publicité
Accueil du site > Actu > Société > « L’immigration ne fait pas beaucoup varier le taux de fécondité (...)
17-01-2013
Mots clés
Immigration
France
Interview

« L’immigration ne fait pas beaucoup varier le taux de fécondité »

Taille texte
« L'immigration ne fait pas beaucoup varier le taux de fécondité »
(Crédit photo : LALLA-ALI - flickr)
 
Elle ralentit le vieillissement de la population, permet d’augmenter le nombre d’actifs et de soutenir l’économie ? Pas forcément pour le chercheur François Héran, qui rappelle que la France a peu besoin de l'immigration pour soutenir sa démographie, encore dynamique.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 43 - février 2013

Les poissons sont éternels

François Héran est chercheur à l’Institut national d’études démographiques (Ined)

Terra eco : L’immigration est-elle nécessaire pour soutenir la démographie française et lutter notamment contre le vieillissement de la population ?

François Héran : Non, l’immigration en France ne complète la démographie qu’à la marge. Si nous n’avions pas d’immigrés, au lieu de 2 enfants par femme, on en compterait peut-être 1,85 ou 1,9. C’est assez faible. Comme une naissance sur 6 est liée à l’immigration, les gens pensent souvent que l’apport est important. Mais les mères étrangères représentent une petite minorité : 10% ou 11%. Elles ne font pas beaucoup varier la moyenne du taux de fécondité. Dans la plupart des pays voisins, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, c’est différent, parce qu’il y a plus de décès que de naissance. Alors que chez nous, même sans l’immigration, les naissances restent supérieures de 300 000 individus aux décès. On peut aussi raisonner d’une autre façon, en considérant l’apport des immigrés dans la population active. Avec le niveau d’immigration actuel et au rythme de ses naissances, l’Allemagne devrait perdre 20% à 25% de sa population active dans les cinquante prochaines années, si elle continue comme ça. Mais la France, grâce à la vitalité de sa démographie et le petit complément actuel de l’immigration, stabilise à l’inverse sa population active.

Cela veut-il dire que la France n’a pas besoin de nouveaux entrants ?

Certains le disent. On peut en effet estimer qu’on accueille relativement peu de nouveaux immigrés chaque année par rapport à d’autres pays. Mais c’est parce que l’immigration en France est une infusion constante depuis le XIXe siècle. Il n’y a pas eu de grandes bulles migratoires comme en Allemagne dans les années 1990 ou en Espagne dans les années 2000. En revanche, les immigrés ou les enfants d’immigrés constituent 20% de la population. C’est une baignoire qui se remplit lentement mais sûrement. Alors, poser une question du genre : « que se passerait-il si les immigrés cessaient de participer à l’activité économique ? », ça revient à se demander ce qu’il se passerait si 20% de la population se retirait de la vie économique. Les hôpitaux, les industries ne résisteraient pas.

L’immigration française telle qu’elle existe aujourd’hui pose-t-elle néanmoins des difficultés ?

Le problème, c’est que la majorité de nos migrants ne sont pas des gens que l’on accepte de faire venir mais qui viennent en fonction de l’application du droit international. Ces flux sont donc difficiles à réguler. Le plus gros flux en France est le regroupement familial qui comprend l’unification familiale (un immigré déjà arrivé en France fait venir du monde), soit 35 000 personnes par an et la migration matrimoniale (un Français qui épouse un étranger), soit 50 000 personnes par an. Souvent, ce sont des Français d’origine maghrébine qui reviennent au pays pour épouser une fille de leur région d’origine. Le problème, c’est qu’au niveau de l’éducation des femmes, plus encore au Maroc qu’en Algérie, il y a un fort taux d’analphabétisme. Il y a bien eu des lois qui exigent par exemple un niveau de langue française convenable, la vérification de la validation du mariage, mais ça n’a pas diminué ce flux-là qui n’est pas facile à réguler. Il y a enfin le flux étudiants qui représente 50 000 personnes par an mais il s’agit là d’une immigration qualifiée, il ne faut pas s’en plaindre. Il y a ensuite la migration d’asile, environ 18 000 personnes, dont une bonne partie dépend de l’application du droit international. En clair, la marge de manœuvre sur l’immigration est assez faible.

Et l’immigration illégale ?

On chiffre l’immigration illégale à environ 200 000 - 300 000 personnes. Il ne s’agit pas d’un flux annuel, je parle là – pour employer des termes commerçants – d’un stock. C’est-à-dire d’un nombre de personnes en situation irrégulière présentes sur le territoire dont certaines sont là depuis dix ans. Si l’on estime les arrivées nouvelles à 30 000 par an, ce n’est pas beaucoup. Certains redoutent malgré tout un appel d’air en cas de régularisation massive. C’est incontestable que les régularisations attirent les gens, surtout si, au même moment, les pays voisins n’accueillent pas. Les études montrent qu’il y a 8% à 9% d’immigrés en plus dans les années qui suivent une vague de régularisation. Mais l’arrivée des migrants n’a pas forcément un gros impact sur le taux de chômage du pays d’accueil.

Pourquoi ?

L’essentiel des études concluent que les gros afflux de migrants dilatent dans un premier temps le volume de la population active mais ce phénomène se résorbe vite. D’autant que les migrants qui entrent sont des aussi des consommateurs (ils créent donc à leur tour de l’emploi, ndlr). Il y a une certaine neutralité de ce mouvement. Certains disent qu’il est légèrement positif, d’autres légèrement négatif. C’est la même chose si l’on considère l’ensemble des immigrés. L’impact est plus faible que ce que l’on imagine au niveau national. En revanche, au niveau local c’est différent. En Seine-Saint-Denis, 70% des habitants sont des immigrés ou des enfants d’immigrés. C’est un record national ! Le département reçoit 5% de tous les Algériens qui viennent en France alors qu’il y a 100 départements. Alors dans les écoles de ces quartiers, l’intégration est plus difficile.
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • D’autant que les migrants qui entrent sont des aussi des consommateurs (ils créent donc à leur tour de l’emploi, ndlr) > Il va falloir m’expliquer cela mathématiquement :

    - Le migrant occupe donc un emploi qui aurait été occupé par un chômeur (il y a beaucoup de jeunes au chômages qu’on peut former même s’il s’agit d’un métier spécifique).

    - si tant est qu’il puisse dépenser l’intégralité de son salaire, le plus qu’il puisse fournir pour participer à créer un emploi est donc son propre salaire. Or ceci n’est pas possible, car dans ses dépenses, il y a aussi une part incompressible de matières premières.

    S’il gagne x euros, il va dépenser moins de x euros en services, impôts et autres dépenses. Pas de quoi créer un emploi équivalent au sien.

    Soit le migrant gagne x euros et dépen

    18.01 à 00h31 - Répondre - Alerter
    • Toutes ces formules sont écrites pour rassurer la population indigène, c’est tout du pipeau comme on dit chez nous. A dire vrai j’invite leurs auteurs à venir visité certains quartiers en centre ville ou toutes les terrasses de cafés sont occupées par des immigrés à tel point que entre la musique et ces terrasses on ne se croit plus dans notre pays, car l’intégration n’existe pas, et que dire de tous les avantages que les immigrés reçoivent, à croire que la France a une dette en vers ces gens, et quelle est très riche ? Pourtant de mon point de vue c’est l’inverse, de ça j’en suis certain 60 ans d’expérience ne trompe pas. Il ne faut surtout pas accuser de racisme tout et n’importe quoi car le plus raciste est celui qui fait aucun effort pour s’intégrer !!! Les quartiers qui se transforment s’élargissent de jour en jour.

      5.10 à 19h42 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité