publicité
Accueil du site > Actu > Enquêtes > La marée ne ménage plus sa force
Article Abonné
30-04-2008

La marée ne ménage plus sa force

Taille texte
 
Quarante ans après l’usine marémotrice de la Rance, les côtes bretonnes accueillent une hydrolienne. Le rêve d’Hervé Majastre.
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le magazine
"La mer est-elle l’avenir de la Terre ?"

Sur le même thème :

- Le paradis sur mer ?

- Les pilules bleues

- La mer est-elle l’avenir de la Terre ?

- « Avec SeaOrbiter, on explorera les fonds sous-marins 24 h / 24 »

« Développer des batteries au lithium pour des véhicules électriques. Aller vers un transport propre, mais avec une électricité issue de combustibles produisant des déchets polluants, ça n’a pas de sens ! » En se promenant sur la plage, il y a dix ans de cela, Hervé Majastre prend conscience de la puissance de la marée. Si l’océan chavire les galets dans un sens comme dans l’autre, il peut aussi faire tourner une hélice, alimenter une turbine et produire de l’électricité.

Ce docteur en génie des matériaux présente alors son concept d’hydrolienne au premier concours des technologies innovantes. Recalé. « Rien d’innovant à cela », s’entend-il dire. Dans une période où l’on prône la modernité, on ne va pas revenir au temps des moulins à eau ! Hervé Majastre trace malgré tout son chemin. En 1999, il dépose un brevet et s’associe à Jean-François Daviau pour fonder la société Hydrohelix Energies, basée à Quimper. Mais le faible coût des combustibles fossiles n’incite pas au développement des énergies renouvelables.

Les temps changent. Aujourd’hui, la hausse du prix du baril de pétrole engendre un mégawattheure thermique à 150 euros, soit l’équivalent du tarif réglementé du mégawattheure marin. « Dans ce contexte, les technologies matures deviennent plus chères que les technologies à développer », souligne Hervé Majastre. Il n’empêche que Hydrohelix galère alors qu’EDF apporte son soutien à deux projets d’hydroliennes au Royaume-Uni.

Dépendant de la Lune et du Soleil

Tout se débloque quand les fondateurs décident d’intégrer le pôle de compétitivité Mer de Bretagne et s’entourent d’un consortium d’entreprises. Hydrohelix Energies crée alors Sabella, du nom d’un ver marin. De là émerge le premier prototype d’hydrolienne, capable de développer une puissance de 10 à 40 kW. Puis, en avril dernier, Sabella D03 est baptisée à 19 mètres de profondeur dans l’embouchure de l’Odet (Finistère). « L’hydrolienne présente l’avantage d’être liée aux astres, aux mouvements de la Lune et du Soleil. Ce qui permet d’anticiper sans se soucier d’une influence climatique de la Terre. » Certes, l’engin ne peut rivaliser avec le potentiel infini de l’éolienne. Mais bien implanté dans un cap, un raz ou un détroit, là où les courants marins s’écoulent à grande vitesse, son potentiel est grand. Hervé Majastre rêve d’en ancrer cinq d’une puissance minimale de 200 kW chacune, dans les eaux du nord Cotentin où les courants peuvent atteindre 11 noeuds. « C’est la Mecque des courants de marée européens. »

Puissances multiples

Sources de cet article

- centrale nucléaire : de 40 MW à plus de 1 450 MW

- « grand éolien » : plus de 250 kW

- « petit éolien » : inférieur à 36 kW

- usine marémotrice de la Rance : 240 MW

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité