publicité
Accueil du site > Actu > Société > La fripe en mode saga Africa
29-08-2013
Mots clés
Afrique

La fripe en mode saga Africa

Taille texte
La fripe en mode saga Africa
(Crédit photo : roel burgler - hollandse hoogte - réa)
 
Pour une bonne partie de nos vêtements, une deuxième vie est possible. Et c’est en Afrique qu’elle se passe. La fripe a créé des centaines de milliers d’emplois sur le continent. Mais aussi affaibli la confection locale.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 50 - septembre 2013

Déshabillons-nous !

Etonnamment, cette jupe à imprimé zèbre est passée de mode en moins d’un été. Disparue des magazines et des cintres des boutiques, elle a également lassé Laura, sa propriétaire. A la fin de la saison, adieu le zébré. Direction la benne du coin de la rue. Laura ignore sans doute que, quelques mois plus tard, sa jupe est devenue « troutrou nou » sur un marché en Côte d’Ivoire. Elle aurait d’ailleurs pu se transformer en « mutuki » au Gabon, en « fëgg jaay » au Sénégal, en « salaula » en Zambie ou en « dead whiteman’s clothes » au Zimbabwe. La jupe de Laura est devenue fripe. Sur un étal des marchés de Yaoundé, au Cameroun, ou de Djibouti, elle s’apprête à être revendue pour l’équivalent de quelques centimes d’euro.

Dans le marché mondialisé de l’industrie de l’habillement, la seconde vie des vêtements occupe une place méconnue, mais de choix, dont les enjeux économiques n’ont rien de la charité bien ordonnée. On estime qu’en 2006 un quart des vêtements portés sur le continent africain étaient issus de la fripe. En 2010, à l’échelle de la planète, ces échanges représentaient près de 2,26 milliards d’euros. Il a fallu pour cela un petit cocktail global qui a explosé à la fin des années 1980. D’un côté, l’augmentation de la consommation de vêtements, de moins en moins chers, dans les pays du Nord. De l’autre, la dérégulation et la libéralisation des marchés africains. Les ports de Douala, au Cameroun, de Dakar, au Sénégal, et d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, étaient prêts à accueillir des conteneurs de fringues. Les entrepôts de Dubaï, dans les Emirats arabes unis, et de Cotonou, au Bénin, prêts à se remplir de sapes. Vive l’import-export !

Une sélection impitoyable

Mais attention, si la jupe de Laura se retrouve sur un étal africain, c’est parce qu’elle a brillamment passé tous les tests. Récupérée dans le conteneur de sa rue par une association caritative, elle était trop fatiguée pour être revendue en Europe, dans une boutique de seconde main. « Nos équipes trient les dons : 20 % des vêtements, en parfait état, sont proposés à bas prix dans nos magasins, 20 % sont bons à jeter, et nous revendons 60 % à un prix symbolique au fripier », explique Valérie Dheur, d’Oxfam Belgique, un gros acteur de la fripe en Europe. Le fripier en question réitère l’opération. Il sépare 5 % de « crème », le meilleur du tas de fringues, qu’il revend à son tour ; 10 % de coton usé, des vêtements trop las qui seront transformés en chiffons pour l’industrie de la carrosserie, par exemple ; 30 % de jeans troués et pulls élimés qui partent à l’effilochage et pourront rembourrer les sièges de voitures neuves ; et enfin 40 % sont vendus à des grossistes, qui les embarquent pour l’Afrique, sous forme de ballots. Arrivés à destination, ils sont acquis par de petits détaillants qui s’installent sur les bords des trottoirs, dans des marchés dédiés. A leurs côtés, d’autres lavent, repassent, cirent, réparent les articles. Des centaines de milliers d’emplois ont ainsi été créés, en mettant en vente, à des prix abordables pour des consommateurs pauvres, des tricots, pantalons, chaussures, impers mis au rebut par les consommateurs riches.

D’autres emplois, hélas, ont été perdus. Les économistes des deux continents s’interrogent encore sur l’impact de l’afflux massif de ces articles d’occasion européens sur la couture africaine. Au Cameroun, au début des années 1980, la confection et la chaussure représentaient 20 % du chiffre d’affaires de l’activité manufacturière et couvraient près de 60 % des besoins du pays. Vingt-cinq ans plus tard, à peine un dixième de ces emplois subsistaient. Alors que 97 % de la population avait acquis au moins un article de fripe dans l’année. « La concurrence du marché de la friperie a, à coup sûr, réduit à l’inactivité une bonne partie des tailleurs camerounais qui confectionnaient sur mesure pantalons, chemises, robes, jupes, vestes », souligne Kengne Fodouop, auteur du Marché de la friperie vestimentaire au Cameroun (L’Harmattan, 2006). C’est l’excellent rapport qualité-prix de la jupe à imprimé zèbre qui a séduit les consommateurs. Jusqu’à il y a peu.

Le neuf chinois perturbe le jeu

Car tout se détraque dans le monde de la fripe. Au Nord, la qualité n’est plus au rendez-vous. « Trois quarts des vêtements ne deviendront jamais de la seconde main, parce qu’ils sont troués trop vite », note Chloé Zollman, d’Oxfam Belgique. Difficile de trouver les chiffres qui démontreront l’usure précoce des fringues bas de gamme, mais pour sa collègue, Valérie Dheur, il faut se fier à l’œil des trieuses : « Dès qu’elles voient du H&M ou du Zara, elles ne le mettent même pas de côté ! » Pour ces petites mains du tri, il y a pourtant pire : les gros s’en mêlent. L’année dernière, H&M, toujours lui, a annoncé un programme de recyclage des vêtements dans certaines de ses boutiques. Un bon de cinq euros était remis aux client(e)s à l’esprit durable qui rapporteraient leurs fringues, quelle que soit la marque. « Une manière de se donner bonne conscience en poussant à la consommation », tranche Chloé Zollman. Les nippes ont été récoltées par une société suisse spécialisée, I-Collect. Ni H&M ni I-Collect n’ont donné suite aux demandes d’interview de Terra eco. Mais le recycleur est une filiale du groupe Soex qui affiche sa modernité : pour l’Europe, les vêtements collectés sont traités dans un gigantesque centre en Allemagne. A raison de 270 tonnes par jour triées par 550 employés, travaillant en trois-huit, sept jours sur sept, sur une chaîne de production mécanisée. « Ce qui représente peu d’emplois !, s’indigne Chloé Zollman. La filière de seconde main est traditionnellement celle de l’économie sociale, à l’échelle locale, où l’on favorise la réinsertion professionnelle. L’industrialisation affaiblit notre secteur. » En d’autres termes, un business de trop qui pervertit la philosophie de la fripe. Mais en Afrique aussi, celle-ci est en mauvaise position : le neuf chinois, moins cher que le rebut occidental, est en train de lui faire la peau. La saga continue. —
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour,

    J’ai adoré votre article.

    J’ai moi-même un site sur les habits africains et plus précisemments les caftans du maroc.

    Je vous conseille d’y aller faire un tour pour découvrir notre catalogue : caftan moderne, caftan mariage ou encore robe de mariée.

    Merci à vous.

    4.04 à 17h06 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité