publicité
Accueil du site > Actu > Santé > Les pertubateurs endocriniens bientôt indésirables en France ?
Article Abonné
4-05-2011
Mots clés
Santé
France

Les pertubateurs endocriniens bientôt indésirables en France ?

Taille texte
Les pertubateurs endocriniens bientôt indésirables en France ?
(crédit photo : pha10019/Flickr)
 
L’appel des ONG européennes contre les perturbateurs endocriniens aurait-il été entendu par les députés français ? Un vote de l’Assemblée nationale fait un premier pas vers une interdiction.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Coup de théâtre à l’Assemblée nationale ! Elle a adopté ce mardi en première lecture une proposition de loi du Nouveau Centre contre les perturbateurs endocriniens. Cette proposition vise à interdire « la fabrication, l’importation, la vente ou l’offre de produits contenant des phtalates, des parabènes ou des alkylphénols ». Et fait directement écho à l’appel lancé cette semaine par un groupe d’ONG européennes.

Un vote – à 236 voix contre 222 – plutôt surprenant puisque le gouvernement et le parti de la majorité s’y étaient opposés. En séance publique le 14 avril, le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, avait d’ailleurs préconisé d’attendre le résultat d’ expertises (prévues entre fin 2011 et fin 2012) et avait jugé toute proposition de loi sur le sujet « prématurée ».

Les trois familles de composés visés, très répandues dans notre environnement quotidien, font débat dans les milieux scientifiques. Les phtalates sont utilisés pour leurs propriétés plastifiantes et solvantes : on les retrouve notamment dans les emballages, la peinture ou encore le parfum. Déjà interdits dans certains jouets et articles pour enfants, ils sont accusés d’avoir des effets néfastes sur le système de reproduction. C’est aussi le cas des alkylphénols, utilisés dans les détergents et les lubrifiants. Les parabènes quant à eux - des conservateurs présents dans de nombreux cosmétiques, médicaments ou aliments - sont soupçonnés de favoriser le développement de cancers du sein et de limiter la fertilité masculine.

Un coup de pied dans la fourmilière

Pour André Cicolella membre du Réseau environnement santé, la décision des députés est une première victoire : « Avec ce vote, les parlementaires entrent dans la modernité des enjeux de santé publique qu’incarne la question des perturbateurs endocriniens », écrit-il dans un communiqué de presse. Le texte devrait maintenant passer aux mains du Sénat. À moins que le gouvernement décide de ne pas l’ inscrire à l’ordre du jour du Palais du Luxembourg. « Mais il ne peut pas ignorer un vote de la représentation nationale », a déclaré à l’AFP François Sauvadet, le patron du Nouveau Centre.
Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Journaliste stagiaire à la rédaction de Terra eco

1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité