publicité
Accueil du site > Actu > Culture > Nous sommes tous des piles en puissance
Article Abonné
22-09-2010
Mots clés
Technologie
Monde

Nous sommes tous des piles en puissance

Taille texte
« Sustainable Dance Club ». Créé en 2006 à Rotterdam aux Pays-Bas, il propose des dalles qui récupèrent l’énergie des mouvements des danseurs et la transforme en électricité, elle-même utilisée pour éclairer la piste.

">
Suiv

Dance machine

Plus vous vous amusez, plus vous économisez de l’énergie : voilà le concept du « Sustainable Dance Club ». Créé en 2006 à Rotterdam aux Pays-Bas, il propose des dalles qui récupèrent l’énergie des mouvements des danseurs et la transforme en électricité, elle-même utilisée pour éclairer la piste.

Prec
Suiv

Dance machine

Et grâce à des vumètres, les fêtards sont constamment encouragés à bouger. A l’arrivée, une consommation d’énergie en baisse de 30 % par rapport aux boîtes classiques.

système qui génère de l’électricité à chaque fois qu’on la pousse. Des supercondensateurs stockent les électrons qui alimentent trois lampes à LED du plafonnier. Boom Edam, constructeur de la porte, réfléchit à sa production à grande échelle.

">
Prec
Suiv

Tambour pression

Pénétrer dans le restaurant Natuurcafé La Porte à Driebergen, aux Pays-Bas, n’est plus anodin. Le restaurant a équipé sa porte tournante d’un système qui génère de l’électricité à chaque fois qu’on la pousse. Des supercondensateurs stockent les électrons qui alimentent trois lampes à LED du plafonnier. Boom Edam, constructeur de la porte, réfléchit à sa production à grande échelle.

Prec
Suiv

Chaussure-spot

C’est une paire de pompes qui peut faire sensation en boîte de nuit. Ses deux designers chinois, Chen Feijun et Zhao Bin, ont placé, sous les semelles, une batterie qui se charge à chacun de vos pas. Celle-ci alimente ensuite une diode lumineuse située à l’avant, et ce pendant douze heures d’affilée. Le prototype «  Pioneer  » éclaire à 1,5 mètre maximum.

Green Microgym, les machines de fitness sont branchées à des transformateurs qui récupèrent l’énergie dépensée par les utilisateurs et la transforment en énergie. Pour inciter à appuyer sur les pédales, Green Microgym « récompense » ses clients énergétiquement généreux en leur offrant… 1 dollar par heure passée à dépenser de l’énergie pour en fabriquer.

">
Prec
Suiv

Pédale magique

A Hong Kong et à Portland (Etats-Unis), on sculpte son corps en illuminant ses exploits. Dans les salles de Green Microgym, les machines de fitness sont branchées à des transformateurs qui récupèrent l’énergie dépensée par les utilisateurs et la transforment en énergie. Pour inciter à appuyer sur les pédales, Green Microgym « récompense » ses clients énergétiquement généreux en leur offrant… 1 dollar par heure passée à dépenser de l’énergie pour en fabriquer.

Prec
Suiv

Corde à pulser

Pas de temps à perdre, la «  E Rope  » est un concept de corde à sauter récupérant l’énergie cinétique générée et la transformant en énergie électrique. Il suffit de placer les piles rechargeables dans les poignées et de faire ses exercices. Selon son designer, Kyung Guk Lee, la corde permet de recharger les piles en une vingtaine de minutes d’efforts.

PlayPumps installe, depuis plus de dix ans en Afrique subsaharienne, des carrousels pour enfants qui permettent de tirer environ 1 400 litres d’eau à l’heure et de les envoyer vers un réservoir placé au-dessus du sol.

">
Prec
Suiv

Jeux hydratants

Quoi de plus drôle que de s’amuser sur un tourniquet quand on est gamin ? Quoi de plus utile que de pomper de l’eau quand on vit dans une région aride ? C’est en mêlant ces deux certitudes que l’organisation PlayPumps installe, depuis plus de dix ans en Afrique subsaharienne, des carrousels pour enfants qui permettent de tirer environ 1 400 litres d’eau à l’heure et de les envoyer vers un réservoir placé au-dessus du sol.

Toulouse. « J’ai fait une observation vieille comme le monde, raconte-t-il. L’énergie de nos mouvements n’est pas récupérée. » Et ça chagrine celui qui est chargé de l’éclairage public de la ville rose. Alors, il adapte le concept du « Sustainable Dance Club » et lance, en avril, une dalle de 8 mètres qui, lorsqu’un passant la piétine, alimente un lampadaire. C’est un succès. Une nouvelle version devrait voir le jour ce mois-ci.

">
Prec

Trottoirs roses

Au-dessus de ce trottoir qui capte l’énergie gravitationnelle des piétons, il y a un homme : Alexandre Marciel, adjoint au maire de Toulouse. « J’ai fait une observation vieille comme le monde, raconte-t-il. L’énergie de nos mouvements n’est pas récupérée. » Et ça chagrine celui qui est chargé de l’éclairage public de la ville rose. Alors, il adapte le concept du « Sustainable Dance Club » et lance, en avril, une dalle de 8 mètres qui, lorsqu’un passant la piétine, alimente un lampadaire. C’est un succès. Une nouvelle version devrait voir le jour ce mois-ci.

 
Dans un monde où l’énergie va devenir chère, le corps humain redevient une valeur sûre. Tous nos mouvements sont potentiellement sources d’électricité : 7 inventions à suivre absolument.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le

N° 18 - octobre 2010

La voiture électrique est-elle faite pour vous ?

L’énergie cinétique d’un corps en mouvement est proportionnelle à sa masse et au carré de sa vitesse. Voilà comment ressusciter, en une seule phrase, de vieux souvenirs de cours de physique. Alors que la course aux économies d’énergie est lancée, l’humain devient un potentiel convoité. Qu’il marche dans la rue, danse en boîte de nuit, fasse du sport en salle ou pousse la porte de son restaurant préféré, l’homme est une petite centrale électrique sur pattes.

Ces expérimentations ne représentent actuellement qu’une nano goutte d’eau dans l’océan électrique, mais elles posent les jalons de nouvelles micro-énergies décentralisées. Ces pistes sont à creuser dans un monde où le continent africain est menacé par le black-out. Aujourd’hui, la Tunisie est le seul pays du continent à produire plus d’énergie qu’il n’en consomme. Et plus près de nous, un chercheur de l’université de Cambridge déclarait récemment que le Royaume-Uni pourrait faire face à des pannes d’électricité en 2016 en raison d’une capacité énergétique insuffisante. —

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Rédactrice en chef du magazine et des éditions papier de "Terra eco"

Rédacteur en chef édition

1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Les villes devraient peut-être penser à éteindre un lampadaire sur deux (puisque beaucoup ont peur la nuit, on ne peut pas tout éteindre) et peut-être faire éteindre toutes ces grandes enseignes qui doivent bouffer un sacré paquet d’énergie aussi...

    4.04 à 10h38 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité