publicité
Accueil du site > Actu > Santé > Le sport sur ordonnance, pas une mince affaire
10-09-2013
Mots clés
France

Le sport sur ordonnance, pas une mince affaire

Taille texte
Le sport sur ordonnance, pas une mince affaire
(Crédit photo : Tim Wilson - flickr)
 
Alors que des expériences de prescription d'activités physiques aux malades ont lieu en France, de nouvelles questions se posent. Comment lutter contre les inégalités sociales et former les médecins ?
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Vous avez du mal à chausser les baskets, enfiler le maillot ou enfourcher le vélo. Pourtant « le sport c’est la santé » : ça maintient en forme, évite l’apparition de maladies, retarde la dépendance et peut même remplacer des médicaments. Vous auriez peut-être moins la flemme si votre médecin vous prescrivait des cours d’aérobic ou de marche nordique. Les prescriptions de sport – promues par le gouvernement – devraient se multiplier dans les mois qui viennent. Mais pour qu’elles se généralisent, il faudra sauter pas mal d’obstacles.

Pas tous égaux face au vélo

Quand, le 1er avril 2012, Alexandre Feltz, médecin généraliste et vice-président de la Communauté urbaine de Strasbourg, a proposé de prescrire du Vél’hop (le service de vélos en libre service de la capitale alsacienne) aux trois-quarts de Strasbourgeois qui ne pratiquent pas 30 minutes d’activité physique par jour, « certains ont cru à un poisson d’avril », se souvient-il. Pourtant, en novembre, la mairie lançait « Sport santé sur ordonnance », une expérimentation d’un an. Le bilan de cette année de vélo, marche à pied ou marche nordique prescrits à quelque 350 patients par 120 médecins de la ville sera dressé tout prochainement. Mais un premier constat a sauté aux yeux d’Alexandre Feltz : « 70% des gens à qui on a prescrit du vélo pour lutter contre les effets néfastes de la sédentarité ne savent pas en faire. »

Un chiffre révélateur des inégalités sociales face à la santé. L’Insee (l’Institut national de la statistique et des études économiques) indique que « plus le niveau de vie s’accroît, plus la pratique des activités très répandues et supposées plus accessibles – comme le vélo, la natation ou encore la marche – augmente ». « Les cadres supérieurs font plus de sport que les chômeurs ou les inactifs. On peut penser que des contraintes liées aux infrastructures (distance entre le domicile et le lieu professionnel, taux d’équipement sportif du quartier d’habitation, etc.) et aux possibilités d’accès conditionnent la fréquence et même l’existence d’une activité sportive, au détriment des ménages défavorisés », abonde le Centre d’analyse stratégique.

A Strasbourg, ces patients qui pédalent dans la choucroute sont « des personnes d’origine étrangère qui n’ont pas eu l’habitude de se déplacer à vélo ou des personnes issues des milieux les moins favorisés », explique Alexandre Feltz. Il est loin le temps où l’on voyait, à la sortie des usines, des centaines d’ouvriers rentrer chez eux à vélo. « Le fantasme de la motorisation comme nec plus ultra des modes de déplacement est encore très présent dans ces classes sociales. Qui prend le vélo aujourd’hui ? Les bobos et les classes favorisées », explique l’élu alsacien. Résultat : « Les inégalités sociales augmentent le risque de maladies, et diminuent les chances d’en sortir. »

Pour se mettre tous sur la même ligne de départ, et avec les mêmes chances d’arriver, une solution : « Imposer le sport à tout le monde », tranche Jacques Bazex, membre de l’Académie de médecine et auteur d’un rapport sur les bénéfices du sport. Cette activité devrait selon lui « être organisée par l’Etat, comme l’est le temps de travail et le temps scolaire ».

Qui va payer mon abonnement à la salle de sport ?

En améliorant la condition physique de l’ensemble de la population, la pratique du sport à grande échelle permettrait au système d’assurance-maladie de réaliser de coquettes économies. Dans le lourd document que constitue le Plan national de prévention par l’activité physique ou sportive datant de 2008, les experts ont estimé que les dépenses de santé pouvaient être réduites de 10% à 20% par la pratique régulière d’une activité physique ou sportive. Ils ont également calculé que, dans le cas utopique où tout le monde chausserait ses baskets, les économies de santé s’élèveraient à 10 milliards d’euros annuels. Et à 500 millions d’euros dans le cas où seulement 5% des inactifs le feraient.

D’après l’Imaps, société rattachée à la Mutualité française dont l’objet est de promouvoir l’activité physique et sportive, « la Sécurité sociale économiserait chaque année 56,2 millions d’euros en finançant à hauteur de 150 euros une activité physique ou sportive adaptée pour les 10% des patients souffrant de cancer, de diabète ou d’insuffisance respiratoire chronique ». Cette préconisation figure dans le rapport de Jacques Bazex.

En l’absence de prise en charge par l’Assurance maladie, les mutuelles et assurances commencent à s’engouffrer dans ce qui pourrait devenir un nouveau marché. Et vont, pour certaines, proposer dès janvier 2014 des forfaits pour les seniors incluant la prise en charge de l’abonnement à la salle de sport, nous indique Laurent Guetard, de l’Imaps. Selon lui, un autre acteur pourrait intervenir dans le financement du sport santé : le conseil général. « Faire du sport retarde la dépendance des seniors, or ce sont les conseils généraux qui versent les allocations perte d’autonomie. Donc si le sport était prescrit en prévention primaire, la collectivité en profiterait. »

Mettre les médecins au sport prend du temps

Reste un problème, de taille : les médecins, pas formés au sport, ne savent pas toujours vers quelle activité orienter leurs patients. Pour remédier à cela, les doyens des facultés de médecine et de Staps (Sciences et techniques des activités physiques et sportives) ont signé en octobre 2012 une convention pour la création de modules en commun. Vincent Alberti, qui a mené ce projet de convention alors qu’il travaillait à la direction générale de la Santé, explique que « neuf sites pilotes expérimentent la construction en commun de modules par des professeurs de médecine et de Staps, qui les dispenseront conjointement. Le but est de favoriser les échanges entre futurs professionnels. Le système sera institutionnalisé à la rentrée 2014 ».

Dans certaines régions, cela fait des années que les toubibs sont sensibilisés au sport comme prescription primaire (pour prévenir la survenue de maladies), secondaire (pour lutter contre les méfaits de la sédentarité) et tertiaire (pour soigner). C’est le cas en Midi-Pyrénées. Depuis 2004, l’association Efformip a formé, lors de sessions communes, 250 médecins à la prescription d’APS et 490 éducateurs sportifs à l’encadrement de porteurs de pathologies chroniques (obésité, diabète, hypertension artérielle, ostéoporose, etc.) A ce jour, 1 200 patients y ont bénéficié de sport sur ordonnance et d’une prise en charge de leur abonnement sportif à hauteur de 120 euros sur neuf mois (donateurs privées, agence régionale de santé et conseil régional ont mis la main à la poche). Et il paraît qu’ils s’en portent très bien.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Je suis bien d’accord avec l’article mais les médecins doivent faire preuve de discernement lors du choix de l’activité proposée.
    Mon fils s’est vu proposer de se mettre au golf, alors que les joueurs font appel à un chariot de golf electrique pour se déplacer et se reposer entre les trous... Pas terrible pour pour la dépense physique !

    24.04 à 15h29 - Répondre - Alerter
  • L’école pourrait aussi jouer un rôle dans ce domaine.
    Comment se mettre au sport, doser son effort quand on est sédentaire, apprendre à utiliser un cardiofréquencemètre pour ne pas se mettre dans le rouge ...

    17.09 à 13h39 - Répondre - Alerter
  • j’ai testé la thérapie sportive,
    Soutenue par mon médecin et kiné, et quel résultat spectaculaire !
    touchée par une maladie mal connue, ni reconnue (intolérance au gluten )mon organisme s’est usé prématurément :
    50 ans et prothèse de hanche, de la main,épaules et genoux étaient en attente, colonne vertébrale HS.
    J’ai souffert toute ma vie de douleurs qualifiées de fibromyalgie ,maigrissait, 48 kg pour 1m70 ! fonte musculaire,douleurs neurologiques, gros soucis intestinaux.
    Diagnostic médical : grave troubles psy, a interner. Erreur médicale lourde de conséquences chimique, 60mg de cortisone/jour, 120mg de morphine, antiinflammatoires,anti-dépresseurs etc, etc, et au final fauteuil roulant. etc.
    Passionnée de nature et de sport, mon toubib m’a aidée simplement : régime sans gluten. Après la prothèse de hanche, marche quotidienne d’abord,1,2,3,6,10 km/jour, puis vélo, j’ai repris petit a petit du poids, de la force, du tonus. j’ai souffert des effets du sport,mais j’ai persévéré, remettais des muscles, m’essayait a d’autres activités, randos, escalade.
    A ce jour, j’ai presque plus de médicaments, sauf en crise, récupéré des muscles toniques ce qui m’a évité l’opération des épaules, du genoux, tient mes vertèbres, et pratique du sport chaque semaine,
    Je n’ai pas eu le soutien de tous le corps médical, certains disaient que c’était dangereux pour moi, m’incitaient a reprendre des médicaments.
    J’ai tenu bon durant ces 3 ans et vis tellement mieux sur mes deux jambes,rencontre des gens, ai repris gout a la vie, même si parfois, je vais au bout de mes capacités, et le paye ensuite de douleurs physiques. Heureusement que je suis souvent allée plus loin que de raison dans la pratique du sport, aujourd’hui je vis !.

    11.09 à 09h05 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité