publicité
Accueil du site > Actu > Nature > Jardin > Les bons conseils pour jardiner en février
28-01-2014

Les bons conseils pour jardiner en février

Taille texte
Les bons conseils pour jardiner en février
(DR)
 
Toute l'année, Yannick, auteur du blog Au potager bio, vous proposera ses conseils pour jardiner. Aujourd'hui, place aux trucs et astuces du mois de février.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Comme le mois de janvier, ce mois de février doit vous permettre de travailler surtout à la maison et de bien préparer votre future saison potagère. Dans cet article, nous allons donc nous pencher sur les semis qui vont se faire exclusivement en intérieur ou parfois sous châssis selon la région dans laquelle vous vous trouvez. Mais, d’abord, il est encore temps de mettre le nez dans vos graines, et d’en acheter et/ou d’en échanger si besoin. Je vais en profiter pour vous donner un petit conseil dans le choix de vos variétés : veillez à jouer avec la précocité des plantes.

En jouant sur cette caractéristique propre à chaque variété, vous pourrez obtenir des récoltes échelonnées dans le temps mais aussi avoir une grande diversité de goûts, de couleurs au cours d’une même saison au potager. Prenons l’exemple du fruit le plus répandu dans nos jardins : la tomate !

- Tomates précoces : black zebra cherry, eros, cregori altai, marmande …
- Tomates de mi-saison : cornue des Andes, ananas noire, green (zebra, bell pepper …), golden (subilee, sunray), noire de Crimée
- Tomates tardives : coeur de bœuf, doucette de Fougères, ananas ...

Les semis bien au chaud

Maintenant, place aux semis. Si vous ne l’avez pas encore fait, vous allez pouvoir lancer une première tournée d’aubergines, de poivrons et de piments parce que leur croissance est assez longue.

A savoir : ce type de semis vont réclamer une température supérieur à 20° C pour pouvoir germer (condition souvent difficile à obtenir au rebord d’une simple fenêtre) Je vous conseille donc, d’arroser à l’eau légèrement tiède au début, jusqu’à ce que vous observiez la jeune plantule sortir de terre et mon second conseil pour réussir ces semis est de créer, construire une enceinte de germination (cette dernière m’a été inspirée par Romain, un ami blogueur, mais vous pouvez en découvrir tous les avantages via cet article). Ceci va vous permettre d’obtenir des conditions optimales en terme de température, d’éclairage et d’humidité.

Personnellement, je semais (jusqu’à l’année dernière) en poquet pour augmenter mes chances, cependant, avec le recul, je pense cette année les réaliser directement en alvéole car le taux de germination est assez bon dans les conditions citées ci-dessus.

Les semis plus faciles

D’autres semis sont possibles à cette période de l’année sans obligatoirement chauffer, un simple rebord de fenêtre bien éclairé suffit amplement :

En godet  : les artichauts, tout ce qui fait partie de la famille des choux (Bruxelles, raves …). En terrine : Les poireaux, le céleri rave (que je n’ai toujours pas réussis à réaliser personnellement parce qu’ils demandent plusieurs repiquages pendant la croissance. Si vous avez des astuces pour ce semis, je suis preneur).

Et les tomates ?

Il est possible de commencer les semis de tomates. A savoir qu’il faut compter environ six semaines entre le semis et la plantation. De ce fait, si vous commencez à les faire au cours de ce mois, sachez qu’une serre sera indispensable pour accueillir vos futures plantes. De même pour les semis de concombre en godet ou les semis de melon. Si, comme moi, vous n’avez pas de serre, je vous conseille d’attendre début avril pour commencer vos premiers semis de tomates, ce qui vous emmène à la mi-mai pour la mise en terre.

Février sera aussi l’occasion de semer des primeurs en extérieur et sous châssis tel que les navets de Milan, du cerfeuil, des carottes, des épinards pour des récoltes précoces, des fèves (les semis précoces auront l’avantage de germer dès les premiers redoux et les pucerons étant encore en dormance à cette période laisseront vos fèves tranquille ).

Vous pouvez aussi continuer à faire germer les pommes de terre. Quelques conseils : les pommes de terre nouvelles se plantent en février-mars alors que les pommes de terre de consommation se planteront qu’entre avril-mai. Elles auront besoin d’une terre riche, c’est pourquoi, l’année précédant la plantation, vous pouvez épandre une bonne dose de compost. Vous pourrez aussi profiter de ce mois pour planter de l’ail, de l’échalote et de l’oignon.

Le mois prochain sera le moment idéal pour commencer à préparer l’extérieur et je vous donnerais quelques conseils qui devraient vous intéresser. Bon jardinage d’ici là !

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Semis, boutures, arrosage... Yannick, jardinier et auteur du blog Au potager bio, vous propose chaque mois ses conseils et ses astuces.

3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Bonjour,

    je viens de créer mon potager. Je voulais savoir s’il était nécessaire , pour les semis en pleine terre (carottes, épinards, oignons...) de les semer sous abris ? un simple abris avec arceaux ou plus ?
    Par ailleurs, j’ai lu quelque part qu’il était possible de répandre sur une planche pas encore plantée, un peu de compost qui n’est pas encore tout à fait fini de se décomposer. Qu’en pensez vous ?
    Je précise que j’habite en Loire-Atlantique avec un climat assez doux.
    Merci pour votre réponse et bravo pour ce que vous faites.

    30.01 à 14h56 - Répondre - Alerter
    • Bonjour Claire,

      Je suis désolé pour l’attente de ma réponse, je viens seulement de voir votre commentaire ! Pour répondre à vos questions :
      1/ Concernant les semis en pleine terre : il faut savoir qu’il faut (si je ne me trompe pas) une température du sol à plus de 12-13 degrés pour que les plantes puissent se développer convenablement, en dessous, la croissance est stoppé. A cette période de l’année (février) il est généralement préférable de les protéger sous châssis, tunnel ou autre ...
      2/ Pour le compost : Alors oui ! Vous pouvez en épandre, personnellement, j’utilise mon compost de deux façons. Soit je l’épands en automne l’année précédente mais uniquement sur la futur parcelle consacrée aux pommes de terre qui ont vraiment besoin d’un sol riche pour bien grandir ! Soit je l’utilise en fonction de la plante, en mettant une bonne poignée au fond du trou de plantation des tomates, aubergines, poivrons ... En bref, tout ce qui est plantes gourmandes.

      Un petit conseil supplémentaire pour le compost, lorsque vous l’épandez à l’automne, je vous conseille de le recouvrir avec du carton (sans encre) ou autre forme de paillage (paille, feuille morte, bâche spécial...) afin de conserver les éléments minéraux qui sans cela seront lessivés par la pluie. L’important est aussi de toujours protéger son sol pour en préserver sa vie biologique, pour qu’il ne soit pas matraqué par les intempéries ... Et de toujours, TOUJOURS faire en sorte de lui apporter de la matière organique ce qui activera toute cette vie qui travaille sous vos pieds et pour vous.

      Je vous remercie sincèrement pour vos questions très intéressante, en espérant vous avoir un peu aidé.
      A très bientôt
      Yannick Hirel

      5.02 à 11h19 - Répondre - Alerter
    • directement en terre chez vous pour accelerer les poussent voile de forçage mais surveiller herbe a biner bon courage.

      24.02 à 10h53 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité