publicité
Accueil du site > Actu > Ils changent le monde > Un village global prend naissance en Ardèche
Article Abonné

Un village global prend naissance en Ardèche

Taille texte
 
De la construction des maisons à leur financement, en passant par la nourriture et l’éducation, au Hameau des Buis, tout a été imaginé durable et collectif.
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

n°7 - octobre 2009

Faut-il arrêter de faire des enfants ?

Perché sur un plateau dominant la rivière du Chassezac, un curieux hameau se déploie au milieu des landes ardéchoises. De petites ruelles en pierre séparent les maisons en travaux. Juchés sur les charpentes, des bénévoles et des professionnels de la construction écologique végétalisent les toits des huit premières habitations aux couleurs ocre et bois du Hameau des Buis. Un peu plus loin, un autre groupe planche sur les fondations des suivantes.

« En 2002, ma femme, Sophie Bouquet-Rabhi, a souhaité ouvrir au public la Ferme des enfants, une école à la ferme à pédagogie alternative qu’elle avait créée en 1999, raconte Laurent Bouquet, l’un des porteurs du projet. L’idée d’un lieu de vie écologique et intergénérationnel a ensuite germé. Puis l’aventure s’est transformée en 2004 avec la création d’un collectif, la société civile (SC) du Hameau des Buis. » La petite structure achète alors un hectare constructible et un mas. Avec l’aide de bénévoles, les travaux démarrent en 2006. Le mas est entièrement rénové et vingt logements écologiques, du T1 au T3, sortent de terre.

Plantes aquatiques

« Nous avons choisi des maisons bioclimatiques qui profitent au maximum du soleil et qui sont très bien isolées », précise Laurent Bouquet. Les habitations sont bâties sur une ossature en bois – des pins douglas coupés à moins de 60 km – puis isolées avec des bottes de paille enduites à la chaux ou bien bardées. Ainsi, elles consommeront 4 à 5 fois moins d’énergie pour leur chauffage que la moyenne des logements français. Sur les toits végétalisés, les panneaux solaires fourniront l’eau chaude sanitaire. « Les eaux pluviales et les eaux grises seront par ailleurs épurées grâce à des plantes aquatiques, puis reversées dans le potager », poursuit Laurent Bouquet. Pour ses fruits et légumes bio, l’éco-hameau salarie deux agriculteurs de la plaine du Chassezac.

La quasi-totalité des logements a déjà trouvé preneurs. Chaque résident a déboursé entre 45 000 euros (pour un T1) et 95 000 euros (T3), devenant ainsi associé de la SC. Une somme à laquelle s’ajoutent des frais d’entrée de 30 500 euros couvrant l’acquisition du terrain, les parties collectives et l’école. Les résidants ne sont pas propriétaires mais bénéficient de la jouissance gratuite du logement. « Ce sont des juristes bénévoles qui ont inventé ce montage juridique inédit », avertit Laurent Bouquet.

Les futurs résidents ont également le projet de mener une vie sociale plus riche en partageant cuisine, bibliothèque, automobiles… ainsi que des activités associatives. « Le hameau prouve qu’une alternative écologique est possible », s’enthousiasme Fabienne. Avec son mari et ses deux enfants, elle emménagera fin 2010 dans l’un des T3 de l’écovillage. 

Photo : Camille Peyrache

Le Hameau des Buis

Chaulet-Casteljau

07230 Lablachère

Pour visiter le chantier (tous les vendredis, à 16 h), téléphoner au 04 75 35 09 97.

Sources de cet article

Pour retrouver le Hameau des Buis sur le Net

- La Ferme des enfants

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité