publicité
Accueil du site > Actu > Conso > La styliste qui fait pousser des robes
28-11-2012
Mots clés
Société
Royaume-Uni

La styliste qui fait pousser des robes

Taille texte
La styliste qui fait pousser des robes
(Crédit photo : DR)
 
Trempez des bactéries dans du thé, patientez et vous obtiendrez une membrane visqueuse facile à couper, coudre et plier. La « biocouture » a été inventée par la styliste londonienne Suzanne Lee.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Réaliser 1 000 portraits de pionniers ? C’est le défi de Shamengo, un programme qui souhaite « participer à un monde meilleur ». En clair et en décodé, l’équipe de journalistes, techniciens, informaticiens, donne la parole en vidéo à des acteurs du monde entier engagés dans des projets bien différents : organisateur de la Coupe du monde des sans-abris, professeur anti-bégaiement, loueuse de ruminants et poste le tout sur son site Internet. Et si vous vous sentez l’âme d’un pionnier, vous pouvez vous faire connaître en vous inscrivant sur le site.

En partenariat avec Shamengo, Terra eco vous propose de découvrir un portrait de pionnier chaque mercredi. Aujourd’hui, zoom sur Suzanne Lee, créatrice de la bio-couture, ligne de vêtements (dont la matière ressemble au cuir) réalisés à base de bactéries.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
Par
Shamengo

Shamengo est un programme "cross media international". En clair, il réunit une équipe de journalistes, techniciens, informaticiens autour d’un objectif simple : donner la parole à 1000 pionniers, inventeurs d’un monde meilleur.

3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Dire que les scientifiques découvrent cette capacité du champignon Kombucha est sidérant !
    Ce champignon est utilisé depuis des siècles pour faire la boisson éponyme, à base de thé sucré, et semi-fermentée...
    Par contre la découverte, ou plutôt l’innovation de se servir de ce champignon prolifique (j’en donne quantité à mon compost tous les mois) comme d’une matière première pour l’habillement est intéressante.
    Attention on ne créé pas ex nihilo, il faut nourrir le champignon avec sucre et thé pour qu’il se multiplie. Il sera intéressant de voir si ça a un sens en terme d’efficacité par rapport au coton ou au lin par exemple...
    L’exemple de la viscose extraite (avec bilan écolocatastrophique) du bambou nous a montré que ce n’est pas toujours simple et écologiquement sensé de partir sur une matière produite, même en abondance par la nature.

    29.11 à 08h56 - Répondre - Alerter
    • Exact Cartus, j’ai immédiatement pensé Kombucha.
      Par contre, je ne savais pas que je jetais toutes les semaines de quoi me faire une culotte.....MDR. Aucun problème avec le compost ? Je le jette dans la poubelle ordinaire, faute de trouver des personnes intéressées.

      1er.12 à 19h18 - Répondre - Alerter
  • et quand il pleut dessus..cela regonfle en un gel gluant ??

    28.11 à 19h02 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité