publicité
Accueil du site > Actu > Green People > Fatoumata Kebe, tête chercheuse dans les étoiles
Article Abonné
25-08-2015
Mots clés
Recyclage, Déchets
France
Portrait

Fatoumata Kebe, tête chercheuse dans les étoiles

Taille texte
Fatoumata Kebe, tête chercheuse dans les étoiles
(Crédit photo : Léa Crespi pour « Terra eco »)
 
Cette doctorante en astronomie planche sur le devenir et le nettoyage des débris spatiaux. Et a lancé un projet innovant pour préserver l’eau des terres agricoles maliennes.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 70 - septembre 2015

Avec les derniers aventuriers

Mars et ses petits hommes verts, ce n’est pas ce qui a poussé Fatoumata Kebe à se tourner vers l’astronomie. Son truc à elle – thème de sa thèse en préparation –, c’est de chercher une issue à la centaine de millions de débris spatiaux en tout genre largués par la race humaine au-dessus de nos têtes. Les déchets dans le ciel, ce n’est pas seulement cradingue, c’est carrément dangereux. Alors oui, des débris peuvent retomber sur Terre sans se désintégrer. Mais le danger se joue surtout en orbite : « Un débris de la taille d’une myrtille, à la vitesse de 10 km/seconde, entraîne dans l’espace le même impact qu’une moto lancée à 100 km/h, énonce la scientifique, mains en mouvement pour appuyer la démonstration. Actuellement, les débris spatiaux entrent en collision entre eux et produisent donc de nouveaux débris qui, à leur tour, vont entrer en collision avec d’autres objets. Ainsi, même si on arrêtait d’envoyer des objets dans l’espace, le nombre de débris ne cesserait d’augmenter, c’est une réaction en cascade. » Sur l’autoroute de l’espace, les impacts sur les pare-brise des navettes sont également devenus monnaie courante. Alors, si nos prochains satellites ne sont pas équipés de kits d’orbitation qui leur permettent de rentrer ensuite sur Terre, la Nasa estime qu’à l’horizon 2025 on ne sera plus en mesure d’expédier quoi que ce soit sans risquer la collision. Et adieu la conquête spatiale !

Notre gardienne de l’environnement spatial a choisi son camp : « Les kits, c’est préventif, alors que moi je m’intéresse aux débris qui s’accumulent déjà là-haut, à prévoir leur trajectoire et les conséquences d’explosion. J’aimerais notamment réussir à concevoir un logiciel capable d’aider les pays à éliminer leurs débris. C’est de l’écologie. » Il y a urgence ? « Vous n’avez donc pas vu le film Gravity (d’Alfonso Cuarón, sorti en 2013, ndlr)  ? », s’amuse la jeune femme de 30 ans au sourire indélébile.

Sur les toits parisiens de Terra eco, en ce chaud après-midi de juin, Fatoumata Kebe porte des vêtements amples et sombres en dépit de la chaleur. Experte en médiation scientifique, qu’elle pratique auprès d’ados d’établissements classés en zone d’éducation prioritaire avec son association Ephémérides, l’astronome sait poser des mots simples sur un sujet éminemment complexe. Au risque d’en choquer plus d’un dans un univers encore très fermé. « J’ai souvent expliqué que j’étais ‘‘femme de ménage dans l’espace’’, ça me rapprochait du métier exercé par ma mère et puis je trouvais ça amusant. Mais récemment, des collègues m’ont fait remarquer qu’en employant cette expression je dévalorisais mon ambitieux travail de chercheuse. Ils n’ont pas totalement tort. »

Notoriété qui déroute

Sa soudaine notoriété médiatique, liée à l’exposition photo « Space Girls, Space Women - L’espace à travers le regard des femmes » (1), où elle côtoie en grand format l’astronaute Claudie Haigneré, a évidemment de quoi dérouter ses confrères. « Les scientifiques sont sollicités par les journalistes en tant qu’experts, moi on me demande de commenter ma séance photo ! » Française ayant grandi en Seine-Saint-Denis, née de parents maliens, Fatoumata sait qu’elle détonne. « Rien ne me prédisposait à l’astronomie : je suis une femme, je suis noire et j’ai grandi en banlieue. C’est loin des clichés habituels. » Les petits boulots pour financer ses études d’ingénieure en mécanique des fluides achèvent de la convaincre de l’importance de réaliser son rêve. « Toute petite, le dimanche après-midi, je jouais des coudes pour obtenir la télécommande et regarder les documentaires scientifiques », se souvient Fatoumata. Mais c’est un cours sur les débris spatiaux dispensé par un ingénieur de l’Agence spatiale européenne (ESA) qui la pique véritablement au vif : « Moi qui adorais regarder le ciel et les étoiles, je réalisais brutalement que je ne m’étais jamais posé la question du devenir de ces satellites en fin de vie après seulement quinze années de service. Depuis ce jour, ça ne m’a plus lâchée. » Quelques stages au Centre national de la recherche scientifique, à l’ESA et à la Nasa, « pour casser un profil qui aurait été jugé trop généraliste », un an au Japon « afin d’étudier la construction de nanosatellites », et on retrouve Fatoumata à l’Observatoire de Paris peaufinant ses calculs en vue d’une soutenance en octobre.

Au Mali, terres cultivables et malnutrition

Quand elle n’est pas en train de penser « espace », Fatoumata multiplie les actions pour préserver la planète bleue. « J’utilise toujours un sac en tissu pour faire les courses et je n’achète que les fruits de saison. J’embête les collègues qui lèvent le mitigeur bien haut pour se laver les mains : ils n’ont pas besoin de toute cette eau ! » Le gaspillage de l’eau, c’est une situation qu’elle s’attache à résoudre à une autre échelle, avec son projet baptisé Connected Eco.

Il y a six ans, lorsqu’elle se rend pour la première fois au Mali pour suivre un forum pluridisciplinaire sur le thème « agriculture et alimentation », elle découvre un pays où cohabitent de vastes terres cultivables et des poches de malnutrition. « Les paysannes jetaient des bassines pleines d’eau sur leurs champs et les plantes se noyaient. J’ai rencontré des exploitants agricoles convaincus que pour faire une belle récolte, il suffisait d’utiliser l’engrais et les produits Monsanto. » En se penchant sur les chiffres des Nations unies, Fatoumata découvre avec effroi que 70% des ressources en eau partent pour l’agriculture, et que la moitié est gaspillée par l’homme. « J’ai donc imaginé équiper les champs de capteurs à énergie solaire, renvoyant les données analysées vers le téléphone portable des paysans. L’étape suivante, c’est un système d’irrigation au goutte-à-goutte automatisé. » Son projet décrochant plusieurs prix, la jeune entrepreneuse y est retournée au printemps et a commandé les premiers capteurs dont elle accompagnera l’installation à la fin de l’année dans une ferme test. « Mon objectif, c’est de faire fabriquer sur place les capteurs, que les femmes s’approprient les ordinateurs de contrôle, qu’elles cultivent et transforment leurs produits sur place, dans un transfert de compétences complet. »

Pour mener à bien ses projets, pas de mystère : Fatoumata travaille tard dans la nuit au lieu de regarder les étoiles. En revanche, ce qu’elle ne sacrifie pas, c’est son entretien physique : « Je cours deux fois par semaine, c’est vital pour me concentrer et me relaxer. » Une manière de se préparer à suivre un véritable entraînement spatial ? « J’adorerais tester la centrifugeuse ! Et puis, devenir la première femme sur la Lune, pourquoi pas ! Mais il faudrait pour ça une campagne de recrutement et la dernière a eu lieu trop récemment. » Recruteurs, ne l’envoyez pas trop loin : « Le rêve ‘‘Mars One’’ (2) en 2024 n’est pas le mien : c’est un vol sans retour, j’aime trop la vie et la Terre pour ça. » —

(1) www.spacewomen.org. Visible jusqu’au 1er novembre 2015, au Musée des arts et métiers de Paris et dans le jardin de l’Observatoire de Paris.

(2) Projet visant à installer une colonie humaine sur Mars et l’occuper dès 2024.

Fatoumata Kebe en dates
- 26 juin 1985 Naissance à Montreuil (Seine-Saint-Denis)
- 2007 Obtient une licence d’ingénierie et un master de mécanique des fluides
- 2009 Formation de dix semaines à la Nasa
- 2009 Premier voyage au Mali
- 2012 Débute sa thèse sur la modélisation des débris spatiaux
- 2014 Création de Connected Eco

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité