publicité
Accueil du site > Blogs > Les blogs > innovation politique > Comment interpréter le retour de l’inflation ?

innovation politique

Par Rodrigue Coutouly
21-08-2012

Comment interpréter le retour de l’inflation ?

Longtemps combattue avec succès, l'inflation est de retour. Comment comprendre la réapparition d'un phénomène essentiel aux activités économiques ?

Des prix du gaz, de l’électricité en hausse continue et contenue en France par la pression de la puissance publique ; des prix des carburants qui, de nouveau, se rapprochent de leurs records historiques ; les loyers des petits appartements en région parisienne en augmentation de 10% cette année ; des denrées alimentaires en hausse de 3,7% : l’inflation est de retour dans l’hexagone.

Certes, officiellement l’inflation s’établit en France autour des 2% (2,1% pour 2011) mais le calcul de l’indice des prix à la consommation est de plus en plus critiqué. Il repose sur un calcul global qui mélange des éléments très différents. Restons-en à ces augmentations de prix précis qui concernent des produits ou des services qui touchent la vie quotidienne des Français.

Ce que partagent ces différents prix en hausse, c’est l’idée de rareté. Il s’agit à chaque fois de ressources dont la disponibilité n’est pas toujours acquise, pour lesquels des tensions importantes se font jour entre l’offre et la demande.

Le gaz et les carburants sont des hydrocarbures pour lesquels la demande sur le marché mondial est et restera très importante. L’électricité subit la nécessité pour les opérateurs d’investir fortement dans les infrastructures et la sécurité pour en assurer la production. Le marché de l’immobilier est confronté à la pénurie de logements disponibles. Les denrées alimentaires subissent des tensions sur les marchés mondiaux et sont handicapées par l’augmentation des coûts des intrants (engrais et gasoil).

Cette inflation n’est donc pas une inflation classique liée à l’évolution de la croissance, de l’emploi ou aux politiques monétaires des Etats mais une inflation créée par la rareté de ressources non renouvelables : hydrocarbures, logements, terres agricoles. C’est une inflation qui est fille de la mondialisation, d’une mondialisation qui a globalisé ces ressources et s’est étendu à la planète entière. C’est une inflation qui est en lien direct avec la crise écologiquedont nous sommes en train de vivre les prémices.

Conclusion : pour la majorité des analystes, l’économie et l’environnement ne font pas bon ménage, la seconde étant considérée comme un coût au détriment de la croissance. Progressivement, il va nous falloir accepter l’idée que l’économie va dépendre de plus en plus de notre capacité à appuyer nos activités humaines sur des ressources durables.

source image : le blog "les crises" d’Olivier Berruyer

COMMENTAIRES
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

A PROPOS

Principal de collège, agrégé d’histoire-géographie, j’ai été, dans une autre vie, technicien forestier à l’Office national des forêts et j’ai travaillé en Afrique sahélienne.

publicité
publicité

  • Se connecter
  • Créer un compte
  • NEWSLETTERS
    Cochez les cases pour vous abonner à vos newsletters
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité