publicité
Accueil du site > Actu > Société > A Saint-Etienne, avec la France qui bascule
Article Abonné

A Saint-Etienne, avec la France qui bascule

Taille texte
Suiv

Saint-Etienne a perdu 50 000 habitants en quarante ans, près de 20 % de sa population.

Prec
Suiv

Nordine est chômeur en fin de droits et militant à ATD Quart Monde.

Prec
Suiv

La Banque alimentaire a récolté et distribué 1 500 tonnes de nourriture invendue en 2011. Deux fois plus qu’il y a dix ans.

Prec
Suiv

La famille B. est propriétaire de sa maison, au cœur de la ville mais celle-ci souffre de gros problèmes d’isolation et de chauffage.

Prec
Suiv

Au centre social de Saint-Chamond, près de Saint-Etienne, les activités gratuites rencontrent un grand succès. Ici, un atelier de vannerie.

Prec
Suiv

Adja fait partie du groupe de parole du centre social de Saint-Chamond.

Prec
Suiv

Marie-Reine a travaillé trente-huit ans. Elle touche une retraite mensuelle de 220 euros.

Prec
Suiv

Des gens qui basculent, les associations stéphanoises en voient de plus en plus.

Prec
Suiv

L’immeuble se situe dans le quartier de Terrenoire.

Prec
Suiv

Cette famille albanaise occupe un appartement dans un immeuble réquisitionné par le collectif stéphanois « Pour que personne ne dorme à la rue ».

Prec

Ismat est arrivé à Saint-Etienne il y a trois ans. Il y a terminé sa scolarité. Il attend un permis pour pouvoir travailler.

 
La crise n’en finit plus. Pour rencontrer des Français qui en payent le prix, « Terra eco » s’est rendu dans la préfecture de la Loire. La ville cumule trente ans de désindustrialisation et une lourde dette. Ici, les maux sont bien particuliers… mais aussi si communs.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le magazine
"8 millions de pauvres, à qui le tour ?"

Une bijouterie du centre-ville qui rachète toujours plus d’or à des clients rattrapés par la crise. Le gérant d’un supermarché excentré qui voit le montant moyen des chariots diminuer. En ce début d’année, à Saint-Etienne, dans la Loire, comme partout en France, les signes de précarité se multiplient. « La pauvreté n’est pas plus grande dans notre agglomération que dans les autres. » Au huitième étage de « Saint-Etienne Métropole », un immeuble jaune qui fait face à la gare et domine la ville, le sénateur-maire (PS) Maurice Vincent défend sa cité.

Cet économiste dirige la ville la plus endettée de France : 2 158 euros par habitant, une créance largement héritée de son prédécesseur. Il a débuté son mandat en gonflant les impôts de 9,5% en trois ans. Pourtant, juge-t-il, les dettes locales ne sont rien « en comparaison de l’ampleur de la dette du pays ». Si la précarité l’inquiète, il assure qu’il s’agit d’un phénomène national. « Les crises et la reconversion, les Stéphanois les connaissent bien. Ils les ont traversées, notamment grâce à notre modèle social. Mais chacun sent bien que les changements qui s’annoncent sont d’une autre nature et d’une autre ampleur. »

Selon lui, « toute une partie de la population est angoissée. Elle se demande si ce filet va pouvoir être financé, si l’âge d’or n’est pas terminé ».

« Tout s’est enchaîné »

Pour cette frange de la population, tout peut s’effondrer après un seul accident de vie. Nordine, 52 ans, le sait trop bien. Ce Stéphanois d’adoption a été garagiste, magasinier et agent de sécurité, avant de tomber malade, il y a dix ans. Après des opérations et depuis la convalescence, plus de travail. Il vit avec 900 euros par mois, entre « l’ASS (1), les Assedic et la Sécu ». « Tout s’est enchaîné : le chômage, la déprime, le divorce. » Et une dette de 10 000 euros « pour acheter du simple mobilier ». « Mais on lâche rien. Lundi, j’ai un entretien, je ne m’avance pas mais ça sent bon ! », veut conclure ce militant d’ATD Quart Monde.

Combien sont-ils, en France, à pouvoir basculer ? Le géographe Christophe Guilluy (2) a étudié cette « insécurité sociale ». En recoupant l’ensemble des indicateurs de fragilité (pauvreté, emploi à temps partiel, chômage, revenus…), il estime que 60% de la population est menacée. Une « classe populaire », majoritaire, qui vit loin de là où se crée la richesse, dans des espaces périurbains, ruraux et industriels. Cette nouvelle géographie sociale a un prix, explique le chercheur : « Travailler à 20 km de chez soi coûte en transport 250 euros par mois, soit près d’un quart du Smic. »

Les classes moyennes ont-elles disparu ? A Saint-Etienne, elles sont parties. La ville a perdu 50 000 habitants en quarante ans, près de 20% de sa population. Restent « deux marchés immobiliers », remarquent les spécialistes, l’un pour les classes supérieures et l’autre pour les logements à bas prix. Plus d’« entre-deux ». Des vies qui basculent, les associations stéphanoises en voient de plus en plus. Le Secours populaire a aidé 3 244 foyers chaque mois en 2011. C’est 24% de plus qu’en 2009. La Banque alimentaire a, elle, récolté et distribué 1 500 tonnes de nourriture invendue. Deux fois plus qu’il y a dix ans. Même en augmentant les volumes, ces structures manquent. Au Secours populaire, « on fractionne, parfois on donne moins. Et on n’a plus le temps d’aider les personnes à s’orienter, on gère l’urgence ». Tous décrivent les mêmes nouveaux visages de la précarité : femmes seules, jeunes, seniors… mais aussi des gens qui travaillent ou ont une maison.

Propriétaires et précaires

A Saint-Etienne, comme ailleurs, on peut devenir pauvre en étant propriétaire. La famille B. (3) vit dans une maison sur deux étages – avec cour intérieure – dans le quartier du Crêt-de-Roch, au cœur de la ville. Le ménage l’a achetée il y a quinze ans, bien que déjà ancienne et mal isolée, « pour son prix très intéressant », explique Sonia, l’aînée des enfants. Les travaux ont toujours été repoussés, faute d’argent. La famille s’est agrandie, et deux garages ont été transformés en chambres. Les factures ont explosé – 250 euros de charges environ par mois – « et pourtant on dirait qu’on habite un congélateur ». « On s’en sortait tout juste, jusqu’à ce que mon père ait un accident de voiture, il y a trois ans », raconte Sonia. Depuis, il ne travaille plus, et la famille vit de sa pension d’invalidité de 1 127 euros. Trop peu. Quand une fuite a détruit la salle de bains, le foyer a dû renoncer à se laver à la maison. Ce cercle vicieux devrait prendre fin en 2012. L’antenne départementale du mouvement Pact, qui aide les mal-logés, a trouvé des financements pour les travaux, estimés à 21 000 euros. En France, l’énergie rend pauvres plus de 3,4 millions de ménages, soit un sur six (4). Plus de 60% de ces « précaires énergétiques » sont propriétaires.

La plus dure des rentrées

Départ pour Saint-Chamond, ville de 40 000 habitants, à 10 km de Saint-Etienne, en compagnie de Pierrick, un travailleur social du cru. A la sortie de la préfecture de la Loire se dessine au loin une immense cheminée. C’est celle de Giat, l’ancien fleuron industriel de Saint-Chamond. L’usine d’armes et de chars d’assaut a fermé en 2004, laissant d’immenses hangars en friche au cœur du centre-ville. Enfant, Pierrick a vu les murs du quartier « noirs des suies des usines ». Aujourd’hui, personne n’a plus besoin de repeindre leurs façades. C’est là qu’est installé le centre social en préfabriqué où il travaille.

Le constat de Jean-Luc Denis, son directeur, est alarmant : « En quarante ans, je n’ai jamais connu une rentrée aussi dure. Financièrement, les situations sont très difficiles, mais surtout la déprime est partout. » Ici non plus, les accidents de la vie ne pardonnent pas. Marie-Reine, 68 ans, a tout perdu lorsque son mari l’a quittée, en 2004. Ses trente-huit années de travail, aux champs ou comme commerçante, ne financent pas sa retraite puisque « tout a été déclaré au nom de (s)on ex-mari ». Elle ne reçoit que 220 euros de retraite par mois, et 180 euros en louant un logement hérité de sa mère. Elle attend une décision du tribunal pour toucher une indemnité compensatoire. « Heureusement, j’ai un toit. Pour le reste, je compte tout. Je me chauffe au poêle à bois, je cultive des légumes et je viens souvent au centre, surtout pour les activités gratuites. »

La colère dans la peau

Essentielle, cette gratuité. « Des parents viennent nous voir avec 10 ou 20 euros. Ils nous disent : “ C’est tout ce que j’ai ” et demandent combien de jours leur enfant peut venir avec cette somme, raconte Jean-Luc. On ne voyait pas ça, il y a encore deux ou trois ans. » De plus en plus d’activités sont gratuites. Ce jour-là, ce sont un groupe de parole de femmes et un atelier de vannerie qui font salle comble. Pour le reste, on fait appel au système D. Une habitante a participé gratuitement à des activités payantes mais fera profiter le centre de ses talents de cuisinière lors d’un dîner. On organise aussi des ventes entre mamans de matériel de seconde main ou des sessions de troc. Restent ceux « qu’on a le plus de mal à aider ».

Jean-Luc lève les yeux vers les tours HLM qui surplombent le centre. Des immeubles faits de petits studios, occupés par beaucoup d’hommes seuls. Isolés, peu fréquentent le centre. « Chez eux, l’exclusion se radicalise. Cette colère, ils l’ont dans la peau, en boutons ou en crises d’asthme. Ils sont de plus en plus nombreux à utiliser tout ce qui peut les foutre en l’air, de l’alcool aux médicaments en passant par toutes les drogues que l’on trouve facilement ici. » Cette inquiétude face aux personnes en révolte, refusant parfois même d’être aidées, est partagée par de nombreux travailleurs sociaux et bénévoles. Ils seraient de plus en plus nombreux.

Jean-Loup Lemire, directeur du Pact-Loire, parle de 20% des ménages suivis par sa structure d’urgence qui seraient « en conflit, en rejet ou allergiques aux travailleurs sociaux ». Il assure que ce chiffre n’était que de 10 % il y a cinq ou six ans. Il cite l’exemple de ces gens qui vivent dans des « logements sordides » et qui refusent un relogement pour exprimer « une rancœur contre les institutions ».

« C’est une précarité sur laquelle nous n’avons pas de prise », reconnaît-il. L’association stéphanoise ASL, en sus de son action d’agence immobilière à vocation sociale, tente de recevoir ces invisibles. Elle a ouvert un accueil pour « ceux qui sont hébergés chez des proches, ceux qui sont salariés mais vivent dans leur voiture, ceux qui ne sont pas dans les fichiers », explique Gilles Portes, le directeur. Le but ? Les aider à retrouver le chemin de l’aide, en intégrant notamment le fichier des demandeurs prioritaires de logement de la Loire. Mais Gilles Portes s’inquiète d’un « profond découragement » chez ceux qui sont « toujours plus infantilisés et toujours moins aidés ». Il constate des troubles psychiques grandissants, directement liés, selon lui, à la précarité.

« La réponse sociale ne suffit plus, on travaille désormais en liaison avec une structure psychiatrique locale. » D’autres « invisibles » se cachent pour ne pas être chassés. Ce sont les sans-papiers, les réfugiés et ceux à qui la France a ordonné de partir. Pour eux, le collectif stéphanois « Pour que personne ne dorme à la rue » réquisitionne des immeubles vides. Georges Gunther, l’un de ses militants, fait office de guide à la Perrotière, un immeuble dans le quartier populaire de Terrenoire. Il faut verrouiller la porte après être entré, au cas où la police interviendrait. Le réseau, qui reloge une vingtaine de familles, compte 700 personnes à la rue dans la ville. « Une honte alors que des centaines de logements sont vides ! », s’exclame le militant.

« Je veux juste travailler »

Les six familles logées ici viennent d’Europe de l’Est. Elles racontent des conflits de clan, de famille, qui les ont poussées à partir. La plupart avaient un travail. Tous sont polyglottes et discutent en italien, en serbe, en croate, en anglais ou en espagnol. Ismat, 20 ans, parle un français quasi parfait. Arrivé à Saint-Etienne il y a trois ans, il y a terminé sa scolarité. Il a déniché un centre de formation qui l’accepte en alternance, mais attend un permis pour pouvoir travailler. Preda, la trentaine, vit, lui, depuis six mois en France. Il est venu parce qu’il ne gagnait que 200 euros par mois comme maçon en Roumanie. Il doit faire moins de 10 degrés à l’intérieur, mais lui qui a vécu un mois sur un parking reste en T-shirt. « Je veux juste travailler », lance-t-il en français. Selon Pôle emploi, le secteur de la construction est le plus frappé par les difficultés d’embauche. Plus d’un recrutement de maçon sur deux est « difficile ». Dans la Loire, le taux grimpe à 62%. Quelques jours avant Noël, Preda a reçu une obligation de quitter le territoire.




(1) Allocation de solidarité spécifique, réservée à certains chômeurs en fin de droit.

(2) « Fractures françaises » (Bourin éditions, 2010).

(3) Elle a demandé à rester anonyme.

(4) Ils consacrent plus de 10% de leurs revenus à l’énergie (Chiffres Insee 2011, enquête nationale logement 2006).


Bibliographie

Fractures françaises, de Christophe Guilluy (Bourin Editeur, 2010).

Le Descenseur social, de Philippe Guibert et Alain Mergier (Plon, 2006)

La France invisible, de Jade Lindgaard Stéphane Beaud et Joseph Confavreux (La Découverte, 2006)

Reprenons-nous ! de Jean-Paul Delevoye (Tallandier, 2012)

Hosni de Maximilien Le Roy (La Boîte à Bulles, 2009)

Louise Wimmer, de Cyril Mennegun (Actuellement en salles)

- Le site de l’Institut national de la statistique et des études économiques

- Le site de l’Observatoire des inégalités

- Le site du Secours populaire

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Il y a une grosse coquille concernant Saint Etienne, ce n’est pas la ville la plus endettée de France, en l’occurrence c’est Levallois avec 11 318 €/ habitant soit la bagatelle de 750M€.

    Source officielle :
    http://alize2.finances.gouv.fr/comm...

    7.02 à 20h30 - Répondre - Alerter
  • St Etienne était ville tres agreable a vivre et très solidaire ? Au moment ou l’affaire des dettes de la ville a eclaté la presse a révelé que l’emprunt était indexé sur la valeur du dollars et du yen, -c’est à dire que plus l’Euro se devalue par rapport aux devises de reference plus le montant de l’écheance à rembourser s’eleve. Il n’y a pas un seul ménage qui accepte un emprunt conditionnel de ce genre : pourquoi un maire plus formé que la moyenne des gens accepte t’il une clause de remboursement sur la valeur variable d’une devise ? Il n’y a pas un seul citoyen qui ne sache que sur le marché des devises et sur une periode de 2O ans l’Euro peut etre de temps plus elevé que le dollars et de temps en temps plus faible.Or on evalue a 5 500 les collectivités locales et les établissements publics, que leurs taux d’intérêt variables rendent "toxiques" Ce sont les maires eux-memes qui veulent la montée du front national car en ruinant 4OO villes de France ils ont provoqué des levées d’impots locaux insupportables pour les ménages.

    27.01 à 23h06 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité