publicité
Accueil du site > Actu > Opinion > Tous candidats en 2012 !
20-12-2011
Mots clés
Politique
France
Chronique

Tous candidats en 2012 !

Taille texte
Tous candidats en 2012 !
(DR)
 
L'action du prochain président de la République n'aura que peu d'impact sur les crises que nous affrontons. Déclarons nous donc tous candidats, appelle Cyril Dion, directeur de Colibris.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Pouvons-nous encore espérer que le ou la prochain(e) président(e) de la République pourra résoudre les problèmes auxquels nous devons faire face ? Qu’il ou elle en a le pouvoir ?

Je me souviens d’avoir assisté en 2006 au dialogue surréaliste entre Al Gore, venu présenter son film à l’Assemblée nationale, et les députés. A l’un d’entre eux qui lui demandait s’il n’aurait pas mieux fait d’agir lorsqu’il était encore en fonction, il répondit : « Malheureusement, lorsque vous êtes vice-président des Etats-Unis, vous ne pouvez pas faire grand chose… » Et l’histoire récente n’a cessé de confirmer cette réponse laconique : Copenhague, les réformes d’Obama (notamment celle visant à limiter les pouvoirs de Wall Street), le détricotage du Grenelle de l’environnement, plus récemment la reculade insensée de Papandréou sur le référendum grec…

Force est de constater que les situations d’échec, d’impuissance de nos gouvernants, se multiplient. Il nous est difficile de penser à une seule grande victoire politique sur les crises financières, le dérèglement climatique, la faim, ou sur une meilleure répartition des richesses, durant ces vingt dernières années.

Aujourd’hui nos dirigeants, quelle que soit leur bonne volonté, sont face à une impasse tant structurelle qu’idéologique. Ce ne sont pas eux qui peuvent changer les choses, c’est nous. C’est pour cette raison que nous lançons aujourd’hui la campagne « Tous candidats ». Car nous croyons que nous sommes, collectivement, ceux qui peuvent transformer en profondeur la société.

Comme l’explique notamment Edgar Morin, la plupart des mutations radicales (l’agriculture, l’écriture, la démocratie, les religions…) ont commencé par l’invention de pratiques, de modèles isolés, par une minorité de personnes. Puis, pour des raisons diverses et spécifiques aux lieux et aux époques, ces innovations sociales, économiques, spirituelles, se sont généralisées à de larges franges de la population mondiale.

Cette propagation semble liée à un phénomène de « masse critique ». A partir du moment où une part significative de la population se met à penser ou à agir d’une certaine façon, l’ensemble de la société est susceptible de basculer.

Les pistes et idées de la société civile

Il est, dès lors, intéressant de regarder où en sont ces deux phénomènes (innovations sociétales et masse critique) en France et dans le monde.

Côté innovation, nous connaissons avec certitude des voies, des pistes, la plupart du temps élaborées par la société civile, qui nous permettraient de résoudre bon nombre des problématiques actuelles.

- Les ingénieurs de NégaWatt ont modélisé, depuis 2003 (la dernière actualisation date de 2011), un scénario de transition énergétique pour la France, nous permettant de sortir du nucléaire entre 2030 et 2035 et de nous passer de pétrole, de charbon et autres énergie fossiles à partir de 2050. Jusqu’ici, personne n’a été en mesure d’invalider cette feuille de route (en dehors d’Anne Lauvergeon qui le clame, mais dont la neutralité et l’objectivité en la matière peuvent raisonnablement être mises en doute).

- Olivier de Schütter, rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation, souligne dans son rapport de mars 2011 que l’agroécologie pourrait doubler la production alimentaire de régions entières en dix ans tout en réduisant la pauvreté rurale et en apportant des solutions au réchauffement climatique. Il ajoute qu’il s’agit certainement de la voie la plus crédible pour nourrir 9 milliards de personnes en 2050 (sans recours au pétrole, aux pesticides et à l’endettement excessif des paysans).

- Depuis plus de soixante-dix ans, des dizaines d’expériences de monnaies complémentaires ont fait leur preuve pour décorréler l’économie réelle de l’économie spéculative, rompre avec la politique de l’endettement systématique, stabiliser l’emploi et l’activité sur des territoires et contrecarrer le pouvoir, devenu absolu, des banques, dans leur monopole de la création monétaire. Le WIR, créé en Suisse au moment de la grande dépression par une poignée de PME, est aujourd’hui utilisé par un quart des entrepreneurs du pays et a été identifié par des universités américaines comme l’un des facteurs clés de la stabilité économique du pays, même en temps de crise.

- Nous pourrions ajouter à cette liste des exemples dans l’architecture et l’urbanisme, les transports, l’éducation, la santé, l’économie…

Côté masse critique, nous savons depuis 1999 et l’étude sociologique dite des « Créatifs Culturels » menée aux Etats-Unis par Paul Ray, qu’un phénomène souterrain est en train de modifier l’ADN des sociétés occidentales. 24% des Américains y avaient été identifiés comme se reconnaissant dans les valeurs féminines, écologiques, l’implication sociétale et l’étroite relation entre changement individuel et changement social. La même étude conduite dans plusieurs pays européens et au Japon avait fait ressortir les mêmes tendances (17% en France).

Opérer le basculement

De façon plus récente, nous assistons à un mouvement de résistance populaire grandissant. Si les indignés ne sont pas encore nombreux en France, ils occupent plus de 150 villes aux Etats-Unis et ont réuni plus de 200 000 citoyens en Espagne ou en Grèce, pays plus durement touchés que le notre par l’effondrement du système économique. Dans les pays du Maghreb, ce vent de révolte et de liberté a provoqué une succession de reprises en main populaires, inédites depuis la chute du mur de Berlin.

Alors, si nos deux ingrédients clés sont aussi près d’être réunis, que nous manque-t-il pour opérer le basculement ? Je dirais : leur activation. Il est maintenant nécessaire que la masse critique que nous représentons prenne conscience de sa puissance et qu’elle se mette en mouvement. Tant pour appliquer les solutions que nous connaissons à l’échelle locale, que pour porter de nouvelles propositions à l’échelle nationale, européenne, mondiale.

De ce mouvement, qui s’indigne, s’unit et agit, peut naître une nouvelle façon de faire de la politique, hautement démocratique et profondément écologique.

Déclarons-nous tous candidats !

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Directeur de Colibris, mouvement pour la terre et l’humanisme, depuis 2006.

8 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Plus inefficace que ça, tu meurs !...Késako ? Quand je réalise que la gratuité fait peur, que seules comptent la comptabilité et les pseudonymes multipliés...je me dis qu’il ne reste pas beaucoup de dignité pour L’exprimer ! Ce peu là, j’en vis et y mourrai ! Telle est mon Cri de Liberté, vu que son chant n’est plus perçu ! Juste 1 courage de ne pas me cacher derrière des "bonnes intentions", et dire qu’en France, j’espère qu’Eva Joly ne tombe pas dans les pièges de la corruption, et à l’exemple de José Bové ( lors du procès anti-OGM à Marmande), renonce à son immunité parlementaire...Efficacité, késako ?!

    25.12 à 21h08 - Répondre - Alerter
  • ZOUZOU PICOCHON : Tous candidats en 2012 !

    Plus inefficace que ça, tu meurs !

    23.12 à 21h35 - Répondre - Alerter
  • Tenant compte de la diversité des opinions, et de la lâcheté/paresse mentale de la majorité qui préfère passer par 1 leader pour s’exprimer, je propose de remplacer le rôle d’1 seul Président, par 1 collégiale composée des têtes des diverses factions politiques. Certes, chaque décision exigera du temps entre réflexions et débats...mais là, au moins, les lois organiques seront votées selon la Voix réelle du Peuple. 1 genre de Conseil d’administration, dont les membres pourront être licenciés en cas de faute grave d’abus de pouvoir.
    Il est urgent de sortir d’1Texte de Constitution qui préserve l’immunité parlementaire, qui permet de percevoir des salaires faramineux, en plus des privilèges sociaux (logé/nourri/promené pour spéculer impunément sur le dos des électeurs). Capitalisme, socialisme, communisme...que de séismes politiques polluants et sans Conscience !
    On ne fait que parler de démocratie, quand est-ce-qu’on la pratique ?!

    21.12 à 09h47 - Répondre - Alerter
  • Je ne vois pas bien l’intérêt d’avoir 60 millions de candidats.
    Déjà que certains politiques aux propositions sortant de l’ordinaire (F. Asselineau, Dupont Aignan ...) ont du mal à trouver 500 signatures, c’est impossible pour des quidams. D’autant plus que la souscription des maires est publique.
    Par contre ce qui serait intéressant c’est que 60 millions de personnes votent pour le même candidat, et quelqu’un de nouveau de préférence de manière à donner un coup de pied à la fourmilière. Le problème c’est que personne n’a encore trouvé le moyen de le faire. D’ailleurs c’est peut-être préférable pour la démocratie.
    Moi je pense que le tirage au sort et des mandats courts et non renouvelables sont la clé de la démocratie (voir E. Chouard). Pas de professionnels de la politique.

    (remarque au site : c’est gênant de ne plus voir le texte quand on met un commentaire)

    20.12 à 19h23 - Répondre - Alerter
    • Le but n’est pas d’avoir 60 millions de candidats c’est absurde. Mais effectivement une collégiale qui représenterait tous les courants politiques. Quant aux 500 signatures, c’est dépassé, car pour cela il faut changer la constitution et ne pas vivre dans le passé. Et c’est encore plus absurde, que 60 millions de personnes élisent une seule personne, car cela voudrait dire que nous avons élu un dictateur, ce qui est le contraire de la démocratie.

      21.12 à 10h45 - Répondre - Alerter
      • 60 millions pour une seule personne, peut être pas, mais une majorité qui regrouperait les abstentionnistes, ceux qui votent blanc, ou pour les petits partis, ou même FN .( tous ne sont pas des fachos).. . votant pour cet inconnu (s’il peut obtenir les 500signatures, est une idée qui me plairait bien

        https://www.facebook.com/notes/yann...

        31.12 à 18h42 - Répondre - Alerter
  • Pouvez-vous svp donner la reference de l’ouvrage ou de l’article d’Edgar Morin que vous citez ?

    Merci,

    Thibaut

    20.12 à 19h18 - Répondre - Alerter
    • Lire "Nous avançons comme des somnambules vers la catastrophe" dans TerraEco.net rubrique Société.
      C’est très bien dit et pensé.
      I.L.

      21.12 à 15h37 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité