publicité
Accueil du site > Actu > Société > Notre-Dame-des-Landes : le trafic en question
24-04-2013
Mots clés
Transports
France

Notre-Dame-des-Landes : le trafic en question

Taille texte
Notre-Dame-des-Landes : le trafic en question
(Crédit photo : roger4336 - flickr)
 
Dans le plus beau des scénarios, les décideurs attendent quelque 8,5 millions de voyageurs passant par le prochain aéroport en 2050. Mais les futures lignes TGV ont été oubliées dans les prévisions…
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 47 - mai 2013

Le mirage Notre-Dame-des-Landes

Pour déclarer le projet d’aéroport d’utilité publique, les décideurs se sont fondés sur une enquête réalisée en 2006 par la Direction générale de l’aviation civile (DGAC). Dans le plus beau des scénarios, le document promet au futur aéroport quelque 8,5 millions de voyageurs à l’horizon 2050. Soit plus du double de la fréquentation actuelle de Nantes-Atlantique, situé à Bouguenais. Une projection que la commission du dialogue a jugé fantaisiste dans son rapport : « L’hypothèse de 9 millions de passagers à l’horizon 2050 est (…) davantage un objectif destiné à calibrer un projet qu’une projection, compte tenu des incertitudes sur les évolutions économiques et sociétales à cette échéance. » Un autre élément risque encore d’enterrer ces belles prévisions. Car la DGAC a occulté un « détail » : l’impact des 4 500 km de lignes à grande vitesse (LGV) promises par le Grenelle de l’environnement (1). Or, parmi les passagers décollant de Nantes, plus de la moitié s’envolent actuellement pour une destination hexagonale, donc accessible en train.

Une calculette introuvable

En réalité, le mot TGV n’est pas totalement absent de l’enquête menée en 2006. Mais les projets se résument à un seul chantier : le « barreau Sud » d’Ile-de-France qui, à l’horizon 2025, permettra aux LGV de passer par les aéroports parisiens. Mais comment le TGV Tours-Bordeaux va-t-il influencer les vols Nantes-Bordeaux ? Et quid de l’amélioration de la LGV Rennes-Paris, en 2017, qui fera gagner aux Rennais 37 minutes et 8 aux Nantais ? « Ces futures lignes LGV ont, bien entendu, été prises en compte », explique Eric Héraud, chargé de communication à la DGAC. Et l’homme de nous apprendre que 72 000 passagers seront perdus par l’aérien à cause des 8 minutes gagnées sur le trajet Nantes-Paris, tandis que les 50 000 voyageurs restants seront aspirés par l’ensemble des autres lignes. Mais sur la manière dont ces chiffres ont été obtenus, mystère. La DGAC évoque le module 3 du modèle économétrique. Késako ? « Le module qui prend en compte l’impact LGV. » CQFD. Problème, au sein de l’institution, personne ne peut mettre la main dessus. Pourtant, ce n’est pas un mystère, lorsque l’offre TGV s’améliore, les passagers filent en partie vers le rail. Ainsi, le 3 avril, Air France, a supprimé la ligne aérienne Strasbourg-Roissy et envoyé ses clients vers les trains SNCF. Arrivera-t-il la même chose au Nantes-Roissy ? No comment chez Air France. Mais son pédégé, Alexandre de Juniac, assurait à L’Alsace, le 12 avril, que « quand un trajet en TGV se réduit à 2 h 30, c’est la bascule » et prévoyait un système similaire à Bordeaux, en 2017 !

Le pic pétrolier est là

Menacé par l’épuisement des ressources fossiles, l’aérien est de toute façon promis au déclin. La production mondiale de pétrole conventionnel a atteint son maximum en 2006… et on n’espère plus de nouveau record : le pic pétrolier est là. « Je ne sais pas pour qui l’avion restera disponible dans les décennies à venir. Mais, en toute logique, il le sera de moins en moins, puisque l’on ne peut pas faire déplacer un avion sans carburant liquide », confiait, en décembre, Jean-Marc Jancovici, spécialiste de l’énergie, à Terra eco. Notre-Dame-des-Landes file-t-il dans le mur ? « Regardez le nombre d’aéroports qui sont vides en Espagne. Qu’est-ce qui nous garantit que nous ne serons pas dans la même situation dans quinze ans ? » —

(1) Dans son rapport sur l’état des finances publiques du 2 juillet 2012, la Cour des Comptes recommandait l’abandon de ces lignes. Le gouvernement a assuré que les projets déjà engagés seraient menés à terme, mais seules trois lignes sur 14 sont aujourd’hui lancées.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité