publicité
Accueil du site > Actu > Société > Les dessous de Topshop, la marque qui débarque en France
18-09-2013
Mots clés
Marques, Marketing
France

Les dessous de Topshop, la marque qui débarque en France

Taille texte
Les dessous de Topshop, la marque qui débarque en France
(Manifestation devant Topshop à Londres, en novembre 2010. Crédit photo : UCL occupation - flickr)
 
Mi-octobre, Topshop s'installe à Paris, pour le bonheur des mordus de mode. Reste un souci : le passé de la marque britannique. Bas salaires, conditions de travail déplorables, arrangements fiscaux… ce n'est pas franchement nickel.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Ça y est ! Elle débarque (enfin) en France. La marque Topshop va ouvrir son premier lieu de vente à Paris « aux alentours du 20 octobre », a annoncé le groupe Arcadia, propriétaire de l’enseigne. Et ce, sur un espace dédié de 176 m2 au deuxième étage des Galeries Lafayette. Les aficionadas en salivent déjà. Certaines fans – on en connaît – avaient fait de Topshop l’une des étapes incontournables lors de leurs virées à Londres. Mais à Terra eco, on a une sale manie : celle de scruter les étiquettes de nos T-shirts et de nous interroger, comme le montre notre récent dossier. Alors qui est vraiment Topshop ?

L’histoire d’abord. Topshop est né en 1964, dans les rayons d’un grand magasin Peter Robinson à Sheffield, dans le nord de l’Angleterre. Quelques années plus tard, l’enseigne lance sa boutique sous son propre nom puis, en 1994, s’installe au pavé de la célèbre Oxford Street. Depuis, la marque a ouvert 300 magasins au Royaume-Uni et 140 à l’étranger (Australie, Canada, Chili, Danemark, Israël, Russie…). Un succès pour le groupe Arcadia (Burton, Evans, Miss Selfridge…) qui n’hésite pas à se payer les trombines de stars (les designers Jonathan Saunders et Alexander McQueen – aujourd’hui décédé –, l’ex-mannequin Kate Moss…) pour lancer des collections spéciales.

Des immigrés sous-payés à Londres

Tout allait bien. Jusqu’en 2002. Une enquête du quotidien britannique Evening Standard révèle alors que, dans l’est de Londres, des travailleurs immigrés s’éreintent sur leurs machines pour des salaires inférieurs aux minimums légaux et dans de mauvaises conditions (froid, sortie de secours et ventilateurs obstrués…). Parmi les marques de nippes fabriquées par ces petites mains : Topshop. Philip Green, le pédégé d’Arcadia, assure alors : « Nous n’emploierons plus ce sous-traitant puisqu’il n’a pas respecté notre code de conduite. Nous sommes heureux de cette révélation. »

On ne l’y reprendra plus. Cinq ans plus tard pourtant, deux journalistes de l’hebdomadaire Sunday Times découvrent un nouveau pot aux roses : « Nous nous étions concentrés sur la ligne de vêtements signés Kate Moss. Et nous sommes allés visiter des usines de l’île Maurice qui les fabriquaient. Là, on a trouvé des travailleurs sri lankais, indiens, bangladais payés beaucoup moins que la moyenne du pays », se souvient Claire Newell, l’une des deux journalistes en charge de l’enquête. Ces ouvriers-là travaillent 70 heures par semaine pour 22 à 40 pens les 60 minutes (31 à 56 centimes d’euros d’aujourd’hui), soit la moitié du salaire moyen sur l’île. Le reste du temps ils dorment, entassés dans des dortoirs. La réponse du boss à l’époque ? Une menace adressé à un journaliste de « lui envoyer un coup de poing dans le nez ». Rebelote en 2010, lorsqu’un reporter de Channel 4 se fait employer dans une usine de Leicester (dans le nord du pays). Là, pas de vêtements Topshop mais des nippes estampillées Bhs, une autre marque du groupe Arcadia. Et des conditions de travail à nouveau déplorables : salaire inférieur au salaire minimum de moitié, pression des employeurs, chaleur des locaux et sécurité mal assurée. Réponse du groupe incriminé : « Un fournisseur qui sous-traitait le travail n’a pas respecté le code de conduite. » Encore ce fameux code.

Un code, mais quelle application ?

C’est d’ailleurs l’arme que dégaine la société, par mail, lorsqu’on l’interroge sur les scandales passés. La réponse – succincte envoyée après dix jours d’attente ponctuée de relances – se contente de renvoyer Terra eco vers le fameux Code et notamment vers le quatrième chapitre qui inclut les règles à respecter vis-à-vis des travailleurs migrants : « Ces règles, applicables par nos sous-traitants, doivent les aider à gérer le recrutement et l’emploi de main-d’œuvre immigrée de manière responsable », précise Topshop par mail. Pour le reste, « allez voir dans nos FAQ » (« Foire aux questions »).

Mais que diable y a-t-il dans ce code signé par tous les fournisseurs de Topshop ? L’engagement de fabriquer les produits de la marque « dans le respect de la loi locale », « sans exploitation des travailleurs » (respect des minimums légaux, semaine de 48h, pas de travail des enfants…) « sans dommage pour l’environnement ». De beaux engagements. Mais publier sur son site un code de conduite ? « C’est la norme pour tous les détaillants de vêtements d’avoir un texte qui régit le droit des travailleurs. Mais c’est beaucoup plus compliqué de vérifier qu’il est bien appliqué et efficace », souligne Murray Worthy, responsable de campagnes pour « War on Want », une ONG britannique qui lutte contre la pauvreté dans les pays en développement et le respect des droits de l’homme. « Arcadia se caractérise plutôt par un manque de volonté, d’engagements par rapport à d’autres marques », souligne-t-il encore.

Si Adidas y arrive, pourquoi pas Topshop ?

Visé notamment : le manque de transparence de la marque quant à l’origine de ses produits. « S’ils étaient confiants sur les origines, ils les afficheraient mais ils ne le font pas », s’agace Murray Worthy. Réponse de Topshop sur son site : « Nous listons les pays d’origine pour une grande majorité de nos produits. Malgré tout, il y a un élément de rapidité dans nos activités qui obligent certains fournisseurs à être flexibles et à employer telle ou telle usine pour fabriquer nos produits. » Une réponse qui ne convainc pas Murray Worthy : « C’est possible de suivre la trace, rétorque-t-il. Adidas et Puma ont aussi de très grosses chaînes de production et ils arrivent bien à publier une liste de leurs usines sur leur site, eux ! »

Visée encore la réticence d’Arcadia à participer à des initiatives nationales ou internationales qui tentent d’améliorer les pratiques du secteur. Le groupe n’est pas signataire par exemple de la « Ethical Trading Initiative », une alliance britannique d’entreprises, de syndicats et d’ONG qui cherche à « améliorer les conditions de travail des personnes qui fabriquent ou font pousser des produits à travers le monde ». Longtemps enfin, le groupe Arcadia a hésité à s’associer à l’« accord international visant à renforcer les conditions de sécurité dans les usines textiles du Bangladesh » (Voir encadré au bas de cet article) initié au lendemain de la catastrophe du Rana Plaza. Si la date butoir de signature était fixé au 15 mai, Arcadia s’est finalement engagé le 12 septembre dans l’aventure. « Nous sommes attristés par les événements au Bangladesh et nous voulons jouer un rôle en contribuant à cette démarche qui vise à initier des changements positifs pour les travailleurs de la mode », souligne le groupe sur son site Internet. Cette signature changera-t-elle les choses ? Impossible de le savoir tant l’accord en est encore à ses balbutiements.

Des dividendes à Monaco

Reste que pour se racheter aux yeux des contribuables britanniques, il en faudra davantage. Car un dernier scandale a secoué la marque ces dernières années. En 2010, des manifestations ont pris place devant les magasins de la marque au Royaume-Uni. C’est le pédégé, cette fois, qui était directement attaqué. Selon l’association UK Uncut, à l’origine des manifs, Sir Philip aurait en effet délibérément évité de payer près de 300 millions de livres (357 millions d’euros) d’impôts chaque année en transférant les dividendes de ses actions – 1,2 milliard de livres (1,4 milliard d’euros) en 2005 – vers un fonds enregistré au nom de sa femme à Monaco. Une pratique légale mais controversée en ces périodes de vache maigre. Et cocasse, si l’on sait que Sir Philip fut un temps chargé par le gouvernement de revoir les comptes de l’Etat pour resserrer la vis.

L’accord du Bangladesh encore dans les limbes

Presque cinq mois que le Rana Plaza s’est effondré sur ses ouvriers, tuant au passage 1 127 d’entre eux. Et quatre mois que l’accord international dit « accord de Bangladesh » a été signé. Il rassemble aujourd’hui 87 sociétés dont certaines – le groupe Arcadia notamment – ont rejoint l’initiative en route. L’objectif de l’accord ? « Rendre le secteur de la mode plus sûr et responsable grâce à des inspections, des travaux engagés dans les usines, des formations de travailleurs », souligne le site d’IndustriALL, l’un des syndicats internationaux à l’initiative de l’accord. Mais les choses tardent : « Nous faisons beaucoup de réunions, nous tentons d’organiser les choses », se défend Tom Grinter, responsable communication à IndustriALL. Car avant de pouvoir agir, reste encore l’essentiel : nommer un directeur exécutif et un inspecteur en chef. « Nous espérons que ce sera fait avant la fin du mois de septembre », confie-t-il.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité