publicité
Accueil du site > Actu > Enquêtes > Mines infernales en Chine
Article Abonné
31-01-2008
Mots clés
Matières Premières
Chine

Mines infernales en Chine

Taille texte
Mines infernales en Chine
(Légende photo : Coup de grisou à la mine de Zijiang dans la province du Hunan en juin 2005, où 30 ouvriers trouvèrent la mort. Crédit photo : str /AFP)
 
Les 6 millions de mineurs chinois travaillent dans des conditions de sécurité plus que précaires. Le pays cumule deux records : 35 % de la production mondiale de charbon et 80 % des accidents du secteur.
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le magazine
"Charbon superstar : la bombe écologique"

Il est 10 heures du soir près de Linfen, dans le Shanxi, une province du nord-est de la Chine. Cette région produit à elle seule un quart du charbon national. Des camions dévalent le flanc de la montagne, chargés de blocs de charbon qu’ils doivent évacuer des mines avant le point du jour. Officiellement, ces mines sont fermées depuis cinq mois. En réalité, elles fonctionnent durant la nuit. C’est dans l’une d’entre elles que Liu Wei a perdu la vie, écrasé par l’effondrement du toit d’une galerie. Il travaillait au noir, son décès n’a donc pas été signalé aux autorités. Grâce au combat entrepris par son frère, la famille recevra néanmoins une compensation de près de 25 000 euros, ce qui reste rare en Chine.

Pour la plupart anciens paysans, les gueules noires viennent gagner dans les mines le double du salaire qu’elles toucheraient dans le bâtiment. En 2006, 4 700 mineurs ont officiellement péri sous terre. En réalité, le China Labour Bulletin, une organisation hongkongaise de défense du droit du travail, en a dénombré près de 20 000. « Un officiel chinois nous a révélé ce chiffre lors d’une conférence internationale il y a quelques années », raconte Geoffrey Crothall, membre de l’ONG. Et de fait, les autorités chinoises ne cachent pas leur impuissance. « Il est très difficile d’obtenir des chiffres exacts, car nous ne pouvons contrôler les données transmises par chaque province. En plus, beaucoup de propriétaires de mines cachent les accidents par peur des représailles », explique Li Yizhong, directeur général de l’administration d’Etat pour la sécurité du travail.

Inondations et galeries non ventilées

Les mines chinoises sont donc les plus meurtrières au monde : avec 35 % de la production de charbon, la Chine totalise 80 % des morts du secteur. Inondations, explosions de gaz, incendies : le pays paye un lourd tribut humain pour assurer son indépendance énergétique. En août 2007, 181 mineurs de la province du Shandong sont morts noyés dans l’inondation de deux houillères, suite à la rupture d’une digue. L’ampleur de la catastrophe a suscité une vive émotion dans la population. Comment la Chine en est-elle arrivée là ? Avec 13 % des réserves de charbon de la planète, c’est le premier producteur mondial. En 2007, elle est devenue pour la première fois importatrice nette de minerai noir. Besoins croissants de l’industrie, apparition de téléviseurs et de climatiseurs dans les foyers : la Chine est devenue un ogre énergétique. Or, quand on sait que 71 % de l’électricité produite provient des centrales thermiques au charbon, rien d’étonnant à ce que la pression de la production se reporte sur les mines, et sur les mineurs, premier maillon de la chaîne. « Comme la demande et les perspectives de profits sont importantes, les propriétaires de mines n’hésitent pas à lésiner sur la sécurité et à dépasser les quotas de sécurité », souligne Geoffrey Crothall.

A cela s’ajoute le phénomène des petites mines privées, souvent illégales. Evaluées à 30 000, elles sont responsables des deux tiers des accidents mortels. Profitant de la privatisation du secteur dans les années 1990, des entrepreneurs individuels se sont lancés dans l’aventure. Certains ont fait fortune. Mais dans bien des cas, cela s’est traduit par des conditions de production anarchiques. « Dans ces mines, les procédures de sécurité ne sont absolument pas respectées et le matériel de secours est inexistant », affirme Tsuyoshi Kawakami, spécialiste de la santé et de la sécurité au travail à l’Organisation internationale du Travail (OIT). Résultat : les mineurs endurent des cadences infernales, à raison de plus de dix heures de travail par jour, sept jours sur sept, dans des galeries non ventilées. Qui plus est, les patrons préfèrent embaucher des personnes non qualifiées car ils peuvent ainsi les payer moins cher. Et ne sachant pas repérer les dangers, celles-ci sont par conséquent plus vulnérables.

Des fonctionnaires « arrosés »

Autre problème : pour obtenir l’autorisation de fonctionner sans licence, ces patrons de mines bénéficient de bonnes relations, « guanxi » en chinois. Autorités du village, police locale, bureau de sécurité publique, chaque échelon administratif est arrosé. Les responsables politiques locaux sont d’autant plus enclins à fermer les yeux qu’ils possèdent souvent des actions dans les mines, ce qui est pourtant interdit.

Malgré cela, le gouvernement central poursuit sa lutte contre les mines illégales et la corruption. « Le gouvernement est très conscient du problème, souligne Tsuyoshi Kawakami. Il a déjà mis à mal de nombreuses petites mines. » D’ici aux Jeux olympiques cet été, Pékin envisage de faire fermer 1 000 petites mines illégales. Par ailleurs, chaque site doit désormais consacrer 3 à 10 yuans (0,3 à 1 euro) par tonne de charbon produite à l’amélioration de la sécurité. Mais, pour Tsuyoshi Kawakami, la solution passe avant tout par l’implication des équipes directement sur le terrain. « Il faut écouter les revendications des mineurs et partir de là pour appliquer les règlementations plutôt que de les imposer d’en haut. » —

ARTICLES LIES


- Charbon superstar : la bombe écologique

- La Chine : un géant insatiable

- Course à la houille en Allemagne

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
Soyez le premier à réagir à cet article !
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité