publicité
Accueil du site > Actu > Opinion > "Le Giec ne doit pas s’excuser d’être ce qu’il est"
4-03-2010
Mots clés
Sciences
Climat
Monde
Chronique

"Le Giec ne doit pas s’excuser d’être ce qu’il est"

Taille texte
"Le Giec ne doit pas s'excuser d'être ce qu'il est"
 
SUR LE MÊME SUJET

Par Hervé Le Treut, climatologue, membre de l’Académie des sciences.

Comme toute entreprise humaine, le Giec est imparfait. Mais faudra-t-il qu’il s’excuse d’être ce qu’il est ? Il suffit de considérer d’autres débats (OGM, évaluation des filières énergétiques), de réaliser à quel point le mélange permanent de l’intérêt général avec des intérêts nationaux ou commerciaux y ont favorisé des oppositions violentes et jamais instruites sur le fond, pour comprendre qu’il faut absolument préserver ce qui fait le caractère unique du Giec : un outil d’expertise, créé en 1988 pour répondre aux interrogations du G7 sur la dangerosité des gaz à effet de serre, placé sous l’égide d’organismes internationaux, et conçu pour impliquer le plus largement possible l’ensemble de la communauté scientifique internationale.

Au-delà des quelques fautes très ponctuelles relevées dans le dernier rapport, les critiques récentes ont révélé plusieurs inquiétudes plus profondes de l’opinion. La première concerne le coût du Giec. Il est en fait mineur. Les quelques centaines « d’auteurs principaux » qui consacrent environ 4 ou 5 mois d’équivalent-plein temps à la rédaction des rapports, le font bénévolement. Le secrétariat du GIEC ne compte que quelques permanents. Il s’agit donc d’une structure très légère, qui s’appuie sur la bonne volonté de l’ensemble de la communauté scientifique.

Une deuxième inquiétude est que le Giec se fasse l’écho d’une majorité bien pensante et sûre de ses idées, prête à écraser les avis minoritaires. Cette inquiétude est renforcée par l’idée que le Giec voterait, une procédure inadmissible s’agissant de débats scientifiques. La réalité est complètement différente. Le Giec cherche à promouvoir la recherche de consensus, ce qui protège au contraire de manière complète les avis minoritaires. Ses rapports sont écrits de manière à synthétiser l’information la plus large possible, et ils sont soumis à des relectures auxquelles sont conviés l’ensemble des scientifiques de toutes disciplines. Chaque remarque donne lieu à une réponse écrite. Les résumés pour décideurs qui en sont extraits sont ensuite discutés ligne à ligne par une assemblée où chaque gouvernement envoie des experts. Il suffit de l’intervention d’un seul participant, qui peut venir des Etats-Unis, de Russie ou des monarchies pétrolières, pour invalider un élément de texte et obliger à le réécrire. Qu’après toutes ces épreuves, les résumés pour décideur gardent un contenu fort témoigne de la solidité du dossier scientifique sous-jacent.

Relevons pour finir une troisième critique : le Giec favorise la prééminence du problème climatique sur les autres problèmes de la planète : maintien de la biodiversité, état des ressources en eau, etc … Cela est probablement vrai, mais ce qu’il faut alors favoriser, c’est l’apparition d’autres Giec pour d’autres disciplines. Nous n’avons qu’une seule planète et c’est bien au niveau international que doit se conduire l’expertise scientifique sur les grands enjeux environnementaux.

A lire aussi sur Terra eco :
- Allègre et « l’imposture climatique » : du réchauffé ?
- "Les attaques des climato-sceptiques contre le Giec sont organisées"
- L’expertise du GIEC dans "l’ère du soupçon"

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Hervé Le Treut est climatologue et directeur de l’Institut Pierre-Simon Laplace. Participe aux travaux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec).

1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Enfin on rend audible l’avis d’une personnalité bien moins médiatique que M.Allègre ou M.Cabrol mais 100 fois plus qualifiée pour parler de climat.

    Je souhaite à tous les climato-sceptiques adeptes de la théorie de la conspiration - qui ne manqueront pas de polluer ce forum de leurs arguties manipulatoires - de méditer des propos aussi clairs.

    L’obscurantisme a suffisamment noirci les pages de l’Histoire. Considérez un seul instant les lobbies qui financent vos théories fumeuses et tirez-en les conclusions qui tombent sous le sens.

    9.03 à 09h14 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité