publicité
Accueil du site > Actu > Société > Immigration mon amour
22-09-2010
Mots clés
Immigration
Emploi
France
Monde
Edito

Immigration mon amour

Taille texte
Immigration mon amour
(Crédit photo : William Hamon)
 
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 18 - octobre 2010

La voiture électrique est-elle faite pour vous ?

Dans un monde idéal, nous serions parfaitement indifférents à l’immigration. Tout un chacun aurait accès à l’eau, à des sanitaires, à une alimentation équilibrée, à l’école et aux soins de base. Les ressources naturelles seraient gérées et partagées équitablement entre Etats. Ces derniers privilégieraient, pour leurs habitants, une organisation « locale » – régionale, nationale ou supranationale, selon les cas – des ressources disponibles et des activités économiques. Dans ce monde-là, personne n’envisagerait de fuir la terre qui l’a vu naître. Par conséquent, le voyage serait un projet résolument positif, une découverte. Les migrations seraient considérées au mieux comme un des ingrédients pimentés du vivre ensemble, au pire comme un épiphénomène.

Les contre-vérités fusent

Mais ce monde n’existe pas. Et dans notre monde, l’immigration prend des visages très contrastés. Sur les tarmacs des aéroports, des touristes et des hommes d’affaires croisent des réfugiés politiques, sous le regard d’employés au teint coloré. Les premiers choisissent librement la durée de leur séjour. Les seconds aspirent simplement à un endroit où vivre. Les derniers rêvent parfois d’un retour au « bled », sans pouvoir en arrêter l’échéance ni même l’éventualité. Dans ce monde, face aux caméras, des bateleurs d’estrade habillent la question de l’immigration de leurs idéologies. Les contre-vérités fusent au nom du court-termisme électoral. Face à ces mensonges, trouver le ton juste devient une gageure.

Alors, que dire ? D’abord que l’immigration, au-delà des statistiques, est le reflet de projets de vie, désirés ou contraints. Ensuite, que les mouvements migratoires s’opèrent avant tout entre pays « du Sud », les pays riches contrôlant leurs flux migratoires de façon stricte. Enfin, saisissons au bond la balle de ceux qui appellent au « réalisme », agitant le chiffon d’une prétendue « menace » migratoire et rappelons que l’ONU chiffre à 200 millions le nombre des réfugiés que les accidents écologiques jetteront sur les routes de la planète dans les années à venir.

Alors que la télévision, le web et les réseaux sociaux propulsent l’information et les idées à une vitesse inouïe, pensons-nous réellement que nous contiendrons longtemps ces flux d’immigration ? Où est le réalisme ? Il serait temps de revenir à la sérénité des faits. D’une part en chiffrant ce que l’immigration peut apporter aux pays du Nord. D’autre part en accompagnant les pays du Sud dans un développement économiquement autonome, écologiquement soutenable et humainement ambitieux, conformément aux Objectifs du millénaire pour le développement des Nations unies (1). —

(1) Adoptés en 2000 sous l’égide de l’ONU, ces objectifs visent notamment à « éliminer la pauvreté, la faim, la maladie et les mortalités infantile et maternelle d’ici à 2015 ».

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Cofondateur et directeur de la publication du magazine Terra eco et du quotidien électronique Terraeco.net

- Suivez-moi sur twitter : @dobelioubi

- Mon blog Media Circus : Tant que dureront les médias jetables

7 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour à tous
    je pense à la lecture d’un petit essai la géographie n’est plus ce que vous croyez qui compare la façon dont se vit le 14 juillet à Asnières sur Vègre en Sarthe et en banlieue parisienne
    http://lageographienestplus.wifeo.com
    que le problème est celui de l’effort d’intégration qui n’est pas toujours présent de la part de certains immigrés (pas tous)
    ni racisme ni communautarisme voilà ce que nous devons éviter à mon sens

    28.09 à 08h52 - Répondre - Alerter
  • Quel article ! J’ai appris tellement de choses en le lisant, c’est tellement profond, recherche...

    Parfois je me dis que les politiques sont inefficaces mais ce genre d’articles que je qualifierais de vide ne risquent pas de faire effet papillon.

    je suis decu par ce magazine et y trouve rarement des articles interessant.

    27.09 à 12h12 - Répondre - Alerter
  • 200 millions de réfugiés climatiques à venir.
    Y a t’il un état des lieux ? des études prospectives ?
    Toujours pas de statut pour les "régugiés" climatiques...

    23.09 à 10h26 - Répondre - Alerter
  • "Tout un chacun aurait accès à l’eau, à des sanitaires, à une alimentation équilibrée, à l’école et aux soins de base. Les ressources naturelles seraient gérées et partagées équitablement entre Etats."
    Je continue : il n’y aura plus de maladie, plus de catastrophes naturelles, les gens ne mourront plus, nous n’aurons plus besoin de travailler, ... :) Bref, un monde tout rose. Mais c’est pas la réalité, faut se réveiller. Le monde ne sera jamais tout rose.
    Déjà une question : Pourquoi y aurait-il des états dans ce monde ?

    Il faut être un peu plus en phase avec la réalité et la nature humaine.
    Il faut arrêter de croire que les immigrés sont la bonté incarnée et que les français sont de méchants racistes. C’est ridicule, c’est faire preuve d’un manque de discernement des réalités de ce monde et c’est nous conduire vers la destruction.
    On verra si le monde sera aussi bien régulé qu’aujourd’hui après que les européens aient disparus...

    D’Aristote à Levi-Strauss, tous se méfiaient de cette vision de bisounours.

    23.09 à 10h10 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité