publicité
Accueil du site > Actu > Conso > Sur le café, ça pousse comme des champignons
Article Abonné

Sur le café, ça pousse comme des champignons

Taille texte
Sur le café, ça pousse comme des champignons
(Crédit photo : Patrice Latron - LookatSciences )
 
Des pleurotes qui s’épanouissent sur le marc de votre arabica ? De Paris à San Francisco, les initiatives essaiment. Un petit crème-champi ?
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N°39 - septembre 2012

J’ai rêvé d’une France 100% renouvelable

Au recto de sa carte de visite, un organigramme en forme de montgolfière avec des flèches dans tous les sens. Sur 50 cm2 de papier, des cochons sont reliés à la pêche et des vers de terre au biogaz. Un expresso pris sur le zinc relié à une omelette de pleurotes aurait pu aussi y figurer, mais ç’aurait été trop réducteur. Cédric Péchard, agro-économiste fondateur de la société UpCycle, est un adepte de l’économie circulaire appliquée à l’agriculture. Un disciple de Lavoisier selon lequel « rien ne se perd, tout se transforme ». En d’autres termes, un déchet peut aussi être une ressource. Et le marc de café usagé, un formidable substrat pour faire pousser des champignons. Depuis quelques mois, l’homme le prouve grandeur nature. Il vient d’installer un conteneur de 30 m2 de culture de pleurotes près du stade Louis-Lumière, dans le XXe arrondissement de Paris. Les premières récoltes ont vu le jour cet été.

Docks du Havre

Comment ça marche, la culture de champignons sur fond d’arabica ? « Un partenariat avec la marque Jacques Vabre permet de récupérer le marc de café, explique Cédric Péchard. L’objectif de cette filière est d’assurer la collecte des 100 tonnes annuelles de marc nécessaires à la culture de 10 tonnes de champignons. A l’avenir, elle fournira bien plus car l’idée est de multiplier des microfilières locales. »

Le marc de café est ensuite confié à l’Etablissement de service et d’aide par le travail de Saint-Rémy-lès-Chevreuse (Yvelines), qui emploie 58 personnes handicapées. Une poignée d’entre elles assurent, à la main, le mélange du marc déjà pasteurisé et imbibé d’eau par les percolateurs avec le mycélium soigneusement sélectionné. Le terreau mis en sacs quitte la vallée de Chevreuse pour finir à Paris, suspendu dans un conteneur récupéré sur les docks du Havre. Un mois de noir complet suivi d’un peu de lumière et d’humidité font le reste. Les sacs bourgeonnent puis voient pousser toutes sortes d’excroissances étonnantes. En moins de six semaines, les pleurotes pointent leurs corolles et peuvent alors être ramassés. Non seulement ils ressemblent à 100 % à leurs cousins cultivés en cave, mais ils ont également le même goût. Seules différences, le producteur réalise 80 % d’économies d’énergie – la pasteurisation, étape de la culture traditionnelle, est très énergivore et les champignons sont ultra-frais, car récoltés en centre-ville. Quant au substrat, il sert plusieurs fois et termine sa course dans les champs, comme amendement.

« Nous travaillons actuellement avec le laboratoire d’analyses microbiologiques des sols de Lydia et Claude Bourguignon, se félicite l’agro-économiste. Les premières études montrent que les déchets des chambres de culture constituent un magnifique engrais naturel. » Un déchet peut aussi être une ressource, qu’il disait ! Le prototype est facilement duplicable, d’autant qu’il existe des conteneurs en fin de vie disponibles dans le monde entier.

Producteurs colombiens

Cédric Péchard n’est pas le seul à pratiquer cette culture singulière du champignon. Il affirme d’ailleurs n’avoir rien inventé et a sollicité le Belge Gunter Pauli, fondateur de Zeri (Initiative pour la recherche de zéro pollution), un réseau de scientifiques et d’entrepreneurs en quête de nouveaux modèles économiques basés sur le biomimétisme. Il y a quelques années, Gunter Pauli cherche les moyens de rendre plus stable l’activité des petits producteurs de café colombiens, trop dépendants des cours mondiaux. Le commerce équitable est une piste, la valorisation des déchets de café en est une autre. Zeri accompagne alors le travail d’une jeune femme au Zimbabwe, Chido Govera, qui, depuis plus de dix ans, cultive des champignons sur les déchets de café. Aujourd’hui, elle est devenue la VRP mondiale de la pratique. Par ses formations, elle essaime la technique partout dans le monde : Inde, Colombie, Allemagne, France…

300 magasins bios

Parmi ses élèves, Nikhil Arora et Alejandro Velez. Ces deux diplômés de l’université de Berkeley, aux Etats-Unis, sont aujourd’hui à la tête de Back to the Roots, une entreprise qui emploie 22 personnes, a recyclé 450 000 kg de marc de café depuis 2009 et enregistre un chiffre d’affaires proche du million d’euros. Le duo récupère le marc auprès de son partenaire américain Peet’s Coffee & Tea et réalise des kits de culture de champignons à faire pousser chez soi : « Grow your own mushrooms » (« Faites pousser vos champignons »).

Leur projet cartonne tellement qu’ils vendent leurs trouvailles dans plus de 300 magasins bios Whole Foods. Aujourd’hui, les champignons poussent aussi sur les restes de café hollandais, espagnol et australien. « On estime à 7 millions de tonnes le volume de marc de café généré chaque année dans le monde, explique Cédric Péchard. Si nous “ upcyclions ” la totalité de cet or noir, nous aurions une production totale de 700 000 tonnes de champignons : de quoi couvrir les besoins en calories et protéines de 70 millions de personnes, localement et quasiment sans énergie ni eau. » —

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité