publicité
Accueil du site > Actu > Culture > Obrigado senhor José Saramago
20-06-2010
Mots clés
Culture
Monde
Edito

Obrigado senhor José Saramago

Taille texte
Obrigado senhor José Saramago
((http://www.josesaramago.org/))
 
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Nous avions obtenu l’accord de principe pour une rencontre. Sans doute à Lanzarote, dans le petit village de Tias aux Canaries fin 2010, début 2011, le temps que José Saramago pose le point final à l’ouvrage qu’il était en train de rédiger. Malheureusement, les jours nous ont manqué et José s’en est allé. Terra eco restera donc orpheline de cet entretien tant désiré.

José Saramago, Nobel portugais de littérature en 1998, a beaucoup écrit tout au long de son existence. Il est l’auteur, notamment de cet Ensaio sobre a Cegueira, remarquable roman montrant une humanité frappée de cécité. Dans cette parabole, pétrie de poésie et de réalisme, il raconte l’effondrement de notre société vidée de sens et de repères.

J’associe depuis le premier jour cet ouvrage à ce qui nous a poussé à lancer l’aventure Terra eco il y a six ans. Ses lignes sont à mes yeux la démonstration douloureuse que notre espèce avance sans cap, sciant sciemment la branche sur laquelle elle s’estime assise pour l’éternité. Saramago y montre notre aveuglement. Il y décrit notre impasse et l’urgence de la réaction.

Perdre aujourd’hui la lumière de Saramago est une vraie douleur. Mais se dire que ce visionnaire laisse sur ses pas les indices des justes questionnements a quelque chose d’enthousiasmant et de profondément réconfortant. L’espèce humaine héberge les remèdes aux poisons qu’elle-même sécrète.

Obrigado senhor Saramago.

- Ensaio sobre a Cegueira, 1995, éd. Caminho, ISBN 9-72211-021-7

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Président de l’association des Amis de Terra eco Ancien directeur de la rédaction de Terra eco

1 commentaire
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Jean-Luc : Un petit détail

    Saramago a commencé à écrire au moment de sa pension de "petit" ouvrier : à soixante ans. Il disait que la chance lui avait sourit car il vivait plus vieux, sans quoi il n’aurait jamais pu réaliser le grand rêve de sa vie, et... recevoir un prix Nobel. A lire absolument : l’Evangile selon Jésus Christ bien sûr.
    Merci pour ce très beau texte que vous avez rédigé, il est très émouvant !

    21.06 à 09h45 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité