publicité
Accueil du site > Actu > Société > « Ce qui était l’apanage de l’extrême droite fait désormais partie du discours (...)
25-05-2011
Mots clés
Politique
Immigration
France
Interview

« Ce qui était l’apanage de l’extrême droite fait désormais partie du discours officiel »

Taille texte
« Ce qui était l'apanage de l'extrême droite fait désormais partie du discours officiel »
(Crédit photo : Simone Donati - Terraproject - Picturetank)
 
Pourquoi cette instrumentalisation permanente du thème de l’immigration par le personnel politique français ? Réponses de la juriste Claire Rodier.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 26 - juin 2011

Immigrés : ce qu’ils rapportent à la France

Questions à Claire Rodier, juriste, membre du Groupe d’information et de soutien des immigrés (Gisti) et vice-présidente de Migreurop, réseau européen et africain de lutte contre les camps d’étrangers.

Terra eco : Le gouvernement souhaite réduire l’immigration légale, restreindre l’accès des étrangers à certaines prestations sociales… Dans quel contexte interviennent ces annonces ?

Claire Rodier : L’immigration reste une bouée de sauvetage pour des politiques en manque de vrai projet. Aujourd’hui, le thème ressurgit à l’approche d’échéances électorales et dans le contexte de la révolution tunisienne qui a focalisé l’attention sur des débarquements spectaculaires de migrants en Italie. Il y a en outre, en arrière-plan, un climat d’insécurité lié à la crise économique, qui réactive en Europe le repli sur soi et les égoïsmes nationaux. On fait toute une affaire de 20 000 Tunisiens qui débarquent à Lampedusa mais dans six mois, ils se seront fondus dans le décor car c’est une goutte d’eau à l’échelle des 500 millions d’Européens. L’Europe semble avoir perdu sa capacité à canaliser les gesticulations souverainistes de certains Etats membres, qui oublient que la question des frontières a été communautarisée voici plus de dix ans. Et que la convention de Schengen repose sur un principe de solidarité face aux mouvements migratoires. On a déjà vu la Commission européenne céder devant les illégalités manifestes commises par la France en expulsant des Roms, elle recommence aujourd’hui avec Schengen.

Les termes du débat autour de l’immigration en France ont-ils changé ?

Il y a un regain de cynisme, des tabous sont tombés. Ça a commencé en 2005 avec l’arrivée du concept d’« immigration choisie » : une façon de dire que les immigrés doivent être utiles ou ne pas être. Régulièrement, des politiques sont envoyés au charbon pour lancer des phrases-chocs, comme Claude Guéant affirmant que « les Français ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux ». Les vannes semblent ouvertes, tout est bon, y compris les annonces dont on sait qu’elles ne sont pas réalisables, comme l’extension de la déchéance de nationalité aux personnes condamnées pour crimes envers les dépositaires de l’autorité publique, mesure apparue puis disparue – parce qu’absurde – dans le projet de réforme de la loi sur l’immigration. Ce qui était autrefois l’apanage de l’extrême droite et du café du commerce fait aujourd’hui partie du discours officiel.

Comment expliquez-vous le succès d’un certain nombre d’idées reçues, selon lesquelles l’immigration plombe nos comptes publics ou alimente la criminalité, le chômage… ?

Dans un contexte d’inquiétude de l’avenir et d’insécurité d’une part croissante de la population, la rhétorique du bouc émissaire, vieille comme le monde, marche toujours. Et ceux qui en jouent sont plus entendus que ceux – pourtant nombreux – qui sont en mesure de démonter ces idées toutes faites. Le risque des idées fausses et des explications mensongères, c’est que ça mène à des solutions tout aussi fausses : voter pour l’extrême droite, par exemple.

Avez-vous le sentiment que le racisme progresse dans la société ?

On prête volontiers à l’« opinion » des sentiments qui ne se vérifient pas forcément au quotidien : pensez aux mobilisations citoyennes déclenchées par des mouvements comme Réseau Education Sans Frontières (RESF), par exemple. Ce qui est sûr, c’est que la propagande xénophobe officielle, dont j’ai parlé avant, peut influencer Monsieur Tout-le-Monde.

Quel intérêt politique cela sert-il ?

Focaliser sur les immigrés, c’est pratique quand on n’a pas grand-chose à fournir, notamment en termes de bilan social. Le monde politique n’a jamais vraiment réfléchi à la question de l’immigration de façon saine. D’où un empilement de réformes inadaptées à une réalité pourtant appréhensible pour peu qu’on se plonge dans les rapports des organismes internationaux, des ONG, des chercheurs. Ces travaux mettent à mal l’approche sécuritaire, la fermeture des frontières mais ils ne sont pas utilisés.

Selon vous, dans quelle direction faudrait-il aller ?

Les déplacements humains sont un des maillons de la mondialisation. Il faut dire que l’immigration est un phénomène normal, qui n’est pas grave. Le Gisti (1), le Groupe d’information et de soutien des immigrés, défend la liberté de circulation. Non seulement les dispositifs sécuritaires sont rarement efficaces, mais ils représentent un coût humain de plus en plus lourd. Il y a des mouvements de population inéluctables. Ainsi, quand on fait la guerre en Libye, il faut assumer que ça génère des flux de réfugiés… Nous défendons une vision collective de l’avenir de la planète. Plutôt que de s’enfermer dans une illusoire forteresse, mieux vaut prendre les mesures pour anticiper cette réalité qui s’imposera de toute façon. —

(1) A lire sur le sujet, Liberté de circulation, un droit, quelles politiques (Gisti, 2011).

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Journaliste indépendante. Collabore à Terra eco depuis novembre 2010.

TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité