publicité
Accueil du site > Blogs > Les blogs > Idées vertes (et pas mûres) > La neige expliquée aux journalistes télé

Idées vertes (et pas mûres)

Par Karine Le Loët
17-12-2010
Mots clés
Médias
BLOG

La neige expliquée aux journalistes télé

La neige expliquée aux journalistes télé

Attention la neige revient, prévoit Météo France. Et avec elle sans doute, les bonhommes blancs, la luge dans les rues, l’école buissonnière. Avec elle peut-être aussi les embouteillages, le chaos des transports en commun. Et des milliers d’images envoyées sur le PAF. Qu’on se le dise, je ne suis pas contre la neige sur mon bonnet, ni dans le creux de mon cou. Je ne suis même pas contre la neige sur l’écran de ma télé. En revanche, je suis résolument contre les incrustations (ces petits blocs de texte en bas de l’écran) qui affichent le mot « climat » sur des images de routes verglassées et de parcs blanchis.

Car avec ce petit carré de texte, le téléspectateur n’y comprend plus rien. On lui parle de réchauffement climatique alors qu’il vient de passer deux heures sur une route-patinoire et que son jardin est tout blanc. Du coup, il se souvient d’une phrase d’Allègre qui disait à Terra eco en septembre 2009 « Vous allez voir l’hiver qu’il va faire, vous allez voir si c’est un réchauffement ». Et s’il disait vrai, Allègre ?

Halte là. Non, non, la neige qui tombe sur les toits de la France ça ne relève pas du climat. C’est de la météo, oui. Des intempéries, aussi. Mais du climat, non. La différence, elle est toute simple. Et mérite bien un petit rappel :

- La météo c’est l’étude des phénomènes atmosphériques (nuages, précipitations, vents...). Elle nous dit le temps qu’il va faire demain et parie même un petit bout de sa chemise sur le temps qu’il fera dans dix jours.

- La climatologie c’est l’étude des conditions météorologiques sur de longues périodes de temps. En clair, avant que la météo ne devienne climat, il faut qu’une tendance se dégage sur trente années d’analyses, estime l’Organisation météorologique mondiale. Quelques – même gros – flocons de neige ne risquent pas de faire trembler les climatologues. Et puis l’étude du climat, ça n’est pas visser sa lorgnette sur la région parisienne. Le climat ça se mesure à l’échelle de la Terre, oui madame. Et pendant qu’en France on se battait dans la neige la semaine passée, la température à Chypre avoisinait les 30°C (soit 5°C de plus que les moyennes saisonnières).

Mots-clés : Médias
COMMENTAIRES ( 11 )
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Alors il fallait faire ce rappel lorsque des hivers doux prouvaient le rechauffement....
    http://www.chat-sexe.xyz/
    http://www.plan-cul.xyz/
    http://www.le-tchat.net/

    21.12 à 00h21 - Répondre - Alerter
  • Incroyable de pas comprendre ca bravo pour l’explication

    A+
    Gael du site rencontre adultere adulteonly.fr

    22.08 à 15h43 - Répondre - Alerter
  • Je n’es pas eu de problème cette année j’aime vraiment pas la neige en ville c’est trop dangereux.

    A+
    Christine du site codepromocable.fr

    14.06 à 11h25 - Répondre - Alerter
  • Je me rappelle d’une phrase de M. ALLEGRE, ironisant sur le réchauffement climatique :
    les météorologues ont du mal à prévoir le temps qu’il fera dans 7 jours, et vous prétendez connaitre le temps qu’il fera dans un siècle !!!
    Venant de la part de M. ALLEGRE, ces propos relèvent du mensonge indécent !

    Car c’est confondre météorologie et climatologie ! En effet, s’il est exact qu’il est hasardeux de prévoir la météo à plus de 3 jours et que ceci est une affaire de spécialistes, nous faisons tous des prévisions sur le climat, avec une grande exactitude ! en effet, au milieu de l’hiver, nous attendons tous la chaleur de l’été pour aller à la plage, et nous savons tous que le froid reviendra pour l’hiver prochain ! Il en est de même pour les prévisionnistes du climat, qui puisent leurs informations, entre autre, dans les profondeur des glaces

    6.03 à 16h02 - Répondre - Alerter
  • lemiere : certes

    mais alors il fallait faire ce rappel lorsque des hivers doux prouvaient le rechauffement....
    le signal du rechauffement climatique est de toute façon perdu dans le bruit meteorologique...

    22.12 à 18h45 - Répondre - Alerter
    • Comment concilier trend de réchauffement climatique et observation d’un épisode de froid ?

      Le bon peuple comprend bien les choses binaires.
      Et il voit des souvent des incohérences là où c’est simplement son raisonnement qui est court.

      Quand il y a une tendance de réchauffement climatique, ce qui se réchauffe le plus vite est l’athmosphère.
      Le différence de température entre athmosphère est océans est plus grande.
      Quand il y a une plus grande différence de température, les échanges thermiques sont plus importants.
      Comment se traduisent ces échanges ? par plus de mouvements dans l’athmosphère (vents/nuages).
      Ces mouvements plus importants prennent la forme de cyclones plus fréquents ou plus violents.
      A nos latitudes, nous n’avons pas de cyclones mais nous avons des dépressions et des hautes pressions plus fréquentes/ plus fortes.
      Comment cela se traduit-il ? par plus souvent des vents qui nous arrivent du pôle. Et par plus souvent des vents qui remontent des tropiques.
      C’est-à-dire des coups de froid plus souvent/plus fort, et des canicules plus souvent/plus fortes .

      Et puis, ces changements (mêlés aux variations dues à d’autres raisons) dans les courants aériens et marins (ex. : La Niña), font qu’il y a des zones sur terre où, durant une longue période (décades), le temps sera en moyenne plus frais, ou au contraire il y aura d’autres zones où, durant une longue période, le temps sera en moyenne plus chaud que l’augmentation moyenne sur terre.
      Même si, là aussi, il y aura des coups de chaud et des coups de froid durant ces mêmes périodes.

      20.04 à 21h40 - Répondre - Alerter
  • Disparition de quelle banquise et glacier ? Celle du pôle Sud ne diminue pas (au contraire), et celle du pôle Nord après un point bas en 2007 est stabilisée. Oui, il y a eu réchauffement, mais le lien avec l’activité humaine et le CO² émis est loin d’être prouvé.. et c’est plutôt le soleil qui est la cause probable des variations subies (aujourd’hui plutôt vers un refroidissement). Pour tous ceux qui sont intéressés pour aller aux faits (et essayer de comprendre la complexité des interactions entre température, niveaux des mers, taille des glaciers etc...), je ne peux que conseiller la visite du site "pensée unique.fr" (c’est un peu technique mais particulièrement éclairant pour se faire sa propre opinion).

    21.12 à 20h52 - Répondre - Alerter
  • aerosol : climatologues

    Je rappelle que le GIEC a été créé par l’organisation météorologique mondiale aidé par le PNUE. Si donc la météo n’avait rien à voir avec le climat il est à craindre que les études de climatologie faites par les météorologues soient douteuses.
    On a l’impression parfois que certaines personnes vouent un culte presque idéologique à la théorie du réchauffement climatique. Et il faut l’être pour arriver à être gêné par quelques images de neige à la télévision sous appellation climat.

    21.12 à 10h35 - Répondre - Alerter
  • nickrose : Pas de surprise

    Personnellement, je ne suis pas du tout surpris de voir les hivers se durcir. (Ca fait maintenant trois hivers de suite où on voit de la neige perdurer par terre à Paris, chose pas vue avant depuis un bon moment. On peut donc soupçonner un début de changement à long terme.)
    Après tout, ça avait été prédit par les théoristes du réchauffement. Car, une modélisation de la fonte de la banquise, et la réduction de la salinité de la mer qui allait en découler, avait démontré comme conséquence un ralentissement, voire l’arrêt ou même l’inversement, du
    Gulf Stream.
    Et le Gulf Stream est la cause principale de nos hivers doux en Europe. C’est pourquoi les températures à Bergen ou Reykjavik descendent (ou descendaient) rarement en dessous de 0°C, tandis que Moscou ou Kiev, bien plus au sud, connaissent plusieurs mois de gel dur.
    Ceux qui refusent d’accepter le réchauffement profiteront toujours des hivers plus froids (et de l’ignorance générale de la cause) pour justifier leurs idées, mais ils ne peuvent pas nier la disparition des glaciers et de la banquise !

    20.12 à 22h34 - Répondre - Alerter
  • Il semble qu’il y ait une baisse de l’activité solaire. Cette baisse serait cyclique, rien à voir avec le réchauffement climatique.

    20.12 à 15h59 - Répondre - Alerter
  • Jean Worms : Oui, trois fois oui !

    En d’autres termes, le climat c’est de la grande échelle dans le temps (plusieurs décénies) et dans l’espace (la planète) alors que la météo c’est de la petite échelle dans le temps (quelques jours) et dans l’espace (quelques km²).

    Le thuriféraires du climatoscepticisme, dont fait partie M. Allègre, jouent beaucoup sur cette confusion.

    Il faut dire et redire cette différence fondamentale, expliquer que la différence entre une période de glaciation, comme la Terre en a connue beaucoup) et une période tempérée (comme celle que nous connaissons) ce n’est guère plus de 5 °C de différence au niveau de la température globale moyenne.
    De la pédagogie, encore de la pédagogie, toujours de la pédagogie !

    20.12 à 10h17 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

A PROPOS

Rédactrice en chef à « Terra eco ».

publicité
publicité

  • Se connecter
  • Créer un compte
  • NEWSLETTERS
    Cochez les cases pour vous abonner à vos newsletters
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité