publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > Pétrole cher : qui va régler la douloureuse ?

Pétrole cher : qui va régler la douloureuse ?

Taille texte
Pétrole cher : qui va régler la douloureuse ?
(L.C.Nøttaasen/Flickr)
 
Le pétrole pas cher, c'est fini. Les experts le disent. Mais qui va en payer le prix fort ? Les compagnies aériennes, sans doute. Mais aussi quelques Etats très dépendants de l'or noir. Pendant que d'autres s'en mettront plein les fouilles.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Le pétrole grimpe. Boosté par la chute de la production en Libye, le baril de Brent s’échangeait ce mardi à 112 dollars (81 euros) sur le marché de Londres. Une mauvaise passe causée par les révolutions arabes ? Morgan Stanley semble en douter. Dans un document publié en novembre 2010, la banque d’investissement estime que la demande en or noir devrait atteindre 88,5 millions de barils par jour, porté par les pays émergents, Chine et Inde en tête. Du coup, dès 2013, finis les surplus égarés dans le système. Le marché devrait fonctionner à flux tendu : tout ce qui sera produit sera consommé, voire davantage si l’on en croit le graphique de Morgan Stanley.

Les Saoudiens devraient peiner à répondre à l’offre très rapidement. Et plus encore, si l’on n’estime qu’ils gonflent leurs chiffres. L’hypothèse, évoquée par un diplomate américain en poste à Riyad, a fuité sur Wikileaks avant d’être reprise par le quotidien britannique The Guardian. A en croire l’échange entre le diplomate et Washington, les réserves du royaume pourraient avoir été artificiellement gonflées de près de 40%. Jim Rogers, président d’une holding américaine opine sur Bloomberg. Non, « les Saoudiens ne peuvent pas compenser l’insuffisance de la production libyenne. Ils ont dit dans le passé qu’ils pouvaient augmenter la production, mais ils ne peuvent pas ».

Alors qui va payer la facture engendrée par l’augmentation du prix du baril ? Certains tremblent déjà. C’est le cas de l’Association internationale du transport aérien (IATA). Certes, le nombre des passagers continue de progresser : +8,2% en janvier dernier par rapport à l’année précédente, souligne un communiqué. Mais le groupement d’industriels regarde les événements du Moyen-Orient d’un mauvais œil. « A chaque dollar d’augmentation, l’industrie doit compenser 1,6 milliard de dollars [1,2 milliard d’euros] de coûts additionnels », souligne Iata. Or, les compagnies affichent un profit de « seulement » 9,1 milliards de dollars (6,6 milliards d’euros) et une marge de 1,5%. « Même avec les bonnes nouvelles concernant l’augmentation du trafic, 2011 s’annonce comme une année difficile pour les compagnies aériennes », a déclaré Giovanni Bisignani, PDG de Iata.

La Russie : très gourmande en énergie

Au delà des compagnies privées, les nations risquent d’encaisser la douloureuse. Le Business insider, un site américain participatif dédié à la finance, s’est fendu d’un diaporama des pays les plus vulnérables à l’augmentation du prix du baril. En troisième position, l’Indonésie. Gros acteur sur le marché des minerais, la nation est aussi très gourmande en pétrole. Pour produire 1 million de dollars (720 millions d’euros) de PIB, l’économie a besoin d’avaler 817 tonnes de liquide noir. Pire encore : le Vietnam. Dans ce pays fortement industrialisé et dopé par une forte croissance, il faut 1 062 tonnes de pétrole pour produire un million de dollars de PIB. A la première place du classement, on trouve la Russie. Certes, le pays extrait du brut mais ses températures extrêmes et l’étendue de son territoire le rende très gourmand en énergie. Résultat : pour qu’elle fonctionne 1952 tonnes de pétrole doivent couler dans les veines de l’économie russe.

Mais pendant que certains pensent à se serrer la ceinture, d’autres prévoient déjà de s’en mettre plein les fouilles, raconte encore le Business Insider. Parmi eux, l’Arabie Saoudite qui peut afficher un PIB à 519 milliards de dollars quand le baril atteint 100 dollars (contre 376 à 60 dollars le baril, soit une augmentation de près de 38%), l’Iran (+18,7% de PIB) ou encore les Emirats arabes Unis (+18,3%).

A lire aussi sur Terra eco :
- notre dossier spécial « Tous accros au pétrole »
- Infographie : Pétrole : les pays les plus gloutons

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Je suis surpris de voir la Russie dans la liste des pays qui vont souffrir du prix du pétrole : il me semble que l’augmentation de prix concerne les exportations, le prix de revient reste bas. Or les Russes sont producteurs et non importateurs, pourquoi n’utiliseraient-ils pas leur pétrole à prix "interne" ?

    26.03 à 12h35 - Répondre - Alerter
  • Considérons cette première évolution des prix comme une chance, qui nous permet de modifier nos comportements pour nous adapter à un monde où les ressources fossiles seront chères.

    Mais cela suppose un peu de vision et d’ambition, difficile notamment en France où toutes les initiatives gouvernementales récentes (Loi NOME, décrets sur le photovoltaïque et l’éolien, permis d’exploration des gaz de schistes...)

    Nicolas - http://www.technoscopie.info

    2.03 à 11h53 - Répondre - Alerter
  • On retombe bien sur l’idée de base de la taxe carbone : anticiper la hausse du pétrole en gardant les dividendes au niveau de notre état.
    Mais il parait que ca aurait pu nuire à notre sacro sainte croissance ! Tant pis on va payer cher mais ce sont les pays pétroliers qui récupèreront notre argent.

    1er.03 à 20h55 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité