publicité
Accueil du site > Actu > Déchets > Algues vertes : quand le fléau devient mine d’or
Article Abonné
27-03-2014
Mots clés
Société
Eau
France

Algues vertes : quand le fléau devient mine d’or

Taille texte
Algues vertes : quand le fléau devient mine d'or
 
Un consortium breton fait d’une pierre deux coups en transformant l’envahissante ulve en compléments alimentaires pour animaux.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 56 - avril 2014

Lève-toi et marche !

En juillet 2011, sur une plage de Morieux (Côtes-d’Armor), 18 marcassins sont retrouvés morts. Les suspects ? Les algues vertes. Mais derrière ce terme générique se cachent plus de 700 espèces. Et toutes ne sont pas des tueuses gorgées de nitrates. Leurs propriétés sont utilisées dans des produits de beauté, des des mets japonais ou des gélifiants, comme l’agar-agar. Ulvans va encore plus loin. Ce consortium, né de la rencontre entre le groupe de « chimie verte » Olmix et quatre PME bretonnes, vise le leadership mondial de l’industrie de l’algue verte. Comment ? En fabriquant des compléments alimentaires pour l’élevage et de nouveaux produits dans le secteur de la santé, animale et végétale. La Banque publique d’investissement croit au projet et a mis près de 11 millions d’euros sur la table ; les industriels, 15 millions.

Du business sur la pollution ?

A la tête d’Ulvans, Hervé Balusson, le patron d’Olmix. « Il y a vingt ans, on nous prenait pour des fous quand on voulait utiliser ces algues pour la santé animale, se souvient-il. Aujourd’hui, on le fait. Nous sommes des pionniers et le marché est mondial. » Olmix termine actuellement ses expérimentations, avant de passer à la phase industrielle. Objectif : 15 000 tonnes d’algues à récolter du Cotentin à la Vendée, et à terme, 5 millions en Chine !

Le terrain est propice. Les algues vertes profitent des nitrates rejetés par les élevages industriels pour prospérer. Elles sont collectées en mer avant de devenir dangereuses – elles le deviennent lorsqu’elles pourrissent sur les plages. Quand on demande à Hervé Balusson s’il ne fait pas fortune sur le dos de la pollution, il s’agace : « Au contraire, on est en train de régler le problème des algues vertes », en les récoltant en mer, avant qu’elles ne recouvrent les côtes.

Limiter l’usage des antibiotiques

Les algues sont ensuite séchées, puis pressées. Olmix sépare protéines, minéraux et sucres. En mélangeant les sucres avec de l’argile et des huiles essentielles, on obtient une mixture à diluer dans de l’eau ou dans la nourriture, ou un onguent à étaler sur le corps des bêtes. A l’arrivée, leurs systèmes immunitaire, reproductif et digestif en ressortent renforcés. « Nos produits limitent l’utilisation des antibiotiques dans les élevages et, le jour où il n’y aura plus de marées vertes, nous pourrons les cultiver », sous serre dans des piscines couvertes ou en mer, à la manière des ostréiculteurs, affirme Hervé Balusson.

Pour le chercheur d’or vert, le potentiel est immense. Il est là où se trouvent les algues et là où il y a de l’agriculture : en somme, partout dans le monde. Cela veut dire être présent dans une dizaine de pays, de la Russie au Brésil et demain en Chine, une habituée des marées vertes : 29 000 km2 de côtes ont été recouvertes l’été dernier. —

- Le site d’Olmix

Impact du projet

11 millions d’euros mis sur la table par la Banque publique d’investissement

15 000 tonnes d’algues à récolter du Cotentin à la Vendée

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Ce qui me chagrine, c’est qu’on va se dire "chouette, on a un moyen de se débarrasser des algues", sans vraiment creuser les causes du problème : une agriculture intensive qui produit des quantités de viande pas bonne, tout cela au détriment de la santé et de la fierté des producteurs...

    8.04 à 23h45 - Répondre - Alerter
  • Il serait bon de vérifier un peu les infos avant de faire de la pub pour l’agro bussiness ...

    déjà dire que derriere le terme générique " algues vertes" il y a 700 espèces d’algues, c’est juste faux ! Il y a bien 700 espèces d’algues en bretagne mais l’algue verte il n’y en a qu’une, c’est l’ulve et c’est bien sa prolifération qui est une pollution !

    ensuite quand Mr balusson, issu du milieu porcin, nous dit qu’il va régler le problème, c’est une vaste fumisterie ! surtout destinée à pomper de la subvension, ce qu’il a très bien reussi à faire en s’associant à la SICA saint pol de léon, grosse coopérative légumière tres proche de la FNSEA....

    La prolifération des algues vertes en bretagne est bien un des symptomes de l’eutrophisation des eaux littorales = trop de nutriments (azote+ phosphore ) qui arrivent des terres vers la mer. Et en bretagne ces apports de nitrates viennent à plus de 90% de monde agricole ( ammonitrates + déjections des animaux ). Et il y a d’autres conséquences que les algues vertes comme les blooms de phytoplanctons toxiques, réguliers sur nos côtes...

    donc renseignez vous, allez voir les écolos là bas, ils vous diront (tout le mal ) qu’ils pensent de ce projet !!

    29.03 à 12h46 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité