publicité
Accueil du site > Actu > Le chiffre > Un tiers
4-02-2013
Mots clés
Alimentation
Agriculture
Europe
France

Un tiers

Taille texte
Un tiers
(Crédit photo : Groume - flickr)
 
C'est la baisse du nombre de producteurs de fruits et légumes en France depuis dix ans.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Un tiers. C’est la baisse de la production et du nombre de producteurs de fruits et légumes en France depuis dix ans, rapporte le ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt. Plusieurs raisons à cela, à commencer par le millefeuilles réglementaire français et européen, avec 112 textes de lois entre 2009 et 2012, comme s’indigne le collectif Sauvons les fruits et légumes dans un récent communiqué. Les interdictions de traiter les vergers laisseraient par exemple nombre d’agriculteurs biologiques et conventionnels sans solution technique adaptée face aux graves maladies affectant leurs cultures. Faudrait-il rétablir l’usage des pesticides ? Et bien oui, mais à doses homéopathiques, « au même titre que l’homme doit parfois prendre des antibiotiques, quand aucun autre remède n’est possible », estime le collectif. Et ce n’est pas tout... L’augmentation de la concurrence, à travers les importations, sur des marchés dérégulés, fragiliserait aussi les petits producteurs. Résultat : certains choisiraient de prendre la poudre d’escampette.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Pierre Johnson : Un tiers

    Le constat est inquiétant. Mais est-on sûr que le renforcement des mesures de prévention quant aux pesticides en est l’unique cause, comme le prétend le collectif "Sauvons les fruits et légumes de France" ? Au contraire, des professionnels m’ont indiqué que les dérogations françaises aux pesticides et autres produits de synthèse est une des raisons pour lesquels le "bio" à la française ou européenne est finalement moins sûr que du bio ou tout simplement des fruits et légumes d’autres continents, archi-contrôlés aux frontières.
    Les français ont besoin de consommer plus de fruits et légumes français, mais des fruits et légumes sains, sans pesticides. Et c’est possible !
    Il serait d’ailleurs bon quel est l’identité de ce collectif apparemment autoproclamé dont cet article reprend les arguments.

    6.02 à 15h27 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité