publicité
Accueil du site > Actu > Société > « Une agriculture qui dépend du pétrole va dans le mur »

« Une agriculture qui dépend du pétrole va dans le mur »

Taille texte
« Une agriculture qui dépend du pétrole va dans le mur »
(Photo : Olivier de Shutter. Crédit : United Nation Information Service)
 
Rapporteur spécial de l'ONU sur le droit à l'alimentation, Olivier De Schutter présente ce mardi 8 mars une étude montrant que l'agro-écologie peut aider à nourrir la planète de manière durable.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Terra eco : L’indice FAO des prix alimentaires et les prix du pétrole sont en très nette hausse depuis plusieurs mois. Y-a-t-il un risque de crise alimentaire, comme en 2008 ?

Olivier De Shutter : Nous sommes en plein dans une crise alimentaire majeure. L’augmentation des cours du blé, du soja et du maïs ont été spectaculaires depuis le début du mois d’août à la suite de chocs météorologiques qui sont survenus dans de nombreux pays producteurs comme la Russie, le Kazakhstan, et dans une moindre mesure le Lesotho et l’Afrique du Sud.

Contrairement à l’année 2008, il existe cette année vrais problèmes de production sur plusieurs denrées comme les céréales et le cacao. Sommes-nous face à un réel déficit de nourriture ou est-ce le marché qui est toujours aussi peu efficient ?

Il n’y a pas de pénurie au sens physique du terme. Mais la tension est toujours plus grande entre l’offre et la demande, et les stocks sont opaques et restreints. Dès qu’une mauvaise nouvelle arrive, les marchés s’affolent. La Jordanie, par exemple, a récemment importé du blé. Si tout le monde fait ça, cela peut devenir intenable, avec une rareté artificielle, qui produit les mêmes effets qu’une pénurie. La situation est donc à mon sens encore plus inquiétante qu’en 2008, et je suis très pessimiste et inquiet sur l’évolution des prix qui devraient rester élevés jusqu’au mois de septembre 2011.

Quelle part de responsabilité peut-on attribuer à la spéculation agricole dans l’augmentation des prix ?

Des acteurs financiers attirés par le profit immédiat sont arrivés sur les marchés agricoles, en jouant sur les contrats à terme. Ils représentent aujourd’hui la majeure partie des échanges. C’est ce phénomène qui a beaucoup joué dans l’accélération de la hausse des prix en 2008. On ne peut pas chiffrer la part de responsabilité, mais ce qui est sûr c’est que la spéculation aggrave la volatilité des prix. Si notre système de production agricole fonctionnait mieux, la spéculation n’aurait pas d’effet. La spéculation prospère sur l’incertitude. Je tiens à préciser que l’on ne peut pas résoudre l’un des problèmes sans s’attaquer à l’autre.

Dans votre rapport, vous avancez une solution qui peut à la fois permettre d’assurer la sécurité alimentaire et un mode de développement propre. Expliquez-nous...

Il existe une solution pour augmenter la productivité de l’agriculture de manière durable, c’est l’agro-écologie. Elle peut nourrir la planète. Aujourd’hui, les agriculteurs utilisent principalement des pesticides et engrais pour augmenter leur productivité. Or ces produits sont importés, c’est extrêmement périlleux. De plus, leurs prix dépendent du cours du pétrole et ont augmenté beaucoup plus vite que ceux des denrées alimentaires. Malheureusement, une agriculture qui dépend d’énergies fossiles est une agriculture qui va dans le mur. Au contraire, l’agro-écologie est un mode de production qui mise sur les cycles de la nature pour augmenter la productivité. C’est beaucoup moins onéreux pour les producteurs et plus durable. Ils n’ont pas besoin de s’endetter par exemple pour acheter des tracteurs ou des intrants.

Quelles sont ces méthodes qui permettent d’augmenter la productivité ?

Typiquement, la méthode dites du « push-pull » est très efficace et durable. En plaçant des plantes qui repoussent les insectes entre les lignes de maïs et en en plantant d’autres qui les attirent en dehors de champs, on parvient à jouer la nature contre la nature pour augmenter les productions. Et au lieu de reproduire le processus industriel destructeur, on a un système cyclique qui produit ses propres intrants. J’aime parler d’une usine à pesticides au milieu du champ. On s’est aussi rendu compte qu’il est beaucoup plus efficace de placer des canards et des poissons dans les rizières, d’abord parce qu’ils mangent les larves qui réduisent les rendements, mais en plus ils fertilisent les champs et ils représentent une source de protéines pour l’agriculture et sa famille.

Quelle chance ce modèle a-t-il de réussir ? Jusqu’ici, le modèle de développement et d’investissement voulait que pour produire plus il fallait plus d’intrants, des exploitations toujours plus grandes...

Il sera très difficile d’opérer cette transition mais le pic pétrolier nous condamne à le faire avant qu’elle s’impose à nous. C’est une question cruciale aujourd’hui, alors que de nombreux pays se sont engagés à investir à nouveau dans l’agriculture. Et la grande question à se poser est : est-ce que ces investissements vont être faits de manière intelligente ? Les plus grands obstacles sont dans les têtes. Il faut lutter contre les préjugés négatifs qui entourent l’agriculture. On ne voit la modernisation que dans un sens, celui des pays développés. Mais il ne faut plus seulement se demander combien l’on produit mais aussi qui produit, où et comment. Les révolutions vertes n’ont fait qu’augmenter les quantités produites, mais de nombreux pays n’en ont pas bénéficié, et jamais on ne s’est soucié des impacts environnementaux. A quoi bon développer des cultures massives et uniformes destinées à être exportées dans un marché très concurrentiel et subventionné si cela sert juste à obtenir des devises étrangères avec lesquelles on achètera des intrants ?

Mais la transition que vous préconisez peut-elle se faire à moindre coût ?

L’agro-écologie permet non seulement d’augmenter la productivité, mais en plus elle réduit les coûts de production. C’est donc beaucoup plus efficace pour lutter contre la pauvreté et cela peut permettre de lutter contre la désertification rurale. Et en produisant des produits issus de l’agro-écologie, moins uniformes, on produit à destination des marchés locaux ou régionaux. Le problème c’est que ce discours s’oppose à beaucoup d’intérêts établis. Ne serait-ce que parce que si les investissements sont faits dans les savoirs et plus dans les intrants, il y aura moins de produits brevetés commercialisés...

Interview réalisée par Thilo Dagerman pour Terra eco

Sources de cet article

- Le rapport en anglais
- Le rapport en français (traduction)

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Installée entre Paris et Nantes, la rédaction de « Terra eco » commet des enquêtes et articles originaux et « pilote » un réseau de 100 correspondants sur les 5 continents.

- Aimez notre page Facebook

- Suivez nous sur Twitter : @terraeco

- Rejoignez-nous : ouvrez votre blog en un clic sur Terraeco.net

- Terra eco vit principalement du soutien de ses lecteurs. Abonnez-vous à partir de 3€ par mois

4 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • On voit ce monsieur de l’ONU très souvent dans les reportages en tout genre, et depuis le temps qu’on le voit et qu’on l’entend, ça ne bouge pas beaucoup dans les parlements.

    Ayant fait des études pour devenir agriculteur, je peux vous assurer que TOUS les agriculteurs aujourd’hui sont dépendant du pétrole, et il y en aura toujours car les écoles d’agriculture enseignent toujours et sans relâche le labour, les "-cides" et d’avoir le plus gros tracteur.

    Regarder ce que disent Claude et Lydia Bourguignon, devenez les vrais agriculteurs paysans, sans attendre que ce soit les autres qui bougent, nourrissez les gens de votre entourage, remettons les mains dans la terre et laissons le labour aux abrutis.

    30.04 à 11h56 - Répondre - Alerter
  • Le pire des dangers actuels pour la planète est la destruction de la couche d’humus qui est la partie vivante du sol, la partie qui soutient toute forme de vie et se trouve être indispensable à une agriculture sans engrais. L’équilibre vivant que constitue l’humus quand il n’est pas infecté par des molécules de synthèse est la garantie d’une nourriture elle même vivante et équilibrée, incluse dans le cycle du vivant duquel l’homme dépend.
    Dans les régions au sous sol pierreux, le sol diminue en épaisseur et laisse des pierres en surface à ramasser tous les ans.
    Dans les régions au sous sol argileux, la puissance nécessaire au travail du sol sans air et sans vie, demande 2 fois plus de puissance donc 2 fois plus de dépenses en carburant et en investissements en matériel... un autre détail !.
    Quand on sait que , simultanément, on détruit la base vitale, la source de vie, en même temps que la population mondiale augmente de plus en plus vite, on voit clairement que ce train fou de l’intensif par le chimique, mis en place par les "écoles" d’agriculture depuis 50 ans, va effectivement dans le mur. Je précise que toute forme d’intensification fondée sur l’augmentation du volume d’humus, entre autres, a été rejetée pendant cette même période. Mais les responsables de cette situation qu’on peut qualifier de criminelle à bien des égards, ont été récompensés par une retraite confortable... Ceux qui ont osé les contrer ont reçu la retraite des méprisés, ceci au pays de l’Egalité de droits...

    27.03 à 22h13 - Répondre - Alerter
  • Les intrants posent de graves problèmes sanitaires. Mais pourquoi nécessairement condamner la mécanisation ?
    Ca reste quand même un usage du pétrole à très forte valeur ajoutée (pour les besoins alimentaires sont incompressibles) et ça libère énormément de temps.
    Ne peut-on pas se passer de pétrole sans revenir à une société de paysans ?

    8.03 à 22h30 - Répondre - Alerter
  • L’homme a appris à cultiver son alimentation tout en respectant la nature jusqu’à la première guerre mondiale grâce à son observation, son bon sens et sans pétrole !!!

    Depuis, l’industrie chimique dicte au monde entier que la seule façon de nourrir les hommes c’est en utilisant des pesticides, des engrais chimiques et en plantant des OGM. 

    Résultats : 50 ans plus tard, toutes les eaux terrestres sont polluées, toutes les terres d’agricultures intensives sont mortes, développement important des cancers, inondations etc.....

    Bientôt des publicités vous dirons : "Buvée un verre de pesticide tous les matins au petit déjeuner et vous deviendriez fort et très vieux !!!!"

    8.03 à 21h44 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité