publicité
Notre futur, par Edgar Morin

Le média qui change le monde

Nos actualités exclusives, nos archives, 9 ans d'archives,
le magazine papier chez vous et le magazine numérique à télécharger...

Abonnez-vous au magazine papier...

 
 
Accueil du site > Blogs > Les blogs > Idées vertes (et pas mûres) > Ikea, la récup’ et mon étagère Billy

Idées vertes (et pas mûres)

Par Karine Le Loët
13-09-2010
Mots clés
Scandinavie
BLOG

Ikea, la récup’ et mon étagère Billy

Ikea, la récup' et mon étagère Billy
(Crédit photo : Candescent/Flickr)

Ikea, c’est Tistou les pouces verts au pays de Belle des Champs. Du vert, du vert et encore du vert. L’entreprise a déjà fait son bilan carbone (plus ou moins exhaustif), promet de généraliser les ampoules basse consommation d’ici à fin 2010, fournit des emballages de meubles toujours plus compacts, propose un service de covoiturage pour ses clients ou une livraison gratuite aux usagers des transports en commun.

Que pouvait-elle encore inventer ? Une deuxième vie pour ses meubles, pardi ! Sur son site (et parallèlement sur Blocket, l’un des plus gros sites suédois de produits d’occasion), les clients peuvent vendre et acheter les célèbres étagères Billi, la table basse Lack ou la tour CD de tout trentenaire-locataire qui se respecte. Pour l’instant, l’expérience est limitée à la Suède. « Il s’agit de prendre une responsabilité environnementale sur l’avenir à long terme de nos produits et de permettre à nos clients de participer à la protection de l’environnement », a déclaré le PDG Peter Agnefäll cité par le Time.

Philanthrope jusqu’au bout de son sac bleu réutilisable, le géant a promis qu’il n’encaisserait pas un öre (centime suédois pour les incultes) sur les échanges. C’est beau non ? C’est surtout l’occasion pour Ikea de couper définitivement l’herbe sous le pied du site « IloveIkea.se » dédié à la vente de meubles Ikea d’occasion. Après un jugement l’an passé, le site a dû être renommé « billyandfriends.se ». Mais on a beau applaudir, on est un peu perplexe. Récupérer c’est bien, à condition que les meubles ne meurent pas – trop vite – de leur belle mort. Je ne sais pas vous, mais moi je n’ai jamais réussi à faire survivre un meuble Ikea plus de deux déménagements. Deux démontages et remontages ont finalement eu raison de ma Billy. Paix à son âme. Elle n’ira pas réchauffer le coeur d’un autre foyer.

COMMENTAIRES
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Moi aussi j’ai gardé des étagères Billy plus de 10 ans.
    Ah bon elles sont de moins bonnes qualité maintenant ?

    11.11 à 21h23 - Répondre - Alerter
  • Je trouve que c’est une très bonne idée, Ikea a eu raison de mettre un tel projet en place. Cependant, il est vrai que les meubles doivent toujours être en bon état.

    Christian Pellerin

    3.09 à 14h30 - Répondre - Alerter
  • I recently came across your blog and have been reading along. I thought I would leave my first comment. I don’t know what to say except that I have enjoyed reading.Nice blog,I will keep visiting this blog very often. http://www.essaycapital.com/

    11.07 à 19h58 - Répondre - Alerter
  • BRAVO tu as gagné le droit de venir ranger chez moi ;o) et remplir mes billy neuves

    12.09 à 23h34 - Répondre - Alerter
  • Ah là là le green washing permet de cacher un certain nombre de sujets qui font très mal. Sur le meuble et la décoration, c’est près de la moitié des fournisseurs qui suite à la pression des prix exercée par les grands distributeurs, ont du délocaliser leur production ou tout simplement fermer leur porte. Vous me direz protectionnisme de bas étage mais non. La délocalisation ca sous entend, plus de transport maritime, plus de produits chimiques pour protéger les produits, plus de productions non contrôlées, des conditions de travail parfois inhumaines.Rejoignez nous sur www.europeetnature.ch

    22.02 à 18h01 - Répondre - Alerter
  • Moi-même, je n’y crois pas encore vraiment : mes trois bibliothèques Billy ont survécu à 8 déménagements sur une période de 25 ans. Et si je vais bientôt m’en débarrasser parce que je ne peux plus supporter le jaunissement inégal des différents panneaux, je sais qu’elles trouveront preneur chez des voisins qui seront heureux de les accueillir pour quelques années supplémentaires.

    Le truc, c’est probablement de ne jamais les démonter.

    8.12 à 00h01 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

A PROPOS

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

publicité
publicité

  • Se connecter
  • Créer un compte
  • NEWSLETTERS
    Cochez les cases pour vous abonner à vos newsletters
Site conçu avec
publicité