publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > Le pétrole est une drogue : une campagne novatrice de Greenpeace

Le pétrole est une drogue : une campagne novatrice de Greenpeace

Taille texte
Le pétrole est une drogue : une campagne novatrice de Greenpeace
(Crédit photo : adselwood/Flickr)
 
Pour la première fois, l'ONG ne cible pas seulement les producteurs d'or noir, mais aussi les consommateurs.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Greenpeace France a lancé le 19 janvier une campagne de communication afin d’alerter le grand public sur notre degré de dépendance au pétrole. Il y a longtemps que les pétroliers sont une cible privilégiée de Greenpeace, à cause des marées noires, ou, plus récemment, des campagnes de prospection dans l’Arctique. Mais jusqu’ici, on n’avait jamais vu (à ma connaissance) une grande ONG écologiste s’en prendre au pétrole EN TANT QUE TEL.

Greenpeace France suit une voie ouverte récemment par la branche britannique de l’ONG, à travers une campagne intitulée « Go beyond oil » (« Sortez du pétrole »). Mais cette campagne visait ceux qui investissent dans le pétrole, et non tous ceux, tellement plus nombreux, qui simplement… en consomment :


Le témoignage de Lucy
envoyé par gpfrance. - L’info internationale vidéo.

C’est bien fait, et c’est plutôt rigolo. Le constat de notre dépendance est posé. Mais on en reste à peu près là. Manquent les solutions. Un visuel parsemé d’éoliennes ne fait pas un programme. On sent une certaine pudeur à s’aventurer sur un terrain nouveau, dans lequel il n’y a plus d’un côté les méchants, et de l’autre les gentils…

Il est surprenant de voir à quel point l’addiction structurelle de la société au pétrole sera longtemps restée au second plan dans le discours écologiste. Les mobilisations contre les OGM, le nucléaire ou même… les marées noires (phénomène subsidiaire) ont toujours eu beaucoup, beaucoup, plus de succès.

Même avec le changement climatique, le mot d’ordre « sortons du pétrole » ne s’est pas imposé ni comme une évidence, ni comme une priorité stratégique, à part chez les écologistes les plus radicaux. Trop « déceptif », comme on dit dans la pub, invendable sur le marché politique ? Le pétrole, c’était un peu l’éléphant qu’on aurait oublié au milieu du salon.

De fait, le député Vert Yves Cochet est bien moins « fédérateur » avec son « pétrole apocalypse » que Yann Arthus-Bertrand, le célèbre « hélicologiste » – pour reprendre le sobriquet dont l’affuble le mensuel La Décroissance.

La toute première étape pour le drogué qui voudrait s’en sortir, c’est le déni. Là-dessus donc, bien vu Greenpeace.

Adélaïde Colin, responsable de la communication au sein de l’ONG, reconnaît : « Cette campagne, c’est vraiment un premier pas en direction du grand public sur cette question. L’idée, c’est de commencer à informer, en soulignant que les changements climatiques et le recours à des sources de pétrole de plus en plus polluantes sont les conséquences directes de notre addiction au pétrole. » Elle ajoute : « On commence à atteindre une maturité qu’il n’y avait peut-être pas avant sur cette question. »

Ce billet est originellement paru sur le blog Oil Man, chroniques du début de la fin du pétrole de notre collaborateur Matthieu Auzanneau.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Chargé de la prospective et du lobbying au Shift Project, think tank de la transition carbone, et blogueur invité du Monde

5 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Je suis d’accord, le petit pompiste a rarement choisi de vendre du pétrole ! Il le fait par obligation.
    Par contre, l’idée de la campagne est intéressante. Elle fera peut-être comprendre aux gens notre degré de dépendance à une drogue qui n’est pas inépuisable.
    Et qu’est-ce qu’on fera si l’économie n’est pas prête à faire sans, quand le débit de pétrole baissera chaque année ?

    28.01 à 17h02 - Répondre - Alerter
  • (Re)Commençons par remplacer ces p..... de sacs plastique par des sacs en papier. (Les sacs en plastique étaient censés disparaître en ... trois quatre ans... Vous avez vu quelque chose se passer ?)
    Bon d’accord les papeteries polluent... mais on n’en a plus beaucoup en France. Et on pollue les rivières avec bien d’autres choses...

    (Re)Fabriquons des vêtements en coton (pur coton), en lin (pur lin), en laine (pure laine) et non plus tous ces tissus synthétiques qui puent au bout d’une heure. (A part les polaires qui recyclent). Ca fera des emplois. Même des emplois de bergers et de tondeurs...

    Utilisons des bouteilles en verre, des bocaux, des boîtes en fer, en carton.
    Et recyclons ce qu’on jette dans nos poubelles jaunes. (Je serais curieuse de voir ce qu’on en fait... Tri, tri, tri : c’est vite dit...)

    25.01 à 10h21 - Répondre - Alerter
    • > Bon d’accord les papeteries polluent...
      > mais on n’en a plus beaucoup en France.
      > Et on pollue les rivières avec bien d’autres choses...

      C’est risible.
      Si les papeteries polluent autre part qu’en France, c’est OK ?

      Et vous savez, on pollue l’atmosphère et les océans avec bien d’autres choses que des produits pétroliers.

      > (Re)Fabriquons des vêtements en coton (pur coton), en lin (pur lin),
      > en laine (pure laine) et non plus tous ces tissus synthétiques qui
      > puent au bout d’une heure.

      Essayez de remplacer les vêtements de certains sports par du naturel... Par exemple les sports de montagne...

      > (A part les polaires qui recyclent).

      Ouais. Enfin bon, ça ne se recycle qu’une fois.

      > Ça fera des emplois. Même des emplois de bergers et de tondeurs...

      Pour le coton, ça ne sera pas en France, en tout cas. On se demande comment vous comptez rapatrier le coton en France sans pétrole.
      Quant à la laine sous la pluie, bof.

      > Utilisons des bouteilles en verre, des bocaux, des boîtes en fer

      Hmmm... C’est très lourd, tout ça. Du CO² en plus pour assurer le transport.

      Bref, vous l’aurez compris : les solutions de remplacement ne sont guère convaincantes.
      La réduction de la consommation serait déjà un gros progrès.

      30.01 à 15h16 - Répondre - Alerter
  • Le spot ne se limite pas aux consommateurs (ce qu’il aurait du faire) mais vise aussi et surtout les personnes qui en vivent. Et c’est là où le bas blesse. Les personnes travaillant dans les stations services ne cautionnent pas forcément l’industrie pétrolière. Elles ont besoin d’un emploi, d’argent, c’est tout.

    Pour aller sur ce terrain, il faut plutôt viser plus haut, du côté des ingénieurs et commerciaux qui eux, ont fait le choix de travailler dans l’industrie pétrolière.

    Donc spot raté pour moi.

    24.01 à 11h44 - Répondre - Alerter
  • Je suis pas du tout convaincue par ce spot ! Mais plus on bouge mieux c’est ;-)

    24.01 à 09h38 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité