publicité
Accueil du site > Actu > Société > Immigration : ces murs qui hérissent le monde
6-01-2011
Mots clés
Immigration
Monde
Diaporama

Immigration : ces murs qui hérissent le monde

Taille texte
Suiv

Grèce-Turquie

Le 31 décembre, le gouvernement grec a annoncé qu’il voulait construire un mur de barbelés le long de la frontière terrestre avec la Turquie. Objectif ? Boucler l’une des portes d’entrée des migrants vers l’Europe. La Grèce estime que 128 000 clandestins auraient franchi le fleuve Evros qui la sépare de la Turquie rien qu’en 2010.

Crédit photo : DR

Prec
Suiv

Etats-Unis-Mexique

En 2006, l’administration Bush décidait d’ériger une barrière entre les Etats-Unis et le Mexique. Moitié réelle (formée de pans de murs), moitié virtuelle (avec un système de surveillance perfectionné), elle avait pour objectif de freiner l’afflux de clandestins. Le premier tronçon, long de 50 kilomètres, fut érigé en Arizona. Mais il a montré de nombreuses défaillances techniques. En mars 2010, le président Obama a ordonné le gel de l’extension du mur. Le projet, très controversé, aurait déjà coûté plus d’un milliard de dollars (760 millions d’euros).

Crédit photo : Cornellrockey04/flickr

Prec
Suiv

Israël-Cisjordanie

700 kilomètres de mur séparent Israël de la Cisjordanie depuis 2002. Objectif ? Eviter l’entrée sur le territoire de l’Etat hébreu de terroristes islamistes. Mais Israël n’a pas fini de se protéger. En novembre, la nation a décidé de construire une barrière électrifiée de 140 kilomètres dans le désert du Sinaï, le long de sa frontière avec l’Egypte. Cette fois-ci, il s’agit de freiner l’arrivée de migrants venus notamment d’Erythrée, du Soudan et d’Ethiopie. Des migrants qui fuient les conflits armés, la famine ou la dictature. Facture prévue pour ce nouveau mur : 280 millions d’euros.

Crédit photo : Simio/Flickr

Prec

Ceuta et Melilla

Les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla en territoire marocain sont protégés par d’imposantes barrières (de 8 et 6 km respectivement). Des postes de surveillance sont répartis le long de la frontière tandis que des capteurs se chargent de repérer bruits et mouvements. L’ONU « prie » régulièrement l’Espagne de rendre ce territoire au Maroc. Au seuil de cette zone militaire retranchée et grillagée, des milliers de migrants viennent tout de même chercher une vie meilleure. En 2005, plus de 700 migrants d’origine sub-saharienne ont tenté de franchir la barrière de Melilla. Six d’entre eux furent tués par les forces de sécurité espagnoles.

Crédit photo : Ongayo/Wikimedia

 
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Imposantes et dotées de technologies high-tech. Ce sont les barrières érigées par certains pays pour se « protéger » des incursions clandestines. Dernière en date, la Grèce a annoncé la construction d’un mur le long de sa frontière avec la Turquie.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité