publicité
Accueil du site > Blogs > Les blogs > innovation politique > La Grèce n’est pas responsable de nos crises

innovation politique

Par Rodrigue Coutouly
13-11-2011

La Grèce n’est pas responsable de nos crises

Après cette folle semaine, où la situation grecque a focalisé l'attention, nous sommes tous dans l'attente d'un dénouement a une crise interminable et insupportable dans ce qu'elle révèle de la fragilité de nos sociétés démocratiques.

Toute la semaine, on a entendu les dirigeants européens et les experts nous dire qu’il fallait faire ceci ou cela, pour retrouver ensuite "une situation normale", pour faire "revenir la croissance". Or, il est fort probable que cette crise mondiale, européenne et grecquecontinue, et pendant fort longtemps. Il est plausible de penser que la crise va durer et que nous ne retrouverons pas la croissance.

Pourquoi ? Essentiellement parce que les "élites" qui nous gouvernent n’ont pas compris la nature des problèmes que nous rencontrons depuis 3 ans. Pour eux, il s’agit d’une crise économique classique qui a pris une ampleur inédite et qui a été aggravé par l’ampleur des déficits publics. Il suffit donc de régler les problèmes "techniques" que nous rencontrons pour reprendre le cours "normal" de l’histoire, le retour de la prospérité, de la croissance, d’une croissance mondialisée, élargie pour le bonheur des peuples.

Retrouver la croissance ?

Le nez dans le guidon, nos experts et nos politiques considèrent la croissance comme la situation normale de nos sociétés modernes et démocratiques. Pourtant l’Histoire nous enseigne que les situations de croissance économique sont davantage l’exception que la règle dans l’évolution des sociétés humaines. Ils sont obsédés par l’espérance de retrouver le Graal de la croissance, cette méthode quasi-magique qui a permis à l’Europe pendant 30 ans, et aux pays émergents depuis dix ans, de connaître croissance de plus de 5% et plein emploi.

Cette situation singulière n’arrive qu’une fois quand une conjonction de facteurs se trouve réunis : stabilité politique et sociale, économie fortement exportatrice, territoires disponibles pour permettre l’expansion territoriale des activités humaines.

Cette dernière condition est très importante car elle explique pourquoi la "grande" croissance n’a lieu qu’une seule fois : quand l’urbanisation a eu lieu, le phénomène ne peut se reproduire.

L’obsession de nos dirigeants à retrouver ce graal explique leurs échecs renouvelées : on a cru, on croit encore que "la reprise" nous tend les bras, qu’il suffit de trouver les bons relais de croissance pour que tout redémarre comme avant : mais quel levier de croissance peut-on espèrer ?

- une industrie novatrice dans de nouveaux domaines ? Les pays émergents ont acquis suffisamment d’autonomie et de réactivité pour rapidement nous tailler des croupières

- l’émergence d’une société de la connaissance porteuse d’emplois et de richesses nouvelles ? Le monde, l’Europe et la France voient le nombre de diplômés au chômage augmenter chaque année. Utile individuellement, le diplôme n’est pas suffisant pour créer l’emploi et la richesse.

- une nouvelle économie basée sur les services nouveaux à la personne ? Utile, pour les personnes qui en ont besoin, ces services réclament de la richesse pour les financer mais ne vont pas en créer directement.

Faut-il désespérer ? Non, car il reste un secteur de gisement de développement d’emplois et de richesses, un seul, sur lequel nous pouvons retrouver une situation singulière, c’est celui d’une économie "verte" totale, qui renouvelle l’ensemble des fondamentaux de nos organisations sociales. Passer à une société pleinement "durable" nécessite des modifications importantes des réseaux, de la circulation des flux, de l’usage des ressources qui vont réclamer des équipements nouveaux porteurs de nouvelles richesses. Ce foisonnement d’initiatives et de bouleversements, ce découplage multifactoriel avec l’ancienne économie est le véritable espoir de demain. Il faut nous détourner de l’ancien monde et aller vers un monde nouveau.

Nous n’en sommes pas encore là car les déficits publics sont venus plomber durablement l’espoir de nous en sortir.

Le boulet des déficits :

L’origine des déficits publics et privés dans nos vieilles sociétés occidentales provient de la croyance de nos élites en la croissance. Souvenons-nous, il y a seulement 2 ans, le gouvernement actuel (mais il aurait pu s’agir d’un gouvernement de gauche) lançait le grand emprunt sous les applaudissements de l’ensemble des experts. Les mêmes élites nous bassinent aujourd’hui avec "le piège de la dette".

Le recours à l’emprunt par les Etats, les entreprises et les particuliers a été vécu, il y a encore très peu de temps, comme un palliatif : "en attendant que cela aille mieux, pour se relancer", on emprunte. Avec l’idée que, plus tard, quand le soleil aura réapparu, on remboursera.

Nous n’avons rien remboursé car le soleil n’est pas revenu. Il n’est pas revenu car nous avons dépensé l’argent de la relance pour faire des choses qui n’ont rien amélioré, parce que nous avons utilisé cet argent pour des usages inutiles et désuets.

Revenons à la Grèce : depuis 20 ans, elle a acheté avec l’aide de l’Europe des aéroports, des autoroutes, des voitures et du pétrole. En quoi ces achats ont-ils apportées un surplus de richesse et de puissance économique à la Grèce ? Ils ont apporté aux Grecs du confort et les attributs de la richesse mais n’ont pas développé et modifié, de manière profonde, l’économie du pays. La croissance des biens n’est pas la croissance des moyens de produire de la richesse.

J’ai pris l’exemple de la Grèce mais il pourrait s’agir aussi bien de l’Espagne ou de la France. Nous avons eu tous les mêmes politiques et nous sommes tous dans le même piège. Le paroxysme grec s’explique par des dépenses militaires trop importantes, une culture de la fuite fiscale et des politiques libérales de réduction des impôts qui ont plombé progressivement ce pays comme elles en ont aggravé la situation de bien d’autres.

Il faudra sortir du piège de la dette comme il faudra sortir de l’ancienne économie. Mais avec quel argent ? Puisque les systèmes classiques de l’emprunt public et les outils fiscaux traditionnels sont dépassés, il va falloir innover et inventer de nouveaux outils.

Il va falloir "découpler" la fiscalité de la fiscalité traditionnelle. Concevoir une fiscalité découplée du budget de l’Etat qui permette le financement des éco-innovations nécessaires à un autre développement, une fiscalité qui ne se perd pas dans l’océan de l’Etat mais qui, étroitement ciblée, exclusivement au service de la relance utile de l’économie, auto-régulé permette de favoriser et de financer la nouvelle économie verte dont nous avons besoin. Ces contributions incitatives nouvelles seront au service du découplage de l’économie et des sociétés avec l’ancien monde dont nous devons sortir.

Conclusion : la Grèce n’est pas l’enfant terrible de l’Europe, celui qu’il faut bannir, punir et réformer. La Grèce est membre à part entière de la grande famille européenne, elle appartient à notre histoire commune.

Ses maux et ses travers sont les nôtres. La famille européenne doit prendre conscience que notre maison commune est dépassée, inadaptée à l’évolution de son environnement. Il faut reconstruire nos lieux de vie, sortir de l’économie du pétrole, du consumérisme à outrance pour construire un foyer durable, où la culture et l’éducation servent au développement des personnes et non au seul développement économique. Cette construction nécessite la sortie de l’ancienne économie, de l’ancienne fiscalité pour un découplage, un nouvel horizon sociétale, économique et fiscale.

COMMENTAIRES ( 6 )
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Juste un mot, pour rappeler que si l’Allemagne avait payé à la Grèce les dommages de guerre que celle-ci lui réclamait, cette dernière serait sans doute moins en crise aujourd’hui, et notre voisin, peut-être moins florissant et arrogant…

    28.09 à 09h30 - Répondre - Alerter
  • "Le paroxysme grec s’explique par des dépenses militaires trop importantes, une culture de la fuite fiscale et des politiques libérales de réduction des impôts qui ont plombé progressivement ce pays comme elles en ont aggravé la situation de bien d’autres."
    Un commentaire cette fois-ci non logorrhéique sure cette assertion surprenante dans votre discours : le paroxysme grec s’explique avant tout, et quelles que soient ses dérives budgétaires, dans l’abandon, à l’échelle étatique ou fédérale, de la dette, autant dire de la création monétaire, aux banques privées et l’aliénation de la banque centrale européenne à ces mêmes établissements de profit privés et, pis, à leur méthode d’emprunter à bas coût pour reprêter avec une confortable plus-value !

    20.01 à 00h55 - Répondre - Alerter
    • Merci pour ce commentaire,
      mais l’extrait a été mal compris. Il ne s’agit pas d’expliquer la dette grecque par ces causes là mais d’expliquer pourquoi un phénomène général (la dette dans les pays de l’UE) atteint son paroxysme en Grèce.

      20.01 à 09h15 - Répondre - Alerter
  • bah, Rodrigue, si je soutiens à 100% l’indispensable mutation de notre société, je ne me voile cependant pas la face et ne peux croire en l’idée même d’une "croissance" qui serait de plus "verte".

    trois motifs principaux à cette incrédulité :

    1. le verdissement toujours croissant des acteurs "économiques" via le dévoiement des mécanismes tels que la compensation carbone : non seulement, l’industrie s’achète une respectabilité, certes douteuse, mais encore le fait-elle massivement au prix de la spoliation de populations "exotiques" sans défense et de la surconsommation exponentielle du pauvre reste de nature qui est le nôtre (effet des vases communiquants) ;

    2. Les politiques élus "démocratiquement" (y aurait-il d’ailleurs un risque que le pays échappe à l’oligarchie socialo-droitière que la majorité menacée du moment s’empresserait de modifier les découpage électoraux pour conserver "son" pouvoir ou au pire ne le perdre qu’au bénéfice de son clône de "l’autre" [rires !] bord. Et même si la fiction d’une alternance écologique en venait à voir le jour, que pèserait-elle face à la nomenklatura technocratique française (ENA, X-mines, X-ponts, etc.) qui tient les cabinets des ministères ? Il suffit de se rappeler le bras de fer perdu par Jean Arthuis face à l’administration des finances pour se convaincre que TOUTE réforme en profondeur ne peut se faire qu’à l’impossible mise au pas de ces "élites" de l’ombre, dont on forme de plus les nouvelles générations à l’aune des fantasmes de croissance économique des 30 glorieuses et avec les mêmes oeillères idéologiques, notamment pour ce qui concerne la valeur INTRINSÈQUE de la nature ;

    3. Allez, soyons fous ! Imaginons cependant cette alternance et les oligarques des cabinets ministériels mis au pas : ne serait-ce que pour repeupler la campagne française d’agriculteurs respectueux de leur gagne-pain, à savoir le sol, dans le cadre d’exploitations agricoles bio faiblement mécanisés et donc créatrices d’un gisement d’emplois a minima saisonniers, il faudrait combattre et vaincre dans le désordre et pour cinq cents les "coopératives" agricoles, qui ne sont rien d’autre que les comptoirs officieux mais bien réels des industries semencière, vétérinaire et chimique, le Crédit agricole et sa prison [mal] dorée pour agriculteurs surendettés pour le plus grand bénéfice du bras dont il est devenu de longue date l’arme, à savoir l’agro-industrie, combattre et vaincre les groupes de pression de cette dernière à l’échelle de l’Europe "politique" pour réformer la PAC et l’orienter en faveur d’une agriculture biologique débarassée des tares de son label européen actuel, combattre et défaire la pullulation d’industries faisant leur beurre sur les diverses pollutions en vendant leurs services d’épuration devenus mal nécessaire et manne financière, etc.

    Et ceci n’est qu’une bien faible part de ce qui est à accomplir ! Je pourrais parler de politique nataliste, de mise en place effective dans un premier temps du principe pollueur-payeur puis de celui pollueur-criminel (ah ! le nombre impressionnant de sanctions inscrites dans les arrêtés préfectoraux autorisant les ICPE et jamais réalisées, malgré l’irrespect quasi systématique
    des articles liés - ah ! les oeillères préfectorales devant l’aspect cumulatif des pollutions autorisées !, et j’en passe, là encore) et de bien d’autres sujets...

    Vous comprendrez donc que, malgré ma souscription à l’idée que vous présentez et soutenez, je doute qu’elle ne reste qu’un fantasme en l’état actuel des choses et hélas prévisible pour leur futur et que le virage vital pour notre espèce et toutes les autres ne pourra se faire, s’il se fait, que dans un cadre révolutionnaire et non dans l’abandon complice des cabinets cossus et feutrés où l’on décide les lois qui nous verrouillent sous le prétexte "d’état de droit" aux lobbies financiers de l’industrie planétaire.

    Alors non, la Grèce n’est pas responsable de nos crises, elle n’est qu’une tantième victime des dégâts collatéraux d’une ploutocratie non pas irresponsable (elle ne saurait pas) mais criminelle (elle sait !) qui nous aura suicidés avant même que de comprendre que l’argent ne se mange pas !

    Je ne pourrai décemment croire en le potentiel de cette idée humaniste, responsable et écologiSTE (pas -écologiQUE) que le jour où sera défini un cadre juridique UNIVERSEL rendu immédiatement effectif pour les crimes économiques permettant à des populations entières la saisine d’une justice internationale sans la moindre aménité financière ni carcérale envers les acteurs véreux dénués de tout scrupule, pour ne pas dire amoraux, et parfaitement connus de la catastrophe socio-écologique en cours !

    19.01 à 13h58 - Répondre - Alerter
  • j’aimerai que quelqu’un m’explique ce que c’est la croissance verte. Tout le monde en parle et personne n’explique. il y a sans doute des écrits sur ce sujet ?
    J’aimerai bien avoir des pistes de lectures sur le sujet

    12.12 à 10h16 - Répondre - Alerter
    • bonjour Claude,
      bah ! la croissance verte, c’est de la poudre aux yeux, pour l’heure ! Et il est tout sauf certain que la croissance (économique, s’entend) puisse être verte (écologique et écologiste).
      Pour moi, il ne s’agit que d’un énième plan marketing surfant sur l’air (délétère) du temps pour reconduire ces mêmes aberrations ploutophiles qui nous ont mené aux saccages économique et écologique dans lesquels se justifient justement les tenants de cette croissance "verte" à la mode actuelle, cette douteuse panacée consistant en toujours plus de production énergétique et industrielle (donc toujours plus de consommation...) auto-proclamées écologiquement vertueuses à grand renfort généralement d’achat de droit à polluer (système de la compensation carbone, notamment).
      Une croissance verte ne me paraît possible possible que découplée de l’indice actuel de performance de nos sociétés, à savoir la croissance économique (créer de la richesse matérielle) et adossée à un indice qui pourrait être celui du bien-être social et du respect (pas de la gestion !) de cette nature dont l’argent oublie fort opportunément qu’elle nous est bien plus indispensable que lui pour (sur)vivre encore quelques temps...

      20.01 à 12h34 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

A PROPOS

Principal de collège, agrégé d’histoire-géographie, j’ai été, dans une autre vie, technicien forestier à l’Office national des forêts et j’ai travaillé en Afrique sahélienne.

publicité
publicité

  • Se connecter
  • Créer un compte
  • NEWSLETTERS
    Cochez les cases pour vous abonner à vos newsletters
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité