publicité
Accueil du site > Actu > Conso > Vaisselle à la main ou à la machine
Article Abonné
26-10-2009
Mots clés
Société
Electricité
Eau
France

Vaisselle à la main ou à la machine

Taille texte
 
Laver à la main et avec amour ne suffirait pas. Car les lave-vaisselle affichent des performances énergétiques qui nous invitent à jeter l’éponge. On compare ?
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

n°8 - novembre 2009

Maison toxique : comment s’en sortir

CONSOMMATION D’EAU

Lave-vaisselle : En moyenne, 12 litres sont consommés par une machine récente, selon une étude du laboratoire Eurofins, réalisée en juin 2009 pour le Gifam (Groupement interprofessionnel des fabricants d’appareils d’équipement ménager). L’appareil fait mieux que nos mains, bien que la moyenne d’âge du parc français soit de sept ans. Les plus innovants ne consomment que 9 litres, grâce au filtrage de la première eau de rinçage, comme l’indique Topten, un guide de classement écologique des appareils ménagers.

A la main : C’est là que le bât blesse. Selon Eurofins, la plonge traditionnelle absorbe 42 litres d’eau pour la même quantité de vaisselle. A un détail près : la moyenne cache un grand écart entre un laveur assoiffé et un pro de l’économie. Ce dernier ne fait pas couler l’eau tout en nettoyant, n’utilise pas de bac de lavage pour éviter 5 litres d’un coup, et ne consomme que 10 litres. C’est possible !

CONSOMMATION D’ÉNERGIE

Lave-vaisselle : Match nul du côté énergétique. La machine consomme autour de 0,8 kWh. La raison est simple : l’eau est plus chaude – environ 50° C en programme éco –, mais en moins grande quantité. Cette consommation se vérifie sur l’étiquette d’énergie des fabricants.

A la main : Dans le bac, la température n’atteint que 34° C, mais sur un litrage plus important.

EFFICACITÉ

Lave-vaisselle : Sur ce terrain, la technologie a encore des progrès à faire. Des traces sont souvent observées sur nos assiettes et nos verres. L’efficacité du lavage et du séchage, indiquée sur l’étiquette, n’aide pas à choisir : tous les modèles affichent quasiment la meilleure note (un A). Pour un usage optimal du lave-vaisselle, il est toutefois conseillé de nettoyer souvent le filtre de la cuve et de vérifier la bonne tenue des tuyaux de l’arrivée et de la sortie d’eau. En revanche, il est déconseillé de rincer les assiettes avant leur passage en machine : c’est inutile et, bien sûr, énergivore.

A la main : En général, l’éclat de la vaisselle s’en sort mieux avec notre coup d’œil. Et nous sommes plus rapides que le lave-vaisselle : 20 minutes pour 12 couverts contre 2 h 40 pour la machine ! Bien sûr, ce sont 20 minutes de liberté en moins dans notre emploi du temps, alors que la machine peut tourner pendant qu’on fait autre chose.

IMPACT SUR L’ENVIRONNEMENT

Lave-vaisselle : Que ce soit en machine ou à la main, la même quantité de détergent – autour de 20 g en moyenne – s’avère nécessaire. Contrairement à certains préjugés, l’analyse des eaux rejetées montre que la machine n’est pas pire que l’évier. Les taux de pH, de nitrates, de matières en suspension, de phosphore et d’azote sont similaires.

A la main : En clair, ce qui fait réellement la différence, ce n’est pas tant l’action que la qualité du détergent. Le produit écologique contient 30 % de phosphore en moins qu’un produit classique. Bonne nouvelle : de nombreux détergents bénéficient de l’écolabel européen qui distingue les savons et lessives écologiquement corrects. 

BILAN POUR UN LAVAGE PROPRE

« La consommation d’eau reste le facteur primordial, puisqu’elle conditionne la consommation d’énergie », analyse Hervé Lefebvre, du département des produits et services à l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Un bilan favorable à la machine, à condition d’utiliser le programme éco et du détergent écologique. Mais la main – verte – peut aussi faire des merveilles.

Photo : Rue des archives / BCA

Sources de cet article

- L’étude du laboratoire Eurofins

- Le Guide Top ten pour choisir un lave-vaisselle performant

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
17 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour, est ce que vous pensez que mon henné main peut partir si je fais la vaisselle avec ? Merci d’avance pour votre retour

    14.10 à 17h02 - Répondre - Alerter
  • J’aime bien le coup du "20 minutes de liberté"... parce qu’en fait, là, si la femme ne le faisait pas ""toute seule, mais avec son mari (puisqu’ici quelqu’un met que sa femme a eu ses 20 minutes de liberté en achetant le lave vaisselle.), ou avec les enfants, ses 20 minutes seraient plus courtes, et plus agréables...

    12.10 à 09h40 - Répondre - Alerter
  • Bonjour à tous,

    Je suis journaliste pour l’émission 100% mag sur M6 et prépare un reportage sur le lavage de la vaisselle et vais tenter de répondre à la question : Vaisselle à la main ou à la machine, que choisir ?. Je pense qu’il y a beaucoup de critères à prendre en compte pour pouvoir apporter une ébauche de réponse : consommation d’eau, d’électricité, pollution sonore, visuelle, recyclage des matériaux, transport, fabrication de la bassine mais aussi du lave vaisselle etc.....

    Afin de tenter d’apporter une réponse, je recherche des témoignages de personnes qui sont pro lave vaisselles et d’autres pro lave mains.

    Si vous êtes un (une) acharné(e) du lave vaisselle OU un (une) acharné(e) du lavage à la main OU si pire vous lavez à la main avant de mettre votre vaisselle en machine, contactez moi par mail ou par téléphone en me laissant tous vos coordonnées.

    Cordialement

    M.Paris
    Journaliste
    STP Productions
    46 avenue des ternes
    75017 Paris
    poparis@gmail.com
    01.44.09.03.68

    7.01 à 17h06 - Répondre - Alerter
  • Mes petites remarques à mon tour... pro vaisselle manuelle !
    Circonstances : mes parents et autres amis ont un lave vaisselle mais ils doublent souvent son fonctionnement par une vaisselle manuelle pour les jolis verres à pieds, les plats bien sales, les couverts en bois... donc je me suis dit autant tou faire à la main !
    Mon appart était encombré par un lave vaisselle en fin de vie qui prenait de la place (et oui la place a peut-être aussi un coût écolo...). Du coup j’ai préféré mettre un placard la place.
    D’autre part, faire la vaisselle est souvent un moment où j’écoute la radio, posémment. Terre à terre, CO2 mon amoir enfin vous cainnaissez ça ou simplement d ela musique. Donc pas un moment perdu.
    Ensuite j’ai fait une belle vaisselle hier... loin des 42 L : 15L au compteur (soit le volume d’un évier). Nettoyage de la table et de la gazinière compris !
    Le produit, j’en mets peu comparé aux produits lave vaisselle, j’ai l’impression.
    Non, je n’irai pas acheter un lave vaisselle, cher, encombrant, pour seulement 2 personnes dans l’appart... je comprend tout de même quand il y a des enfants !

    30.10 à 10h43 - Répondre - Alerter
    • Quand il y a des enfants, c’est encore plus simple : on met la nourriture par terre et ils lapent. Double geste écologique : pas de vaisselle sale et ils nettoient le sol sans produit polluant, surtout si on dose au minimum la quantité de nourriture. Et en plus, cela les aguerrit contre toutes les grippes...

      16.11 à 23h17 - Répondre - Alerter
    • J’approuve !
      Je vais plus loin encore. Le moment "vaisselle à la main" est un répit qui fait du bien dans une vie très chargée en travail intellectuel... On redevient conscient des réalités terre à terre ... Et puis aussitôt devant l’évier, c’est un moment d’écoute de la musique qui occupe tant que nettoyer la vaisselle se fait facilement, sans plus y penser... Et je regrette quand c’est terminé et que les problèmes reviennent en nombre...
      Enfin tout cela est très personnel mais c’est une histoire vécue.

      17.11 à 11h15 - Répondre - Alerter
  • Suis d’accord avec iago sur le fait que l’énergie grise est pas prise en compte. C’est un message super important à faire passer pourtant : la fabrication de cet appareil a eu un impact sur l’environnement même si on ne le voit pas à l’achat. Il faudrait que les gens prennent conscience de cette "énergie grise".
    C’est pareil pour les lave-linges, les émissions de GES de la fabrication représentent en moyenne 40% des émissions de fabrication+utilisation (Calcul fait à partir des données de l’ADEME et de effets de terre). Et ça ne tient même pas compte de l’impact du au traitement du déchet à la fin de la vie de la machine.
    Bref, si on peut éviter d’acheter un lave-vaisselle je ne doute pas que cela soit préférable. Et même chose pour le lave-linge si on a un lave-automatique près de chez soi !!

    27.10 à 18h14 - Répondre - Alerter
    • Merci Miniminiman pour avoir approfondi la question de l’énergie grise. Car si l’on suit la logique de l’article de Terra Eco, il faudrait recommander à ceux qui n’ont pas de lave-vaisselle de courir chez Darty, Conforama ou But pour en faire l’acquisition. Autre argument contre le lave-vaisselle : il occupe de la place dans la cuisine. A l’image de nos habitations, les cuisines sont de plus en plus vastes. Certains sont tentés de les suréquipées d’appareils électroménagers inutiles alors que l’argent dépensée (certaines cuisines dites intégrées coûtent des dizaines de milliers d’euros) serait plus utilement investi dans un chauffe-eau solaire qui ne coûtent que quelques milliers d’euros et s’amortit très vite ce qui ne sera jamais le cas du lave-vaisselle et des cuisines intégrées qui auront perdu sans rien rapporter l’essentielle de leur valeur en quelques années. Ajoutons que le lave-vaisselle nécessite des branchements spécifiques (eau et électricité) et de souscrire un abonnement plus cher (puissance souscrite).

      29.10 à 10h15 - Répondre - Alerter
  • Vous auriez pu aller plus loin !
    Vous partez d’un constat intéressant qui est de dire qu’en adoptant de bonnes pratiques, on peut concurrencer la consommation en eau et énergie d’un lave-vaisselle, pour un meilleur résultat. Détaillez-nous donc ces bonnes pratiques !

    Je me permets d’ajouter les miennes : j’utilise une bassine d’eau chaude pour le lavage, quand j’ai un supplément d’eau (rincage de légumes, eau chaude de la bouilloire ou des oeufs coque ...) je m’en sers pour faire tremper un plat, je récupère même l’eau froide que je fais couler en attendant qu’elle chauffe : mes plantes sont ravies !

    27.10 à 09h08 - Répondre - Alerter
  • Ha ! Ha ! Que voici un article intéressant : ma femme voulait un lave-vaisselle, elle l’a eu. Du coup, c’est vrai, elle a gagné ses 20’.

    Mais, mais, mais, quand je fais la vaisselle, activité chronovore, il est vrai, je consomme moins d’1 (un) litre pour le lavage et environ 4 à 5 litres (dans le pire des cas) pour le rinçage, et une quantité non quantifiable d’huile de coude.

    Mais, après sèchage, la différence est visible : le lave-vaiss’ lave bien, mais "ma" vaisselle resplendit.

    Et que dire des casseroles de riz brulé !... et autres traces accrochées aux flans des récipients ! Là, la machine abandonne et reconnaît la supériorité du mâle maître de maison et de ses trucs et forces pour arriver à bout de la saleté.

    Depuis plus de 40 ans, je suis écolophile et ça me fait mal de voir qu’une personne issue d’un pays en voie de développement ne soit pas consciente de sa consommetion environnementale.

    26.10 à 10h36 - Répondre - Alerter
    • Terra Eco raconte parfois des âneries et ses journalistes ne mènent pas toujours leurs enquêtes de manière assez approfondies. Car ils auraient alors découvert que le lave-vaisselle présente un bilan moins favorable qu’une vaisselle à la main dans un évier. Car que je sache toutes les maisons ont des éviers dans leur cuisine même lorsqu’il y a un lave-vaisselle. L’inverse n’est pas vrai. Il faut donc pour que la comparaison ait du sens comptabiliser l’énergie grise celle qui a servi à fabriquer le lave-vaisselle et à le transporter et celle de l’ensemble des matériaux (inox, plastique, métaux non ferreux, composants électroniques). Il faut aussi prendre en compte la durée de vie du lave vaisselle largement inférieure à celle de l’évier... Et lorsqu’on refait le match avec un arbitre véritablement impartial (que ne sont ni le GIFAM ni l’ADEME), le résultat change : Toute chose égale par ailleurs et pour une même quantité de vaisselle, l’empreinte écologique d’une vaisselle à la main quotidienne est moindre que celle d’un lave vaisselle, de l’ordre de 25 %. Cette empreinte est encore améliorée si l’on considère que la vaisselle faite à la main sèche à l’air libre (sans usage d’un torchon. Autre élément qui renforce encore l’avantage d’une vaisselle manuelle, la possibilité d’utiliser un détergent comme le savon liquide ce qui n’est pas possible avec une lave-vaisselle.

      Et comme l’indique la journaliste, une lessive à la main occupe 20 minutes. Ce qu’elle ne dit pas c’est que ces "20 minutes de liberté" peuvent être consacrées à une activité doublement polluante comme regarder la télévision tandis que que le lave-vaisselle tourne. Faites l’addition.

      26.10 à 11h18 - Répondre - Alerter
      • Bah c’est con, la fin de ce commentaire pourtant bien parti est stupide. A moins qu’on fasse l’amalgame, possesseur de lave vaisselle => personne forcément débile qui "gagne du temps" pour forcément regarder la télé oO

        C’est rigolo.

        26.10 à 16h26 - Répondre - Alerter
      • A l’inverse ces 20 minutes peuvent être consacrées à une activité sociale et/ou écologique et du coup il faut encore changer l’arbitre...

        17.11 à 13h23 - Répondre - Alerter
      • Le raisonnement sur l’énergie grise pourrait se défendre sur le fond mais : combien de laveurs/laveuses à la main emplissent l’évier au lieu de laisser couler l’eau chaude au rinçage ? combien de vaisselles par semaine et combien d’années de vie d’un lave-vaisselle dans cette étude ? Le mien tourne 1 fois x semaine et fonctionne à merveille depuis plus de 25 ans (Miele)avec comme seule intervention le remplacement des durites fait par moi-même !
        Quant aux défenseurs de la lessive à la main ont-ils connu la lessiveuse,son volume et son poids d’eau bouillante à descendre de la gazinière ou du poêle à bois,sa brosse et sa planche à laver et l’huile de coude qu’y mettaient nos mères dans les années 60 encore ?

        24.11 à 17h31 - Répondre - Alerter
    • alors là, je reconnais effectivement la supériorité du mâle et on devrait l’inscrire dans le Grenelle de l’environnement.

      28.10 à 09h25 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité