publicité
Accueil du site > Actu > Société > De l’art de bifurquer sans s’égarer
Article Abonné
26-06-2014
Mots clés
Tourisme
Emploi
France

De l’art de bifurquer sans s’égarer

Taille texte
De l'art de bifurquer sans s'égarer
(Crédit photo : flore-aël surun - tendance floue)
 
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 59 - juillet-août 2014

Changer de vie : ils ont osé, pourquoi pas vous ?

Ne nous cachons pas derrière notre petit doigt : nous y avons forcément songé et peut-être même à plusieurs reprises. Consternés de voir que les jours, les mois et les années s’égrènent, ou plutôt défilent à vitesse accélérée, nous nous verrions bien presser la touche « pause » pour (re)trouver un rythme et une vie plus en accord avec nos fondamentaux. Vous esquissez une moue dubitative ?

Notre sondage Terra eco/OpinionWay indique pourtant une tendance lourde : pas moins de 80 % des Français adultes caressent le rêve d’une « autre vie ». Mais de quelle vie parlons-nous ? Ou, plus précisément, de quels choix de vie s’agit-il ? C’est tout à la fois une question de fond et de forme. Le fond, c’est la quête de sens. La forme c’est la façon dont nous le faisons, les voies que nous choisissons.

Biodiversité humaine et sociale

On peut ainsi vouloir plaquer un style de vie urbain trop stressant pour ouvrir une chambre d’hôtes au beau milieu de la Dordogne, au service des autres, au service de soi. On peut s’expatrier pour rejoindre les bataillons des ONG d’aide humanitaire ou d’aide au développement. On peut opter pour la vie à la lisière d’une société droguée à la vitesse et, ce faisant, risquer de passer pour marginal. On peut choisir la contemplation. Certain(e)s pousseraient bien celle-ci jusqu’à l’ermitage. On peut, tout simplement, chercher à rééquilibrer le temps consacré aux activités professionnelles d’une part et personnelles et familiales d’autre part. Dans un registre moins contemplatif, on peut aussi lâcher une carrière de trader pour s’engager en politique. Ou quitter cette dernière, devenue trop violente, pour se mettre à la cuisine.

A ce petit jeu, les motivations varient et les profils des candidat(e)s à la « bifurcation » composent un magnifique tableau à la gloire de la biodiversité humaine et sociale. A chacun de trouver son chemin, ou bien de poursuivre sur la route déjà tracée. L’essentiel, c’est sans doute la cohérence : s’écouter soi, rêver très fort, en tirer les pistes de changement possibles et se méfier du retour de la routine. A toutes et tous, nous vous souhaitons, a minima, une belle pause estivale. —

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Cofondateur et directeur de la publication du magazine Terra eco et du quotidien électronique Terraeco.net

- Suivez-moi sur twitter : @dobelioubi

- Mon blog Media Circus : Tant que dureront les médias jetables

TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité