six et huit heures par jour ! », se souvient Stéphane Martin, dont la société décide alors de se tourner vers d’autres solutions.

Flou artistique

Ce principe de précaution a-t-il été appliqué par tous les fabricants ? Plusieurs d’entre eux n’ont pas donné suite à nos demandes d’interview. Depuis 1998, la famille de substances utilisées pour les traitements d’oreillers est certes encadrée par un règlement européen, la directive Biocides. « Mais quelle dose reçue quotidiennement est acceptable ? On ne sait pas ! Il y a un flou artistique sur ces limites », alerte le Mouvement pour le droit et le respect des générations futures, une association de défense de l’environnement. Nos arrières grands-mères envoyaient les petits au plumard d’un « Au lit canailles ! La puce a faim ! » Plus de danger de ce côté-là… —

Poids plume pour l’environnement

Chez Dumas, l’empreinte d’un oreiller à garnissage naturel s’élève à 2,16 kg de CO2 eq. L’entreprise a mis en place un plan de réduction de ses émissions en partenariat avec l’organisme Pur Projet. Objectif : - 16 % d’ici à 2015. Par ailleurs, Dumas annonce le lancement d’une gamme intitulée Dreamforest, dont les produits seront intégralement compensés par la plantation d’arbres dans un projet de reforestation au Pérou.

Oeko-Tex aux aguets sur la toxicité

La certification internationale privée Oeko-Tex garantit l’absence de toxicité des textiles. La démarche comprend des expertises techniques, des analyses chimiques, des audits de contrôle et des passages aléatoires en magasin et en usine pour les candidats. Certaines substances actives chimiques qui servent d’anti-acariens dans la literie en bénéficient, dont le traitement Greenfirst, des laboratoires Breyner, utilisé par certains fabricants.
Sources de cet article

- Plumes sur le site de l’Ademe

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité