publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > Stop aux clichés sur les renouvelables !
30-08-2012
Mots clés
Environnement
Emploi
France
Monde

Stop aux clichés sur les renouvelables !

Taille texte
Stop aux clichés sur les renouvelables !
(Le barrage des Trois-Gorges, en Chine. Crédit photo : stringer shanghai - reuters)
 
Trop chères, aussi polluantes, pas assez efficaces… Les énergies de demain ont mauvaise presse. Alors, on arrête tout, on sort sa calculette et on plonge dans les rapports. Et, à y regarder de plus près, les mauvais élèves énergétiques ne sont pas ceux que l’on croit.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N°39 - septembre 2012

J’ai rêvé d’une France 100% renouvelable

- « Les énergies renouvelables ne sont pas porteuses d’emplois »

Les détracteurs de l’économie verte auraient bien tort d’utiliser cet argument. Dans le monde, pas moins de 3,5 millions d’emplois seraient dévolus aux énergies renouvelables. Les investissements dans le secteur auraient grimpé, eux, jusqu’à 211 milliards de dollars en 2010, soit 171 milliards d’euros ! Premiers investisseurs : la Chine, l’Allemagne et les Etats-Unis. Au pays de l’Oncle Sam, la John Hopkins University et le Center for Climate Strategies ont compilé les résultats obtenus dans 16 Etats américains ayant d’ores et déjà adopté des mesures environnementales. De là, ils ont extrapolé pour saisir ce qui se passerait dans le pays tout entier si les projets « pro-climat » du gouvernement Obama étaient adoptés : les émissions de gaz à effets de serre chuteraient de 27 % en 2020 par rapport à 1990, le PIB augmenterait de 159,6 milliards de dollars (109 milliards d’euros), 2,5 millions d’emplois seraient créés d’ici à 2020 et le coût de l’énergie baisserait pour les Américains ! CQFD. —

- «  Les éoliennes voient les choses en petit  »

Raté ! Le secteur de l’éolien connaît au contraire une croissance fulgurante : entre 1996 et 2010, la puissance installée dans le monde est passée de 6 000 à 198 000 MW (pour mégawatts, soit un million de watts). Elle a donc été multipliée par trente ! Les pays qui en bénéficient le plus sont la Chine, le leader incontesté, les Etats-Unis, l’Allemagne, l’Espagne et l’Inde. La France, elle, produit 6 883 MW, notamment en Champagne-Ardennes, en Picardie, en Bretagne et dans le Centre. Il n’en reste pas moins vrai que la part de l’éolien dans la consommation d’électricité mondiale n’est aujourd’hui que de 2,4 %. Un seuil limite ? Pas vraiment. Le Danemark, pays des moulins à vent, y a recours à 24 %. Et c’est sans compter les éoliennes offshore ! Installées au large, où elles sont activées par des vents plus intenses et plus constants, ces bestioles ont de l’avenir : en Europe, elles pourraient fournir quelque 25 000 térawattheures d’énergie ! Soit bien plus que ce dont les Européens ont besoin ! —

- « Les énergies alternatives ont, elles aussi, un coût humain »

Oui, oui, le risque zéro n’existe pas. Même avec les énergies renouvelables. Et leur coût humain est bien moins important que celui des énergies fossiles. Le Paul Scherrer Institut, en Suisse, a fait les comptes. Pour 100 GW d’énergie générés par an, le charbon tue 12 personnes, le pétrole 9,37 et le gaz naturel 7,19. Vient ensuite le nucléaire (0,73) et l’hydraulique (0,27), tous deux plombés par de rares accidents mais marquants (fuites dans des centrales nucléaires, barrages qui cèdent). Les renouvelables affichent les meilleurs scores : l’éolien sur terre est la cause de 0,19 décès, la géothermie 0,17 et le photovoltaïque 0,02. —

- «  Les algocarburants, c’est bien joli, mais ils sont gourmands en espace  !  »

Le département de l’Energie américain a estimé que, si du combustible issu des algues vertes remplaçait tout le pétrole consommé aux Etats-Unis, il faudrait couvrir une étendue de 39 000 km2, soit un peu plus que l’Etat du Maryland, dans le Nord-Est du pays : 49 autres Etats échapperaient donc à cette couverture verte ! Reste que les « algocarburants » sont encore considérés comme peu compétitifs : en 2008, le rapport « Agrocarburants et Environnement », publié par le ministère français de l’Ecologie, concluait que le rendement de conversion de l’énergie solaire par les algues est de 3 W/m2, soit deux à dix fois moins que l’énergie éolienne (5 à 20 W/m2), que l’hydroélectricité de montagne (10 à 50 W/m2). Résultat : les scientifiques, comme ceux du projet Shamah en France, se démènent pour démultiplier ces rendements, en identifiant les algues les plus compétitives, en améliorant leurs conditions de production et l’extraction de leurs lipides, à la base du carburant qu’elles produisent. —

- « Il est temps que les Chinois laissent tomber le charbon »

Le dragon asiatique est en réalité déjà bel et bien éveillé : la Chine est la deuxième puissance en termes d’énergies renouvelables, produisant 40 000 MW, derrière les Etats-Unis (56 000 MW) et devant l’Allemagne (49 000 MW). Mieux, la Chine avance à un rythme de TGV. Elle est numéro 1 du solaire thermique et du grand hydraulique (avec certes des installations aussi critiquables que le barrage des Trois-Gorges). En 2010, c’est sur ses terres que la moitié de toutes les éoliennes mondiales ont poussé. Cette même année, elle a augmenté sa capacité en énergies renouvelables de 29 000 MW, doublant ainsi la capacité totale qu’elle avait l’année précédente. Et côté industrie, cet élan se ressent aussi : la Chine produit aujourd’hui plus de la moitié des panneaux photovoltaïques dans le monde. —

- « Le biogaz reste du gaz : ça pollue ! »

Tout faux : d’après l’association britannique Renewable UK, la production de biogaz ne rejette que 12 grammes de CO2 par kilowatt/heure produit. Rien à voir avec le charbon conventionnel (974 grammes), l’exploitation des sables bitumineux (465 grammes) ou le nucléaire (250 grammes). Entre autres raisons pour expliquer ces mauvais résultats des énergies traditionnelles : la destruction d’environnements tels que les forêts, qui conduit à devoir délocaliser la production alimentaire, ou encore les coûts écologiques des déchets nucléaires et du démantèlement des centrales en fin de vie. A l’inverse, au rang des énergies à faible empreinte carbonique, on trouve le solaire thermique (2 grammes), l’éolien terrestre et maritime, les usines marémotrices (6 grammes) et l’hydroélectricité (entre 10 et 12 grammes). D’autres renouvelables ne font, en revanche, pas aussi bien : la géothermie approche les 40 grammes de CO2 par kilowattheure produit, le photovoltaïque, les 100 grammes, tout comme le biodiesel. —

- «  Imbattables, les rendements des carburants liquides  !  »

Bien au contraire : ils affichent les rendements les plus médiocres. Si l’on met dans la balance l’énergie investie dans chaque source d’énergie pour estimer son rendement énergétique (soit le retour d’énergie pour l’énergie investie), les sables bitumineux obtiennent un score de 1, l’éthanol et le biodiesel de 2. Même le charbon conventionnel fait mieux (8), avec un score équivalent à celui du photovoltaïque. Les championnes du retour sur investissement sont les usines marémotrices (87), le biogaz (40), les éoliennes maritimes (35), la microhydroélectricité (32) et les éoliennes terrestres (28). —

- «  Sans subventions, bye-bye, les énergies renouvelables  »

Si l’on veut entrer dans le jeu des comparaisons, n’oublions aucun élément. Car les subventions octroyées aux énergies fossiles existent aussi. Et, si on les compare à celles dévolues aux énergies renouvelables, le bilan n’est guère favorable aux premières. Pétrole et assimilés auraient bien de la peine à être compétitifs si on leur retirait les 750 milliards de dollars de fonds publics (590 milliards d’euros) dépensés chaque année parmi 24 pays de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) pour soutenir la production et la consommation d’énergies fossiles ! A l’inverse, les gouvernements traînent la patte quand il s’agit de verser les 100 milliards de dollars annuels (78,6 milliards d’euros) qu’ils avaient promis à la conférence sur le climat de Copenhague, en 2009, pour financer l’adaptation au changement climatique et le développement des énergies renouvelables. Et les coups de pouce aux produits fossiles sont présents à chaque étape : aide à la production, à la consommation, aux prix… Résultats : les fossiles sont très concurrentielles face aux énergies renouvelables. Et si c’était les secondes qui bénéficiaient un jour de ces 750 milliards de dollars de subventions annuelles ? On refait le match ? —

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Une enfance en pleine nature jurassienne, des études de biologie et de géologie, l’envie de transmettre cette passion pour le monde vivant, et le monde tout court, et un goût sans limite pour les nouvelles contrées. Alice est journaliste scientifique.

3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Dans son dernier livre "Basculement" (recommandé par Terraéco dans les livres de l’été), Lester R. Brown indique que le coût caché des carburants fossiles est de 2,30 Euros par litre, qui devrait être récupérer sous forme de taxe. Cela fait un prix à la pompe autour de 3 Euros le litre !

    Et dans ces conditions, les renouvelables n’auraient plus besoin de subventions....

    Quant à la Chine, il me semble bien qu’elle a dépassé l’Allemagne très récemment.....

    14.09 à 22h52 - Répondre - Alerter
  • Les clichés sur les renouvelables ont la peau dure et être en mesure de se baser sur des arguments solides serait plus qu’appréciable !
    Le sujet de l’article m’intéresse donc au plus haut point mais certains points mériteraient en effet d’être clarifiés, approfondis, voire corrigés...

    13.09 à 14h41 - Répondre - Alerter
  • Je suis embêté par cet article qui a l’air peu sérieux car mal documenté.

    Dans le chapitre "Il est temps que les Chinois laissent tomber le charbon", vous dites "la Chine est la deuxième puissance en termes d’énergies renouvelables, produisant 40 000 MW, derrière les Etats-Unis (56 000 MW) et devant l’Allemagne (49 000 MW)". Il y a comme un problème dans les chiffres.. Pour moi la Chine est 3ème derrière l’Allemagne si vos chiffres sont bons.

    Dans "Le biogaz reste du gaz : ça pollue", vous dites que l’éolien est compétitif en CO2 par rapport aux fossiles, or des études récentes en Angleterre et aux Pays-Bas affirment le contraire. Quid ?

    Enfin, dans "Sans subventions, bye-bye, les énergies renouvelables", vous oubliez de mentionner la taxation des énergies fossiles qui est très élevée, ce qui n’est pas le cas des énergies renouvelables. Que donne la balance en prenant compte de cette source de revenus non négligeable ?

    Bref, cet article me semble bien bancal et décrédibilise Terra Eco, auquel je suis abonné depuis quelques années.

    11.09 à 11h38 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité