publicité
Accueil du site > Blogs > Les blogs > innovation politique > Augmentation des tarifs d’énergies, comment en sortir ?

innovation politique

Par Rodrigue Coutouly
23-02-2011

Augmentation des tarifs d’énergies, comment en sortir ?

L'augmentation immédiate des prix du gaz et de l'électricité, les prévisions d'accroissement inexorables des tarifs dans les décennies à venir, doivent nous interroger : si l'énergie augmente ainsi, que pouvons-nous faire pour en sortir ?

Et le chauffage des maisons et appartement n’est pas le seul domaine d’inquiétude. Concernant les prix du pétrole, le passage au-dessus de 100 dollars le baril semble définitif et préfigure de nouvelles hausses. Le prix des matériaux issus du sous-sol (acier, aluminium,ciment, terres rares, ...) ne cesse de croître. Pendant longtemps le discours institutionnel français pouvait se gargariser de l’utilisation d’une ressource abondante et bon marché, l’uranium. C’est maintenant bien fini : les chinois (qui mettent en service une centrale nucléaire par mois) et Al-Qaida au Maghreb islamique qui menace nos approvisionnement au Sahel vont rendre l’achat d’uranium de plus en plus coûteux.

En définitive, toutes les ressources sur lesquels nous avions bâties notre prospérité sont menacées. Les économistes vont se déchirer pour savoir quels sont les racines de cette catastrophe : le libéralisme ? la spéculation ? la rareté et la concurrence économique dans une planète finie ?

Mais est-ce bien là le débat le plus important ? En effet, ce phénomène menace de nous ruiner en rendant insupportable les charges pesant sur les ménages et la collectivité. La balance des paiements et la balance commerciale de la France (55 milliards d’euros cette année) déjà gravement déficitaires à cause du pétrole risquent de continuer à plonger. La ruine à moyen terme nous menace. Aussi, plutôt que de chercher les causes du mal, il semble plus urgent de se demander comment sortir de ce piège dans lequel nous sommes entrés.

Or, il n’y a qu’une double alternative : utiliser des ressources renouvelables et faire des économies. Pendant longtemps, et encore aujourd’hui pour une majorité de nos contemporains, les techniques et les projets de constructeurs écologiques ont passés pour d’aimables plaisanteries de doux rêveur vivant à la bougie en élevant des chèvres. C’était considéré comme fantaisiste et irréaliste, loin de l’économie "réelle" et "sérieuse" qui dégageait, "elle" de la richesse.

Et pourtant, retenez bien les noms de ces techniques : la maison passive qui produit davantage d’énergies qu’elle n’en consomme, l’utilisation du chanvre ou de la paille dans la construction, la récupération d’eau de pluies ou de la chaleur de l’eau ou de l’air "usé". Elles représentent, parmi d’innombrables autres techniques, l’avenir du secteur de la construction. Elles seront vitales pour créer des emplois et limiter les charges énergétiques des ménages, des entreprises et du pays.

Les enjeux de ces techniques concernent le logement neuf mais aussi, et surtout, l’ensemble des anciennes constructions. En effet, le renouvellement de l’habitat étant très lent, il faut s’intéresser à l’habitat existant où vive une majorité de français qui doivent payer des factures de gaz, d’électricité ou de fioul. L’isolation par l’extérieur des bâtiments, l’utilisation de sources alternatives de chauffage (le soleil, la biomasse) sont les principales techniques à diffuser. Il s’agit d’un gisement d’emplois considérables. Si ces travaux vont avoir un coût énorme, la création d’emplois et les économies financières qui en sont l’enjeu rendent ces chantiers vitales pour la relance de l’économie française.

Mais les partis et les futurs candidats à l’élection présidentielle sont-ils conscients des enjeux ? Il est permis de se poser la question et de s’en inquiéter.

Pour en savoir plus :

la maison écologique

habitat urbanisme déchets

COMMENTAIRES
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

A PROPOS

Principal de collège, agrégé d’histoire-géographie, j’ai été, dans une autre vie, technicien forestier à l’Office national des forêts et j’ai travaillé en Afrique sahélienne.

publicité
publicité

  • Se connecter
  • Créer un compte
  • NEWSLETTERS
    Cochez les cases pour vous abonner à vos newsletters
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité