publicité
Accueil du site > Actu > Société > Migrants de Calais : la répression continue
12-10-2012
Mots clés
Social
Immigration
France

Migrants de Calais : la répression continue

Taille texte
Migrants de Calais : la répression continue
(Un migrant à Calais, en 2010 - Alexandra Bogaert)
 
A Calais, rien de nouveau. Malgré les engagements du nouveau gouvernement, la répression des migrants se poursuit. Ce jeudi, une réunion en préfecture a redonné - un peu - espoir aux associations.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Cela fera bientôt dix ans, le 3 décembre prochain, que le centre de Sangatte, dans le Pas-de-Calais, a fermé. Les « jungles », ces campements d’infortune faits de bric et de broc dans lesquels s’entassaient les Irakiens, Afghans, Libyens, Nigérians, Erythréens, etc. en attendant de traverser la Manche, ont aussi été démantelées. Les squats, évacués. Mais l’état d’urgence, n’a jamais été décrété par les autorités, alors que la situation de ces hommes – et quelques femmes et enfants - le justifierait. Depuis une décennie, les associations alertent sur le sujet. Depuis une décennie, la question reste la même : quel accueil réserver aux migrants qui errent sur le littoral de la Côte d’Opale, en attendant de pouvoir passer clandestinement en Angleterre ?

La nouveauté, c’est qu’elle a été, cette fois, directement posée par le préfet du Pas-de-Calais. Ce jeudi, Denis Robin a invité une dizaine d’associations – grosses ONG comme associations locales -, la mairie de Calais, le Conseil général et les forces de police, à réfléchir avec lui aux « solutions (...) susceptibles d’améliorer la situation » de ces migrants. C’est ce que lui impose la circulaire interministérielle du 26 août 2012, « relative à l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuation de campements illicites ».

Des actes en contradiction avec les textes

« Ca faisait des années qu’on réclamait une telle rencontre », rappelle Nan Suel, présidente de l’association Terre d’errance. « Vu le contexte, cette concertation était nécessaire », renchérit Cécile Bossy de Médecins du Monde. La chargée de programme "Mission migrants" précise en effet qu’entre le début de l’application de la circulaire et cette réunion, les évacuations de squats ont repris à Calais « sans aucun respect pour le volet prévention de la circulaire », qui impose de proposer des solutions d’accompagnement social et d’hébergement d’urgence.

Lors de ces opérations de police – demandées par la mairie (UMP) de Calais et exécutées par la préfecture - les effets personnels des migrants et même des kits de première nécessité à vocation humanitaire, distribués par les ONG, ont été détruits. Plusieurs associations dont le Secours catholique ont dénoncé une « entrave à l’aide humanitaire ». Et constatent que l’histoire se répète : cette politique répressive est exactement la même que sous l’ère Sarkozy - qui, d’ailleurs, avait décidé la fermeture du camp de Sangatte quand il était au poste de ministre de l’Intérieur.

« On était consterné de voir comment ces expulsions se sont déroulées et succédé, alors même que la circulaire venait de sortir, explique Véronique Devise, présidente du Secours catholique pour le Pas-de-Calais. Elles n’ont pas respecté les besoins fondamentaux des migrants, comme celui d’avoir un abri pour y dormir. » Malgré ces descentes policières, elle continue d’espérer que cette concertation en préfecture est le signe que « la nouvelle majorité a le désir de changer ces méthodes ».

Calais, ville la moins hospitalière pour les migrants de passage

Si la réunion de jeudi matin a un peu tranquillisé les associations – Nan Suel, par exemple, a eu « l’impression que ses doléances ont été écoutées » - la suite est plus floue. Pas d’annonce ni calendrier défini. Une nouvelle rencontre entre les acteurs fin 2012 ou début 2013, sur la question de l’accès aux soins, et puis ? « On devrait s’organiser en groupes de travail, mais aussi rencontrer des mairies dont les élus ont, à l’égard des migrants, une politique plus hospitalière que celle de Calais », liste Cécile Bossy.

C’est le cas à Norrent-Fontes, où une trentaine de migrants en moyenne sont accueillis dans des petits chalets en bois, avec fenêtres et volets. « Leur offrir un toit n’a créé aucun appel d’air. S’ils sont plus nombreux ces jours-ci, de l’ordre d’une quarantaine, c’est bien parce que le harcèlement policier constant qu’ils subissent à Calais les pousse à fuir, car ils n’arrivent pas à dormir », explique Nan Suel. En tout, ce sont en ce moment environ 250 personnes qui errent dans le Calaisis.

L’Etat, bien content que les citoyens agissent à sa place

Son association appelle à manifester, samedi 13 octobre, dans la « cité des six Bourgeois » pour dénoncer, une fois de plus, cette situation. Malgré sa combativité, la présidente souhaiterait « redevenir la maman au foyer » qu’elle est censée être, et « avoir le temps d’ouvrir un bouquin ». Mais qui donne à manger aux migrants, s’occupe des douches, informe sur le droit d’asile, accompagne à l’hôpital ? « Ce n’est pas l’Etat, ce sont les citoyens. »

Fin septembre, Manuel Valls a annoncé vouloir supprimer, dans son futur projet de loi sur l’immigration, le délit de solidarité. « Ce n’est qu’un symbole, dit-elle. C’est juste l’autorisation par l’État de faire le travail de l’Etat sans être ennuyé par l’Etat ! »

« Chez Médecins du Monde, on a pris cette annonce pour ce qu’elle est : elle prend acte que l’existence d’un délit de solidarité n’est pas normale. Mais ça ne veut pas pour autant dire qu’on est confiant pour la suite et que le changement par rapport à la politique précédente sera radical », avance prudemment la représentante de Médecins du Monde, Cécile Bossy.

- A lire, sur la prochaine disparition du délit de solidarité, la chronique de Richard Yung, sénateur socialiste : Héberger des sans papiers ne sera plus un délit

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité