publicité
Accueil du site > Actu > COP21 > A Durban, avec les manifestants pour une « justice climatique (...)
Article Abonné
5-12-2011
Mots clés
Afrique
Diaporama

A Durban, avec les manifestants pour une « justice climatique »

Taille texte
Suiv

Les manifestants sud-africains sont venus des quatre coins du pays pour appeler les leaders mondiaux à plus de « justice climatique ». Ici, des militants de 28 organisations communautaires des townships noirs autour de Johannesburg ont fait plus de 600 km en train depuis la capitale économique du pays pour rejoindre les manifestations à Durban.

Prec
Suiv

A chaque gare, les militants écologistes, venus de Johannesburg, interpellent les passagers sur le quai en agitant leurs tee-shirts aux couleurs de « earthlife », une association sud-africaine de défense de l’environnement. « COP17 ! Il faut sauver la planète ! » : pendant les 16 heures de voyage jusqu’à la ville portuaire de Durban, ils n’ont pas arrêté de crier des slogans, de chanter et de danser en rêvant d’une planète verte.

Prec
Suiv

Près de 6 500 personnes ont défilé dans les rues de Durban, jusqu’au centre où se tient la conférence de l’ONU sur le changement climatique. Venus de tout le pays, de Johannesburg, du Cap et de la région de Durban, ils ont clamé « Amandla Ngawethu », « le pouvoir est entre nos mains », cri de ralliement des opposants au régime de l’apartheid. Les manifestants ont battu des pieds, poussant des appels vocaux et des cris brefs. La tradition du « toï-toï », ces marches interdites du temps de l’apartheid, n’a pas perdu de sa virulence. Mais cette fois, les manifestants veulent mener un nouveau combat : celui de la « justice climatique ». « En Afrique, nous n’émettons que très peu de gaz à effet de serre et pourtant le continent est le plus vulnérable face au réchauffement global ! Ce n’est pas juste », s’indigne Nomalizo Xhoma, une manifestante, venue du bidonville d’Alexandra, au nord de Johannesburg.

Prec
Suiv

« Ecoutez nous avant qu’il ne soit trop tard ! » Difficile de dire pour l’instant ce qu’il peut ressortir des négociations climatiques à Durban. Les manifestants souhaitent qu’une seconde période d’engagement du protocole de Kyoto soit entérinée. C’est le seul accord qui impose des réductions de gaz à effet de serre à certains pays développés. Mais beaucoup de militants écologistes sont inquiets face au blocage des Etats-Unis et des pays émergents, notamment de la Chine et de l’Inde, qui pour l’instant ne veulent pas s’engager sur des objectifs contraignants de réduction d’émissions de CO2.

Prec
Suiv

« Adapt », prônent les manifestants. Ils espèrent aussi voir à Durban des avancées majeures en matière d’adaptation : le terme désigne toutes les actions mises en œuvre pour limiter sur le terrain les conséquences du changement climatique. « La conférence sur le climat de Durban devrait permettre d’acter les décisions les plus fortes que nous n’ayons jamais eues pour aider les pays les plus vulnérables à faire face au réchauffement global », a déjà promis Christiana Figueres, la responsable climat de l’ONU.

Prec
Suiv

Les manifestants sud-africains ont aussi appelé Eskom et Sasol, les deux entreprises, responsables de plus de la moitié des émissions de gaz à effet de serre en Afrique du Sud, à faire des efforts et à agir dans le sens d’une « justice climatique ».

Prec

Des représentants des peuples indigènes ont aussi défilé à Durban. Ils veulent faire connaître leur vision du changement climatique et de ses conséquences. Les associations de protection de l’environnement réaffirment régulièrement que les peuples indigènes du monde, par leur connaissance intime de la nature, et leur rôle de préservation de la forêt, peuvent aider à lutter contre le réchauffement.

 
Près de 6 500 personnes ont défilé à Durban où se tient jusqu'à vendredi une conférence de l'ONU sur le climat. Rencontre avec les manifestants.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Correspondante de « Terra eco » en Afrique du Sud.

3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Comme chacun le sait les jeux olympiques sont prévus l’années prochaine a Londres et les concepteurs de l’évènement veulent en faire un modele écologique. Dans ce domaine comme dans bien d’autres la Grande Bretagne est mise au defi de faire mieux en 2012 que la Chine en 2008 dont on se rappelle les efforts heroiques pour rendre la ville de Beijing propre au moment de la semaine des Jeux. Rappellez vous que c’etait l’entrée en fanfare de la Chine dans le monde olympique. Les Nations Unies avait declaré a ce sujet "qu’il fallait donner a la Chine la chance de prendre le tournant de la lutte contre le rechauffement climatique" . Bref il n’y a eu que des mensonges a ce sujet car, la Chine populaire et nationaliste a la conference mondiale sur le climat de Durban, n’a pas des positions plus audacieuses apres avoir organisé les jeux olympiques qu’avant, et la ville de Beijing effraye par sa pollution . Elle ne veut toujours pas du protocole de Kyoto. Elle n’accepte que les objectifs qu’elle s’est fixée elle-même en dehors de toute contrainte liée a des accords internationaux. La récompense de l’organisation des jeux olympiques dans la course contre le réchauffement climatique a été un mensonge . La Grande Bretagne ne peut pas a son tour le reproduire faute de voir toute la communaute mondiale se retourner contre elle puisque la conférence de Durban aura des resultats negatifs et qu’il deviendra evident aux yeux du monde entier que l’olympisme n’est qu’une affaire de business et que les Jeux de 2012 ne redresseront pas le blocage a Durban en 2011. L’Afrique du sud est une ancienne colonie. Le Commonwealth tout entier qui avait soutenu le ministre travailliste Brown lors du sommet de Copenhague en 2009 ne pourrait’il pas dire qu’il refuse de venir a Londres en 2012 si Durban aujourd’hui en decembre 2011 n’a pas un seul resultat positif ?

    La possibilité d’un boycott des jeux olympiques en contrepartie du refus general des nations de faire un pas a Durban s’est de nouveau ouverte.

    6.12 à 11h42 - Répondre - Alerter
  • Alors à nous consommateurs occidentaux, de faire appel à boycotter tous articles dont la production induit le pillage et l’empoisonnement des ressources naturelles d’ici et d’ailleurs ! Attendre les décisions des gouvernants des états de la planète, qui ont remplacé leur conscience par 1 tire-lire, n’est franchement pas raisonnable ! Au lieu de manifester pour + de pouvoir d’achat, pourquoi ne pas réclamer le droit d’exister dignement, c’est-à-dire sans préjudice à son environnement, ni à celui d’autrui ?

    6.12 à 09h04 - Répondre - Alerter
  • comme toujours les plus pauvres seront les plus touchés ,les pays riches pensant ,pour l’instant, pouvoir s’en sortir ne font pas ou peu d’effort . Mais il arrivera un moment où il faudra se rendre à l’évidence ,les dérèglements de plus en plus importants ne s’arrêteront pas aux frontières des plus nantis !

    5.12 à 20h07 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité