publicité
Accueil du site > Actu > Société > En plus de leur job, elles vendent leurs créations sur Internet
28-07-2014
Mots clés
Société

En plus de leur job, elles vendent leurs créations sur Internet

Taille texte
En plus de leur job, elles vendent leurs créations sur Internet
((Crédit photo: kheelcenter - Flickr))
 
Ils fabriquent des objets de leurs mains, puis les vendent sur Internet. Ces créateurs ne sont pas des professionnels, mais d'infatigables passionnés.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Le « fait maison » fait beaucoup parler de lui dans les restaurants. Mais fabriquer soi-même un produit n’est pas réservé aux cuisiniers. Dans leur garage ou assises sur leur canapé, de plus en plus de personnes se lancent dans la fabrication d’objets 100% « maison ».

Vêtements, bijoux ou mêmes meubles naissent ainsi des mains de ces créateurs. Ce n’est pas leur métier, mais une passion qu’ils assouvissent pendant de longues heures une fois la journée de travail terminée. Grâce aux plateformes d’exposition et de ventes d’objets faits-main sur Internet, comme Etsy ou A little market, ils vendent ensuite leurs créations. Trois adeptes du fait-maison vous racontent les dessous de leur passion.

Idy créé des écharpes, bracelets et petits accessoires « earth-friendly ». Elle les vend sur Etsy.

- Son credo : « Je fais des choses qui m’amusent et qui me plaisent, avec une certaine éthique. » Elle fabrique en respectant la nature. « Pour les teintures, j’ai mes propres plants de pastel. Mais on peut aussi faire des teintures chouettes avec des épluchures d’oignon ! » Pour les tissus, elle utilise du coton bio ou de la soie non-violente récoltée après l’envol des papillons hors du cocon.

- La passion, pas un hasard : « Ma mère était prof de couture. Quand je rentrais de l’école, elle était en train de coudre. Je faisais des vêtements pour mes poupées avec les chutes de tissu. C’est un goût qui vient de l’enfance. »

- Pourquoi le fait-maison ? « Il y a beaucoup de satisfaction à voir quelque chose, fait de ses mains, naître sous ses yeux. C’est le fameux “C’est moi qui l’ai fait !“ »

- Le temps : « Énormément ! Je ne compte pas mes heures. » Idy, qui gère une société de conseil, jongle avec son métier. « Je travaille chez moi, c’est l’idéal. Je peux fabriquer quand il y a une baisse d’activité. »

- Le coût : Une centaine d’euros par mois. « Le plus cher, ce sont les frais d’envoi à l’international. J’ai déjà livré en Chine, aux Etats-Unis et dans différents pays européens. »

- Ses ventes ? 22 articles depuis la création de la boutique à l’automne 2012. « Ca doit me rapporter à peu près 120 euros par mois. »

Brode pute, c’est le nom de sa boutique en ligne de points de croix malpolis. La créatrice garde son nom secret.

- Son credo : Les points de croix subversifs. « J’aime bien les trucs qui dérangent, qui choquent. Dans l’esprit des gens, la broderie c’est une passe-temps de mamie. Je joue sur ce décalage, je veux que les gens se disent “C’est un peu osé !“ » Pour ses créations, elle s’inspire de films, de morceaux de rap ou de phrases attrapées au fil d’une discussion.

- La passion, pas un hasard : « J’ai fait du point de croix quand j’étais petite. Je brodais des tournesols et des carottes. » Elle s’y est remise il y a quatre ans. « Je fais un boulot plutôt intellectuel. J’avais envie de faire quelque chose de mes mains. »

- Pourquoi le fait-maison ? « Pour le plaisir de faire quelque-chose de A à Z. Et puis c’est une activité qui permet de me vider la tête. Je fais toujours le même mouvement, c’est relaxant. »

- Le temps : « Certains me prennent trois heures, d’autres huit heures. Je brode le soir devant la télé, mais aussi dans le métro, quand je bois un verre en terrasse. J’ai toujours mon point de croix sur moi. »

- Le coût : « Ce n’est pas un artisanat trop coûteux en matériaux. J’achète pour 45 euros de toile tous les deux ou trois mois. Il y a les cadres, les fils, mais ça ne coûte pas trop cher. »

- Ses ventes ? Elle vend 4 points de croix par mois en moyenne, ce qui lui rapporte environ 150 euros.

Emma fabrique des savons bio, à l’huile d’olive ou aux huiles végétales locales, et coud des accessoires en laine en fibres naturelles. Elle les vend sur Etsy.

- Son credo : Le naturel. Ses savons sont fabriqués « juste avec des ingrédients bio et naturels avec lesquels j’ai plaisir à créer ». Sans produits chimiques ni matières grasses animales ou huile de palme. Pour le tricot, elle privilégie la pure laine. « C’est doux, durable, eco-friendly et naturel. »

- La passion, pas un hasard : « J’aime énormément les cosmétiques. J’avais très envie de faire des savons depuis longtemps. » Son amour du tricot remonte lui à l’enfance. « J’ai appris à tricoter, à crocheter toute petite, avec ma famille. »

- Pourquoi le fait-maison ? « Je n’utilise plus la cosmétique industrielle. Je trouve que même les savons bio dans le commerce ne nourrissent pas assez la peau. » Idem pour les objets en laine : « Je ne trouvais pas ce que je voulais pour m’habiller dans les magasins. Je voulais quelque chose à moi, alors j’ai tricoté. »

- Le temps : « Je passe deux à trois heures pour faire un batch, un bloc de savon d’environ un kilo. Pour les objets en laine, il me faut trois à cinq jours pour tricoter une écharpe, un jour pour un plus petit objet. Je ne travaille pas en ce moment, donc c’est plus facile. »

- Le coût : « J’ai acheté la laine au fur et à mesure, donc j’ai un stock assez conséquent aujourd’hui pour ne plus en acheter. » Pour les savons, Emma compte un peu moins d’un euro par pièce fabriquée.

- Ses ventes ? 12 savons (à 2 ou 7 euros le produit) depuis l’ouverture d’une boutique qui leur est réservée en avril dernier. 31 créations en laine vendues (de 9 euros pour un petit objet à une centaine d’euros pour les plus complexes) en quatre ans.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
8 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité