publicité
Accueil du site > Actu > Société > Des « héros ordinaires » pour susciter les vocations
Article Abonné
25-08-2011
Mots clés
Médias
Ville
France
Ils Changent Le Monde

Des « héros ordinaires » pour susciter les vocations

Taille texte
Des « héros ordinaires » pour susciter les vocations
(Crédit photo : Jean-Louis Zimmermann/Flickr)
 
L’agglomération lyonnaise met en avant les initiatives propres de citoyens à l’aide de vidéos. Car le bon geste est la portée de tous.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 28 - septembre 2011

La contre-attaque du nucléaire

Sourire aux lèvres mais concentrées, Fatima et Fatiha apprennent à faire du vélo sous l’œil d’une caméra. Si elles sont sous les feux de la rampe, c’est parce que ces deux quadragénaires sont des « héros ordinaires », ces citoyens que le Grand Lyon a décidé de mettre en valeur pour leurs initiatives sobres pour la planète. Ce projet, qui s’inscrit dans le Plan climat de l’agglomération, a débuté en 2009, avec l’association de service civique Unis-Cité, dans laquelle s’activent de jeunes Lyonnais volontaires.

A l’origine, une observation simple : de nombreux citoyens adoptent spontanément des comportements « propres », comme se déplacer en vélo, mais aussi construire une maison bioclimatique, partager un jardin avec les voisins de l’immeuble… Mettre en lumière l’énergie de ces héros responsables à l’aide de vidéos, c’est aider d’autres personnes à se lancer à leur tour.

Car ce dispositif dynamique ambitionne d’aller plus loin que les panneaux informatifs du type : « Triez, c’est bon pour la planète ! » « Ces messages de sensibilisation, relayés par les médias, sont déjà intégrés », estime Sandrine Boucher, la journaliste missionnée par la collectivité pour mener une grande enquête de terrain. Il s’agit donc de transmettre l’envie de sauter le pas.

« On n’a pas la recette »

Les « héros ordinaires » – qui se sentent plus ordinaires que héros – ont également démarré de nouveaux projets. « Un architecte intéressé par l’habitat collectif est ainsi entré en contact avec de futurs occupants », cite Sandrine Boucher. Développer un réseau, briser les freins aux velléités éco-responsables… ce projet expérimental « dont on n’a pas la recette », confie la journaliste, s’étoffe d’année en année. —
Sources de cet article
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité