publicité
Accueil du site > Actu > Politique > Jean-Marc Ayrault : "Ecologistes et socialistes continueront de s’entendre (...)
17-03-2010
Mots clés
Politique
France
Interview

Jean-Marc Ayrault : "Ecologistes et socialistes continueront de s’entendre sur l’essentiel"

Taille texte
Jean-Marc Ayrault : "Ecologistes et socialistes continueront de s'entendre sur l'essentiel"
 
Le député-maire de Nantes et président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale revient sur les résultats de la gauche au premier tour des régionales et relativise les discordes entres socialistes et écologistes, comme le désaccord sur le nouvel aéroport de Notre-Dame-des-Landes.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Terra eco : Etes-vous satisfait de l’accord passé entre le Parti socialiste et Europe Écologie pour le second tour des régionales ?

Jean-Marc Ayrault : « Je suis d’abord satisfait des résultats obtenus par la gauche en France et en particulier dans ma région, les Pays de la Loire, où la droite reste historiquement forte et le centre bien ancré. Ça prouve que Jacques Auxiette [1], a bien labouré le terrain et que la gauche est en train de s’enraciner. Et pourtant François Fillon n’a pas ménagé sa peine : le Premier ministre s’est déplacé pas moins de quatre fois dans la région pendant la campagne. Mais même en Sarthe, son bastion, c’est le PS qui est arrivé en tête. Cela prouve bien que nous avons assisté à un vote sanction des Français dimanche dernier, l’abstention étant d’ailleurs à mes yeux une autre forme de sanction. Dans ce contexte je tiens à souligner que le vote des milieux populaires, même s’il reste faible, a été plus important lors de ce scrutin, comparé aux dernières élections, et qu’il a joué en faveur de la gauche. »

Dans un récent entretien accordé à Terra eco, Daniel Cohn-Bendit place volontiers l’écologie au-delà du clivage droite-gauche, pourtant il n’a pas fallu longtemps pour qu’Europe Écologie s’allie avec le PS. Qu’en pensez-vous ?

« Je crois que notre alliance avec Europe Écologie est une bonne chose, on voulait d’ailleurs la faire dès le premier tour pour limiter le risque d’un retour de la droite. Il y a un courant de l’écologie politique qui est en train de se structurer, mais il garde ses fragilités, ses contradictions. La question du développement économique ou de la promotion sociale en sont deux exemples : certains écologistes sont partisans de la décroissance alors que d’autres défendent une croissance mesurée, comme le PS. »

Justement, ne craignez vous pas que certains électeurs écologistes préfèrent s’abstenir plutôt que de donner leurs voix au PS au second tour ?

« Il y a sans doute une partie des électeurs qui votent écologiste et ne se sentent pas de gauche. Je voudrais leur dire que si on veut un modèle de développement durable, ce qui signifie aussi un développement économique accompagné d’un partage des richesses et d’une plus grande cohésion sociale, le PS est le mieux placé. Rappelons que le salaire médian en France est aujourd’hui de 1 600 euros. On va vu cet hiver que beaucoup de gens vivaient en situation de précarité énergétique. J’ai été frappé aussi des conclusions du rapport du médiateur de la République, Jean-Paul Delevoye, qui estime à 15 millions les personnes en France dont les fins de mois se jouent à 50 ou 150 euros près. Pour être efficace, l’’écologie doit être sociale. »

Au plan national, on n’entend pas beaucoup le PS sur le thème du développement durable, sauf quand il s’agit de prendre ses distances avec la taxe carbone. A quand une voix écologiste audible au PS ? Et pourquoi pas vous ?

« A Lille ou à Nantes, nous travaillons à construire un projet de social-écologie à dimension européenne. Martine Aubry, pas plus que moi ou les autres élus socialistes, ne découvrent le thème du développement durable. Il est déjà à l’œuvre dans nos villes et nos régions. La gauche à vocation à porter ce projet au niveau national parce qu’elle le pratique déjà en dirigeant les pouvoirs locaux. Vous savez, plutôt que d’avoir un représentant d’un courant qui resterait minoritaire, je préfère que le développement durable devienne un sujet majoritaire et transversal au PS. »

Concrètement, comment allez vous faire au plan local avec les écologistes , alors que subsistent des sujets de discorde forts comme le projet d’aéroport à Notre-dame-des-landes en Loire-Atlantique par exemple ?

« D’abord, notre désaccord avec les écologistes sur cet aéroport inter-régional n’est pas nouveau. Il s’était déjà exprimé aux dernières élections régionales de 2004. Et je remarque que les écologistes eux-mêmes ont leur contradictions sur ce sujet puisque l’UBD (Union démocratique bretonne), présente sur la liste d’Europe Écologie en Pays de la Loire, est favorable à cet aéroport. Cela dit, une alliance entre le PS et les écologistes pour le second tour ne veut pas dire que chacun s’efface dans un consensus mou. Avec les Verts et Jean-Phillipe Magnen, mon adjoint [2], nous avions déjà trouvé un terrain d’entente en 2008 : le projet que nous avons soumis aux électeurs aux élections municipales était "d’accompagner la décision de l’État de construire l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes en veillant aux équilibres sociaux, économiques et environnementaux locaux". Alors c’est vrai, cette question a pesé politiquement, surtout sur les territoires et les communes directement impactés par ce futur équipement, ce que je comprends. Mais sur l’ensemble de la région, comme ailleurs, il y a bien plus de projets qui nous rassemblent que de sujets qui nous divisent, comme la priorité donnée au ferroviaire, pour rester dans le domaine des transports. C’est ce que les électeurs doivent avoir en tête dimanche prochain : les socialistes et les écologistes ont, pendant 6 ans, gouverné le plus souvent les régions ensemble, et il vont continuer de s’entendre sur l’essentiel. »

A lire aussi sur terraeco.net :
- "Europe écologie est encore une organisation fragile"
- 42% des Français ont déjà voté écologiste
- Dossier : L’écologie à la conquête du pouvoir

[1] Jacques Auxiette est l’actuel président de région (PS) des Pays de la Loire

[2] Jean-Philippe Magnen est tête de liste d’Europe Écologie en Pays de la Loire

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Ce qui frappe à la lecture de cet interview,c’est la manière pour le moins spécieuse dont Jean marc Ayrault et les responsables socialistes parlent de l’écologie. D’un côté ils s’appliquent à ajouter toutes sortes de qualificaatifs au mot "écologie". Ici, selon Ayrault, elle se doit d’être sociale sous peine d’inéfficacté. A priori cela tombe sous le sens et on a spontanément envie d’adhérer à ce propos. Pourtant à y regarder de plus près, on constate qu’à force d’acoller toutes sortes de qualificatifs à " écologie" n’aboutit qu’à vider le contenu de ce mot.

    D’ailleurs la façon dont monsieur Ayrault botte en touche sur la question de l’aéroport nous éclaire davantage sur sa conception de l’écologie : celle de l’empilement. Il suffirait ainsi de développer les transports en commun pour faire oublier l’ineptie de ce projet d’aéroport. L’écologie ce serait une sorte de catalogue, le plus qu’on pourrait décliner à la veille des élections.Le problème c’est que l’écologie ne se ramène pas à une listes de réalisations ou de bonnes intenntions. La question de l’aéroport renvoie précisément à qui sépare résolument la pensée écologiste de celle du productivisme.

    Ceci étant il me vient à l’esprit qu’ Europe écologie doit être sur ses gardes car à dresser des listes des choses qui ont été réalisées tout en gommant ce qui ne l’a pas été ou tout ce qui va résolument contre l’écologie, le parti socialiste sera tenté de siphonner le courant écologiste en faisant en sorte que l’essentiel n’aie plus rien d’essentiel.

    21.03 à 09h09 - Répondre - Alerter
  • Ah, cet aéroport... Que de passions ! Que d’idées fausses ! que d’a priori !

    On veut détruire la nature ? bien sûr que non !
    Notre-Dame des Landes sera le premier aéroport Haute Qualité Environnementale (HQE) de France. Le traitement des eaux pluviales et usées sera fait sur place, observatoires et suivi de la qualité et des évolutions environnementales (eaux, bruit, air, santé) seront mis en place, on procédera au reboisement, au déplacement d’espèces... le respect de l’environnement naturel du site fait partie des principales obligations auxquelles devront se soumettre son exploitant. Les conséquences du projet d’aéroport sur l’environnement ont fait l’objet d’études spécifiques reconnus par Ministère de l’Ecologie et du Développement durable des Territoires. Un état des lieux environnemental à la charge de l’exploitant sera exigé avant tout démarrage des travaux.


    On se moque de l’agriculture ? Absolument pas !

    le choix du site de Notre-Dame des Landes a été très largement fait à cause de son faible potentiel agricole. Le terrain est en effet caractérisé par l’acidité des sols et leur pauvreté minérale, la basse végétation composée de bruyères et d’ajoncs... Les 47 exploitants agricoles concernés ont déjà été indemnisés et des recherches systématiques de solutions adaptées selon les demandes ont été faites.


    L’aéroport occupera 2000 hectares (ou plus), entend-on... Faux !

    Ce sont 1000 hectares qui ont été acquis depuis 35 ans pour le projet d’aéroport, 1000 hectares qui sont d’ailleurs à mettre en perspective avec les 900 hectares d’espaces naturels à protéger acquis par le département, et les 4000 hectares laissés en friche sur le territoire de Nantes Metropole qui devraient être réutilisés...

    Bref, tout ceci est peut-être un peu indigeste, je l’avoue, mais il est temps de remettre les choses au point, il y a eu bien trop de surenchères dans ce dossier !

    PS : moi, quand même, un gratte-ciel dans l’alignement exact de la piste, à une minute à peine de l’atterrissage, ça me pose problème.

    18.03 à 16h02 - Répondre - Alerter
  • Jean-Marc Ayrault : "Ecologistes et socialistes continueront de s’entendre sur l’essentiel"
    Voir le CR du débat au Conseil Municipal en octobre 2009 : http://www.nantes.fr/m-ayrault Comment ne pas songer à Coluche : La dictature, c’est "Fermes ta gueule", la démocratie c’est "Causes toujours" ! Ce simulacre de débat ou...

    * le temps de parole des opposants reflète la composition du Conseil Municipal productiviste...

    * le représentant de l’Etat (du préfet), s’exprime au nom de l’Aviation Civile...

    * tandis que l’inénarrable MEDADD, devenu MEDDEEM, brille par son absence...

    ce simulacre de débat donc... remplit son role d’alibi démocratique permettant d’ignorer la "volonté générale", c a d la majorité écrasante de la population qui est hostile a ce projet !

    Et si cela ne suffit pas... JMA termine en faisant "du Sarkozy" : il manie l’argument sé-cu-ri-tai-re (tout en parlant de lui en majesté : à la 3ieme personne !)

    "Je respecte votre opinion, mais nous sommes au conseil municipal de Nantes et celui qui va parler en dernier lieu, c’est le Maire de Nantes.

    Je vais vous dire, le Maire de Nantes a une responsabilité que vous n’avez pas et qu’ici peut-être personne n’a. Je la porte comme une responsabilité qui me taraude. Oui, vous pouvez faire ce que vous voulez, y compris les insultes et les caricatures, vous pouvez y compris utiliser la violence, comme cela a été fait cet été, mais je ne céderai pas à une question qui est pour moi essentielle, celle de la sécurité des Nantaises et des Nantais."

    Tout est dit : c’était donc bien une séance "pour rien"... puisqu’à la fin, JMA sort l’argument favori de Maggie Thatcher, le fameux TINA (There Is No Alternative) !

    Pourquoi donc avoir organisé cette gesticulation mimant le débat public contradictoire, qui est l’aliment de base de la démocratie, du moins lorsqu’il n’est pas pipé ? Et le maire de Genève est-il moins préoccupé de sécurité aérienne que celui de Nantes ?

    Si j’avais la foi... je prierais N D des Landes pour que JMA finisse par se souvenir de ce concentré de sagesse populaire : "Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis !"
    ND des Landes mérite vraiment qu’on lui offre un cierge !

    18.03 à 12h57 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité