publicité
Accueil du site > Actu > COP21 > "L’éolien ? Un bilan écologique négatif"
24-11-2008

"L’éolien ? Un bilan écologique négatif"

Taille texte
"L'éolien ? Un bilan écologique négatif"
 
Une grande première : le tribunal administratif de Lyon a annulé le 4 novembre un permis de construire pour un parc éolien de huit moulins dans l'Ain. Une victoire pour les opposant à l'éolien dont Jean-Louis Butré, président de la Fédération environnement durable. Interview.
SUR LE MÊME SUJET

Jean-Louis Butré, président de la FED [1] , membre du Comité d’orientation stratégique et du Collectif anti-éolien du 6 octobre, donne à Planète Terra sa vision de l’énergie éolienne.

- Planète Terra : Pourquoi le collectif du 6 octobre et la FED s’opposent-ils à l’énergie éolienne ?

Jean-Louis Butré  : Cette technologie, présentée comme une énergie d’avenir, est tout le contraire de ce que les industriels et le gouvernement en disent. Elle est d’abord très coûteuse : pour passer de 2000 à 15000 éoliennes en France, comme le prévoit le Grenelle de l’environnement, il faudra compter 35 milliards d’euros, à un rythme de 2,5 milliards d’euros par an. Ensuite, elle n’est pas écologique. Le rendement moyen d’une éolienne en France est aujourd’hui de 24%. En effet, elle ne fonctionne bien qu’avec un vent entre 15 et 80 km/h, ce qui est rare et momentané. Cette irrégularité de la production électrique éolienne suggère la mise en place de centrales régulatrices d’appoint, fonctionnant au fioul, au gaz ou au charbon. En fin de compte, le bilan écologique est négatif : l’installation d’une éolienne génère plus de gaz à effet de serre qu’elle est censée en économiser. Enfin, l’impact paysager et esthétique est désastreux. Des mâts de 100 ou 150 m de haut envahissent les villages, les littoraux, les montagnes, et même des parcs naturels, au mépris de nombreuses législations.

- C’est en effet sur ce point - le paysage - que le tribunal de Lyon a tranché le 4 novembre dernier.

Oui, c’est une grande victoire juridique. Et si ce n’est pas l’argument principal de nos revendications, il n’en est pas moins négligeable. Aujourd’hui, aucun plan n’existe pour organiser l’implantation des parcs éoliens. Le gouvernement veut faire sortir de terre plus de 10000 moulins dans les prochaines années, mais ne prévoit rien pour coordonner cette installation. Les promoteurs se frottent les mains et sont libres de démarcher les propriétaires de terrains. Ils offrent des rentes de 6000 ou 7000 euros par an aux agriculteurs pour placer une éolienne dans un champ, et obtiennent l’accord des collectivités en vantant le côté écologique et financier de la chose. Car les maires reçoivent eux aussi des taxes de la part des entrepreneurs. Tout le monde y gagne, sauf l’écologie et le paysage. On brade notre pays, on trafique des marchés fonciers faussement écolos ! Vu l’espace qu’il faut entre chaque éolienne, le nombre de parcs prévus et la surface du territoire français, nous estimons que 30% de la surface de l’Hexagone est en passe d’être touchée par la présence d’éoliennes à portée de vue.

- Alors comment expliquez-vous l’attrait de l’éolien en France ?

Ses lobbies sont très puissants, très riches. Le gouvernement, en outre, n’informe pas le public sur les tenants et aboutissants réels de cette énergie. Nous sommes atterrés par la désinformation sur le sujet, et l’ignorance qui en résulte. Aujourd’hui, environ 95% de l’électricité française ne produit pas de gaz à effet de serre. Elle vient du nucléaire ou d’énergies renouvelables. Et l’éolien ne produit pas plus de 1% de la consommation totale. Le vrai gain doit donc se faire par l’économie d’énergie ou via l’exploitation de la biomasse.

Nous passons souvent pour des réactionnaires, des gens de droite uniquement intéressés par le jardin de leur petit château ou la vue de leur salle de séjour. Mais en réalité, nous regroupons des chercheurs, des politiques, des altermondialistes et des écolos de tous bords, et très peu ont un château ! Dans nos associations, neuf personnes sur dix sont de vrais défenseurs de la diminution des gaz à effet de serre.

[1] Fédération environnement durable

Sources de cet article

- Le site du Collectif du 6 octobre

- Le site de la FED

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Aujourd’hui 4.5% de notre consommation nationale d’électricité est d’origine éolienne (bilan RTE 2015).
    En novembre 2016 on a connu un nouveau record de 16.8% de notre consommation instantannée.
    Mais c’est tellement plus joli le nucléaire.

    7.12 à 21h29 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité