publicité
Accueil du site > Actu > Conso > Pour des citoyens aux papilles affûtées
27-02-2014

Pour des citoyens aux papilles affûtées

Taille texte
Pour des citoyens aux papilles affûtées
(Crédit photo : flore-aël surun - tendance floue)
 
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 55 - mars 2014

Poissons : fraude à l’étiquette

A Terra eco, nous ne nous contentons pas de manger du poisson. Nous le mettons à toutes les sauces, y compris à celle de l’investigation. Il y a quelque temps, surpris par le niveau de fraudes à l’étiquetage constaté sur les poissons en vente aux Etats-Unis, nous avons voulu en avoir le cœur net. Comment les bêtes à écailles sont-elles traitées de ce côté-ci de l’Atlantique ? Ce sont les résultats de plusieurs mois de travail, menés en partenariat avec les ONG Oceana et Bloom, ainsi qu’avec le Muséum national d’histoire naturelle et l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), que nous vous livrons ici, sur un plateau (1).

Nos conclusions sonnent à la fois comme une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne : loin du taux stratosphérique de fraudes américain – jusqu’à 50 % d’étiquetage frauduleux en Californie –, les 4 % de cas détectés par nos soins – sur 369 échantillons – font de la France un élève plutôt appliqué. Un an après la révélation de présence de viande de cheval dans des plats de lasagnes préparées, les amateurs de poisson peuvent pousser un ouf de soulagement. La mauvaise nouvelle tient, comme souvent, à une forme d’ignorance dans laquelle nous autres, consommateurs lambda, sommes entretenus. Voire, nous complaisons nous-mêmes. Notre enquête le montre : ce sont dans les méandres de notre inconséquence que les fraudeurs se frayent une voie. Or, il en est des poissons comme de tous les aliments transformés : à force d’en avoir délégué la maîtrise à l’industrie, nous finissons par ne plus savoir s’ils poussent dans les champs, rampent à terre ou nagent dans nos rivières. Nous finissons par ne plus rien connaître des conditions écologiques et sociales dans lesquelles ils sont produits, transformés et acheminés jusqu’à nous. Nous comprenons à peine leurs éventuels effets sur notre santé. Pourtant, le choix de nos menus n’est pas neutre. Souvenez-vous du documentaire-choc Le Cauchemar de Darwin : quand l’expansion de la consommation de perche du Nil en Europe entraîne la déstabilisation d’un écosystème économique et social en Afrique.

Excellent fil rouge

Alors, que faire ? Tout simplement soumettre nos restaurateurs et fournisseurs officiels de denrées à la question : d’où vient ce que vous me proposez de manger ? Ensuite, faire de l’éducation, tant à la maison qu’à l’école. Notre alimentation est un excellent fil rouge pour aborder les enjeux qui dessinent notre époque. Et pour faire de nous des citoyens accomplis aux papilles affûtées. —

(1) Nous remercions pour son aide précieuse le laboratoire Spygen, du Bourget-du-Lac (Savoie), qui a traité et analysé nos échantillons.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Cofondateur et directeur de la publication du magazine Terra eco et du quotidien électronique Terraeco.net

- Suivez-moi sur twitter : @dobelioubi

- Mon blog Media Circus : Tant que dureront les médias jetables

4 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Les poissons nourris aux poisons multiples que les humanoïdes distillent par leurs consommations massives des ressources naturelles...Qu’en disent VOS poissonniers ?

    14.03 à 10h22 - Répondre - Alerter
  • Je reçois "la lettre" de Terra Eco et en tête de cette dernière il y a le titre suivant :
    TE Fraude sur le cabillaud, Rennes championne...etc
    Or à aucun moment il n’est question de cabillaud dans cet article, quant à la fraude en France elle semble quand même restreinte !!! (et c’est rassurant !) pourquoi alors activer des peurs de cet ordre ?...pas très sérieux - j’attends autre chose de vos articles !
    par ex : de quelles fraudes s’agit-il (et dans quelle proportion) chez NOS poissonniers ?

    14.03 à 09h29 - Répondre - Alerter
  • Dommage que cet article face appel au "Cauchemar de Darwin" pour illustrer le dérèglement de la chaîne du conditionnement du poisson et ses effets destructeurs sur l’économie locale.
    Depuis le livre de François Garçon "Enquête sur le Cauchemar de Darwin", Flammarion 2006, ce film ne peut plus être pris comme référence dans un édito de Terra Eco. Il en va de sa crédibilité.
    F. Garçon démonte tous les partis pris de Hubert Sauper et montre abondamment que les situations décrites par le film sont outrancières, construites parfois pour les besoins de la démonstration, et biaisées. Y compris sur l’économie autour de la pêche, de l’exploitation et du négoce des perches du Nil.

    28.02 à 09h02 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité