publicité
Accueil du site > Actu > Green People > A Bruxelles, pour Madame Climat, c’est bientôt la fin du combat
14-04-2014
Mots clés
Climat
Europe
Portrait

A Bruxelles, pour Madame Climat, c’est bientôt la fin du combat

Taille texte
A Bruxelles, pour Madame Climat, c'est bientôt la fin du combat
(Crédit photo : orlando almeida - global imagens - zuma - réa)
 
A près de 54 ans, Connie Hedegaard ne sera plus commissaire européenne au Climat à la fin de l’année. Alors qu’elle revendique son bilan sans regrets ni états d’âme, certains le jugent décevant, manquant d’ambition.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 58 - juin 2014

Football : je t’aime… moi non plus
Si les gouvernements persistent dans leur inertie et que les émissions n’arrêtent pas leur course folle, les températures pourraient s’élever de 3,7 à 4,8 °C d’ici 2100, selon le troisième volet du cinquième rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), publié ce dimanche 13 avril. Si le précédent texte s’attachait à décrire les mesures d’adaptation au dérèglement climatique, celui-ci examine les voies possibles d’atténuation des émissions. Il boucle – avant la publication de la synthèse – l’immense travail de centaines d’experts internationaux et fournit des billes aux gouvernements pour le prochain grand raout climatique d’importance : la conférence de Paris, en 2015. A cette conférence, Connie Hedegaard, commissaire européenne au Climat et figure décisive des derniers grands sommets, n’assistera pas. Car son mandat s’achève.

Plus que six mois et Connie Hedegaard pourra tourner la page. Elle n’aura plus à écouter la rengaine exaspérante des industriels dénonçant le coût de la politique climatique européenne ; elle n’aura plus à supporter que son collègue à l’Energie, l’Allemand Günther Oettinger, lui marche sans arrêt sur les pieds ; elle n’aura plus à se ranger derrière les arbitrages timorés du président de la Commission européenne José Manuel Barroso. Car, quoi qu’elle en dise, la commissaire européenne au Climat en a bavé pendant ces quatre années et demie à Bruxelles.

Le Danemark avait pourtant choisi une pointure pour devenir la première « Madame Climat » de l’Europe. Journaliste de talent, chouchoute des Danois, devenue ministre de l’Environnement puis du Climat et de l’Energie dans le gouvernement conservateur, elle était aux avant-postes de la conférence des Nations unies sur le climat (1). Elle devait arriver à Bruxelles auréolée de son succès. « A l’automne 2009, raconte-t-elle, tout le monde pensait qu’on allait avoir un accord international et qu’après ce serait le job le plus facile de la Commission. Que j’aurais juste à m’asseoir et à mettre en musique l’accord international. » Mais le film ne s’est pas déroulé comme prévu. Il n’y a pas eu de deal.

« Une vraie politique »

Cela n’empêche pas ses amis comme ses ennemis de louer son « extrême intelligence », et sa « combativité ». « C’est une femme brillante, quelqu’un qui comprend vite, même les sujets les plus ardus », souligne un ancien collaborateur. Elle est aussi réputée pour son caractère bien trempé. « Elle n’a pas froid aux yeux, confirme le commissaire français Michel Barnier qui la côtoie toutes les semaines. C’est une vraie politique. Il en faudrait plus des comme elle. » La conservatrice danoise, version gaulliste sociale, devenue meneuse de la lutte contre le changement climatique, n’aura pourtant réussi à arracher que des compromis plutôt médiocres. Son bilan est mauvais, jugent les plus critiques ; décevant, nuancent les plus gentils. Mais la plupart ne lui font guère porter le chapeau. La crise est passée par là, balayant les ambitions européennes. « Elle s’est battue avec ténacité, elle a obtenu le maximum de ce qu’on pouvait lui donner », assure un diplomate.

Dans son grand bureau lumineux, au neuvième étage du Berlaymont, le siège de la Commission européenne, Connie Hedegaard, 53 ans, met en avant ses résultats, un à un, avec sérieux. Pas question de fendre l’armure. Aimable, mais sans chaleur, elle argumente. C’est une cérébrale. Elle pourrait se défausser sur le lobby effréné des industriels, le manque de courage de Barroso, la résistance des Etats membres. Non. Sobre dans sa robe noire, elle répète que 40 % de réduction des émissions de gaz à effet de serre en 2030 par rapport à leur niveau de 1990 est un « objectif ambitieux et réaliste ». Sans cela, elle ne l’aurait pas accepté. Elle joue sa partition sans fausse note. « Quand la décision est prise, si vous êtes dans une équipe, en tant que membre, vous devez défendre cette décision, qu’elle aille dans votre sens ou pas ! » Le 22 janvier dernier, alors qu’elle présente aux côtés du Président Barroso et du commissaire Oettinger les objectifs climatiques de l’Union à l’horizon 2030, pièce majeure de la mandature, elle laisse échapper son agacement. A un journaliste qui relaie le manque d’ambition dénoncé par les ONG, elle raille ces « deux professions dont la tâche est autrement plus facile que celle des politiques. Les journalistes n’ont qu’à poser des questions, tandis que les politiques doivent y répondre. Les ONG prétendent apporter des réponses, mais elles n’ont pas la responsabilité de les mettre en œuvre. »

Surenchère des ONG

Pourquoi attaquer ses alliés objectifs ? Sait-elle, au fond, que les arbitrages ne sont pas satisfaisants ? En tout cas, elle a piqué au vif ces alliés. Et les langues se délient. « Elle s’est fait avoir, elle a commis une erreur stratégique majeure. Barroso lui a fait croire qu’elle avait obtenu 40 % contre Oettinger (2), alors elle a lâché sur l’objectif d’énergie renouvelable. Mais c’était un faux chantage. Barroso n’aurait jamais pu aller dans les négociations internationales avec moins de 40 % », assure l’eurodéputé Vert luxembourgeois Claude Turmes, fin connaisseur du sujet. « Elle est atteinte du “ syndrome de Copenhague ” : comme elle a perdu à la conférence de Copenhague, elle a très peur de perdre une nouvelle fois, alors elle accepte de mauvais compromis. » La commissaire se refuse aux regrets ou aux états d’âme.

« J’ai obtenu un objectif contraignant (3) au niveau de l’Union européenne pour les renouvelables. Ce n’est pas rien », assure-t-elle. Cartésienne, elle considère que la surenchère des ONG a été contre-productive. « Si elles avaient mis la barre à 45 % pour les gaz à effet de serre, elles auraient été crédibles et auraient pu peser davantage sur les décisions. Nous devons travailler avec les Etats membres, pas contre eux, car ce sont eux et les eurodéputés qui décident à la fin. » Connie Hedegaard ne rempilera pas à la Commission. De toute façon, elle n’a plus la bonne couleur politique. Elle ne reviendra pas non plus sur la scène politique danoise. Sa famille, le Parti populaire conservateur, n’a pas le vent en poupe et elle se sentirait trop à l’étroit au Danemark. Elle s’imagine un avenir plus grand. A l’ONU par exemple… —

(1) Elle s’est tenue à Copenhague, au Danemark, du 7 au 18 décembre 2009

(2) Proposition de réduire de 40% les émissions nationales de gaz à effet de serre en 2030 par rapport à 1990

(3) Objectif de 27 % d’énergies renouvelables en 2030

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
4 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Les meilleures choses ont une fin mais ca ne prouve pas qu’on ne peut pas se rendre encore plus utile dans une autre fonction. Comme les deux autres intervenants dans ces commentaires le font remarquer très durement au sein de l’Europe on ne peut pas parvenir à grand chose. Ils auraient pu rappeler aussi que les fichiers Snowden ont révélé que la conférence de Copenhague avait été espionnée de même que la commission européenne l’est encore de telle sorte qu’il est recommandée à Mme.Climat de se mettre à l’abri de ces pressions pour revenir à Paris en vainqueur (je n’ose pas vainqueuse) en 2015. Mais il ne faut pas se faire d’illusions. Le lieu de rencontre de la conventions des parties qui regit le protocole de Kyoto n’a que très peu d’influence sur le résultat obtenu. De même qu’à Copenhague le protocole qui avait été conçu par Mme.Hedegaard lui a échappé des mains et est parvenu dans l’assemblée au sus de son plein gré compromettant tout le déroulement de la conference il est bien vraisemblable qu’à Paris on obtiendra pas plus qu’à Copenhague. L’ONU n’est pas une assemblée élue. Elles est donc traversée par des lobbies qui ont eu une generation entière sinon deux pour se construire et apprendre à obtenir ce dont ils ont besoin pour faire des bénéfices. Ils savent parfaitement faire sortir par la porte de derrière les décisions que les conférences pleinières ne font qu’entériner. A un an et demie de la conférence de Paris il y a deja trois autres conferences prevue a Nairobi a New York et a Lima et vous voyez tres bien que l’adoption de normes obligatoires par les états pour dépolluer l’athmosphère n’est pas à la libre disposition de Nicolas Hulot aussi célèbre soit-il (et Dieu sait qu’ il est bien placé). Vous pouvez vous reporter facilement aux minutes de la conference de Johannesburg qui sont archivées chez OXFAM et voir comment en 2002 il a été decidé d’augmenter la production pétrolière alors que l’objectif avoué de la réunion mondiale était de réduire l’usage des combustibles fossiles.

    17.06 à 17h16 - Répondre - Alerter
  • Incroyable ce culte de la personnalité.
    La démocratie n’a pas besoin de figure mais de forces identifiables.
    Cette UE est tout le contraire.
    Les états dirigent a-démocratiquement - au sene leurs prises de décisions ne sont pas sanctionnées par le souverain (la population).
    ils ont de fait carte blanche,
    si pas content on change les dirigeants
    JAMAIS ce qu’ils ont fait.
    comment s’étonner que les désastres s’accumulent
    que l’abstention aussi
    que les mécontentements aussi.
    L’irresponsabilité est assurée donc pourquoi se priver ?

    ce système est donc exactement "fou" (irresponsable et incohérent).

    17.06 à 16h42 - Répondre - Alerter
  • "...Nous devons travailler avec les Etats membres, pas contre eux, car ce sont eux et les eurodéputés qui décident à la fin. » Qui composent les dirigeant(e)s des états membres, Mme Hedegaard ? Des représentant(e)s de partis politiques qui mènent leurs campagnes, tambours battants surtout grâce à coups de millions trébuchants ! Jamais je ne comprendrai la stupidité de leurs adhérents et électeurs : se faire rouler dans la farine en espérant épargner leur égoïste et polluant confort. Même les cadres sont de + en + menacés de licenciements, même ceux qui y ont contribué...Vivement le Tribunal contre les crimes économiques, via les ecocides !
    Dirigeants et électeurs, tous complices et coupables !

    2.06 à 11h23 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité