publicité
Accueil du site > Actu > Mobilités > Pollution : oui, vous pouvez rouler à vélo quand l’air est pollué
13-03-2014
Mots clés
Santé
Pollution
Ville
France

Pollution : oui, vous pouvez rouler à vélo quand l’air est pollué

Taille texte
Pollution : oui, vous pouvez rouler à vélo quand l'air est pollué
(Crédit photo : austinevan - flickr)
 
Contrairement aux idées reçues et alors que le Vélib' est gratuit aujourd'hui à Paris, la bicyclette est le meilleur moyen de se déplacer sans se polluer les bronches. A condition de respecter quelques règles.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Depuis ce matin jeudi, les Vélib’ sont gratuits à Paris. Cette mesure a été annoncée hier mercredi par la mairie de Paris en réaction au pic de pollution qui frappe l’Ile-de-France.

La mesure a étonné de nombreuses personnes :

On pourrait en effet penser que faire du vélo dans une ville polluée est le meilleur moyen d’ingérer des particules fines. Et pourtant, c’est l’inverse qui est vrai. Comme nous vous le rappelions en octobre dernier, les automobilistes sont beaucoup plus exposés aux pollutions que les cyclistes parce que l’habitacle fermé de la voiture entraîne une accumulation de la pollution. Même les passagers des bus respirent un air plus pollué que les cyclistes. Plus étonnant encore, les usagers du métro eux aussi respirent un air moins sain que les cyclistes. La faute là encore à la stagnation des particules et au frottement des rames sur les rails. La preuve avec une étude menée par l’Oramip (Observatoire régional de l’air en Midi-Pyrénées) en 2008 à Toulouse qui a comparé l’exposition aux pollutions selon les différents modes de transport et dont le tableau ci-dessous résume les résultats :

Malgré tout, le pic de pollution doit vous inviter à la prudence. En effet, plus on respire, plus on ingère de particules fines (voir notre guide de survie au pic d’ozone ici). Inutile de porter un masque, ils ne sont pas adaptés. Evitez donc les sprints et les montées en danseuse, l’idéal est de ne pas être essoufflé. N’hésitez pas également à choisir un itinéraire plus éloigné des tuyaux d’échappement : « Quand un cycliste sort du flux de circulation pour rouler quelques mètres à côté, le taux d’exposition est divisé par deux ou trois », nous expliquait récemment Karine Léger, ingénieure à Airparif, l’association de surveillance de la qualité de l’air en Ile-de-France. Pour vous aider, nous vous conseillons le site Geovelo.fr qui vous permettra de trouver un itinéraire cyclable adapté à Paris, Lyon, Toulouse, Nantes, Caen ou Tours. Bonne route !


A lire aussi sur Terraeco.net :

A vélo, dans un parc ou à la campagne : guide de survie au pic d’ozone Faut-il arrêter de respirer quand on prend le métro ?

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Non, nous n’avons pas à « sauver la planète ». Elle s’en sort très bien toute seule. C’est nous qui avons besoin d’elle pour nous en sortir.

37 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité