publicité
Accueil du site > Actu > Énergie > « Le secret des Etats-Unis, c’est de forer sans cesse »
26-09-2013
Mots clés
Environnement
Emploi
Etats-Unis

« Le secret des Etats-Unis, c’est de forer sans cesse »

Taille texte
« Le secret des Etats-Unis, c'est de forer sans cesse »
(Image extraite de Gasland, film sorti en 2010. Crédit photo : DR)
 
L’économiste Thomas Porcher estime que la folle rentabilité des gaz de schiste américains s’écrit déjà au passé et qu’espérer une manne d’emplois pour la France relève de l’illusion.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 51 - octobre 2013

Gaz de schiste : la bataille de France a commencé

Thomas Porcher est économiste et prof à l’université Paris-Descartes.

Aux Etats-Unis, l’exploitation des gaz de schiste a dopé la compétitivité. Pourquoi ne serait-ce pas le cas en France ?

Les entreprises américaines ont gagné en compétitivité parce que le prix du gaz a baissé. En France, ce prix est moins flexible, car il est déterminé par des contrats de long terme indexés sur le prix du pétrole. Par ailleurs, aux Etats-Unis, maintenant que le prix du gaz est faible, la rentabilité du gaz de schiste n’est plus évidente et la production stagne.

Certains assurent qu’on pourrait créer jusqu’à 100 000 emplois en France (1)…

Cela n’a rien de scientifique. C’est comme si l’on disait qu’on peut créer 6 millions d’emplois en construisant 2 millions de voitures parce qu’une voiture nécessite le travail de trois personnes. Aux Etats-Unis, il y a eu 600 000 emplois créés, c’est énorme, du jamais vu. Leur secret, c’est de forer sans cesse. Ils ont déjà creusé 500 000 puits, rien que pour le gaz. Pour créer 100 000 emplois en France, il faudrait creuser 90 000 puits, soit 30 par jour jusqu’en 2020. C’est impensable ! En moyenne, dans le monde, 750 000 euros de production de gaz ne créent que deux emplois (2).

Les rentrées fiscales des gaz de schiste pourraient-elles financer la transition énergétique ?

Les pays qui reçoivent de grosses redevances pétrolières sont ceux qui ont un monopole public sur l’exploitation. En France, ce sont les compagnies privées qui y gagneraient.

Pourquoi les coûts sociaux et environnementaux liés à l’exploitation de ces gaz ne sont-ils jamais pris en compte ?

Il y a eu une énorme régression. Quand j’ai commencé à travailler sur l’énergie, au début des années 2000, on intégrait juste ces coûts. On recommandait aux pays en développement d’alimenter des fonds ou de ne pas produire à pleine capacité pour préserver la manne de leurs ressources. Tout ça a été balayé par la crise. Aux Etats-Unis, on fore le plus vite possible et à aucun moment l’idée n’est venue de faire bénéficier les générations futures. En France, on ne parle jamais de l’impact sur le climat ou le tourisme, ni des prix de l’immobilier qui s’effondrent…

Pourquoi certaines compagnies misent-elles autant sur ces gaz ?

Elles savent que, plus elles ont de données, plus elles peuvent séduire les politiques en faisant miroiter une richesse à exploiter et des redevances à encaisser. Elles espèrent faire changer la loi Jacob (3). Et, quand on voit le comportement très agressif de certaines compagnies, qui multiplient les recours en France (voir ici), on peut effectivement craindre que cette loi finisse par sauter. Le risque, c’est qu’il y ait un nouveau consensus autorisant la fracturation hydraulique pour l’exploration. C’est un cheval de Troie car, s’il y a exploration, il y a de grandes chances pour que, à terme, il y ait exploitation. —

(1) Etude de Sia Conseils à lire ici

(2) D’après l’article « The effects of a natural gas boom on employment and income in Colorado, Texas and Wyoming », paru dans « Energy Economics » n° 34, 2012.

(3)Datant de 2011, elle interdit l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste.

Le mirage des gaz de schiste, de Thomas Porcher (Max Milo, 2013) Image extraite de Gasland, film sorti en 2010.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité