publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > Fukushima > Fukushima – Tchernobyl : 7 partout
Article Abonné
12-04-2011
Mots clés
Energies
Japon

Fukushima – Tchernobyl : 7 partout

Taille texte
Fukushima – Tchernobyl : 7 partout
(Photo : La centrale de Fukushima. Credit : Daveeza / Flickr)
 
Fukushima, au Japon, vient de rejoindre Tchernobyl sur la plus haute marche de l'échelle définissant la gravité d'un accident nucléaire.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Le niveau de l’accident nucléaire de Fukushima, au Japon, a été relevé, mardi, au degré 7 par les autorités nucléaires locales. 7 ? C’est l’ « accident majeur ». Le plus haut niveau sur l’INES, l’échelle internationale des évènements nucléaires et radiologiques mise en place par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). 7, c’est aussi l’aveu que des rejets majeurs de matières radioactives se sont produits, qu’ils ont eu et auront des effets considérables sur la santé et l’environnement. Jusque là, seule la catastrophe de Tchernobyl, en 1986, s’était vue couronner de cette plus haute distinction. Fukushima risque donc de se retrouver à ses côtés dans les livres d’histoire, au chapitre des pires catastrophes nucléaires.

10 000 terabecquerels d’iode 131 dispersés

Jusqu’ici, l’accident était classé de niveau 5 comme « ayant eu des conséquences étendues ». Pourquoi a-t-il soudain grimpé de deux crans ? Les appareils à comptage de radioactivité ont tourné, et les calculettes ont fait le bilan. Résultat : depuis le début de l’accident, la radioactivité totale émise aurait déjà atteint 10 % de la quantité larguée lors de l’accident ukrainien, a reconnu Hidehiko Nishiyama, de l’Agence japonaise de sécurité nucléaire et industrielle. L’environnement aurait ainsi reçu un cocktail plutôt chargé : entre 1,3 et 1,7x1017 becquerels d’iode 13, et entre 6,1 x1015 et 1,2x1016 Bq de césium 137 (contre respectivement 1,8×1018 et 8,5×1016 à Tchernobyl). A la question, « pourquoi ces estimations arrivent-elles plus d’un mois après le début de l’accident ? », le porte-parole ne se démonte pas. « Les experts ont eu besoin de temps pour analyser les données », s’est-il justifié en conférence de presse. « Ce n’est pas faux, explique Thomas Houdré, de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) française. Il est simple d’évaluer en temps réel le niveau de radioactivité ambiante, grâce à des sondes localisées. Mais pour estimer le total de la radioactivité émise, qui sert à classer un accident sur l’échelle INES, il faut faire de la modélisation, prendre en compte la dispersion par les vents, la pluie… Ce n’est pas une donnée qu’on peut recueillir directement. »

Fin de l’histoire ? Pas vraiment. Ce nouveau palmarès ne sera bien évidemment validé qu’une fois l’accident terminé, et la quantité totale de radioéléments rejetés connue. « Une fois qu’on dit qu’on a atteint le niveau 7, on a quand même du mal à voir comment les autorités japonaises pourraient le faire redescendre à 6. Et au-delà de 7, il n’y a plus rien », explique le spécialiste français. D’après le New York Times, un expert de Tokyo Electric Power (Tepco), l’exploitant de la centrale, a pourtant confié ses craintes de voir la situation empirer : « Les fuites radioactives ne sont pas complètement stoppées. Notre crainte est qu’elles pourraient éventuellement dépasser Tchernobyl ». En tout cas, le potentiel est là : « A Fukushima, il y a 5 cœurs de réacteurs. C’est 5 Tchernobyl potentiels », nous expliquait la semaine passée Roland Desbordes, président de la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (CRIIRAD).

De nouvelles évacuations

Quelles seront les conséquences du passage de 5 à 7 ? « L’échelle INES est une échelle de communication. Classer cet événement au niveau 7 entérine le fait que nous sommes face à un accident majeur, mais cela ne va pas changer la gestion quotidienne de la crise », explique Thomas Houdré, de l’ASN. Mais signe que les autorités japonaises reconnaissent de plus en plus ouvertement la gravité de la situation et son inscription dans la durée, elles ont également annoncé que la zone d’exclusion de 20 kilomètres autour de la centrale, dont 70 000 personnes ont d’ores et déjà été évacuées, pourrait être étendue. La semaine passée, déjà, l’AIEA et Greenpeace avaient fait part de leur inquiétude après avoir mesuré des niveaux de radiation alarmants dans des zones où la population était encore bel et bien présente. Les autorités japonaises, qui ignoraient alors la sourde oreille, tendraient enfin l’oreille.

La communauté d’Itate a ainsi reçu l’ordre lundi de se préparer à l’évacuation : ce village, pourtant situé à plus de 39 kilomètres de la centrale, a pris de plein fouet les vents qui soufflent vers le nord-ouest depuis Fukushima. Et avec eux, leur lot de radioactivité. Ici, rapporte le quotidien britannique The Guardian, les officiels s’inquiétent que la population soit exposée à une radiation de plus de 20 millisieverts par an, ce qui aurait des conséquences sur la santé humaine à long terme. « Les évacuations qui ont eu lieu juste après l’accident étaient dues à des risques d’exposition aiguë. Les vagues d’évacuation à venir sont, elles, liées à des risques d’exposition chronique : le territoire est contaminé, les radioéléments se sont déposés sur les sols et dans les eaux et vont générer une ou plusieurs années d’exposition », analyse Thomas Houdré. Avec Ilate, cinq autres communautés devraient plier bagages dans les jours à venir. Et les poser ailleurs, pour longtemps.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Une enfance en pleine nature jurassienne, des études de biologie et de géologie, l’envie de transmettre cette passion pour le monde vivant, et le monde tout court, et un goût sans limite pour les nouvelles contrées. Alice est journaliste scientifique.

TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité