publicité
Accueil du site > Actu > Culture > Ils font de vos déchets une œuvre d’art

Ils font de vos déchets une œuvre d’art

Taille texte
Ils font de vos déchets une œuvre d'art
(Crédit photo : DR)
 
Un collectif d'artistes parisiens récupère, sur les plages, les détritus rejetés par la mer. Le but : sensibiliser à la pollution en transformant ces objets en tableaux, photos ou films 3D.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Réaliser 1000 portraits de pionniers ? C’est le défi de Shamengo, un programme qui souhaite « participer à un monde meilleur ». En clair et en décodé, l’équipe de journalistes, techniciens, informaticiens, donne la parole en vidéo à des acteurs du monde entier engagés dans des projets bien différents et poste le tout sur son site Internet : organisateur de la Coupe du monde des sans-abris, professeur anti-bégaiement, loueuse de ruminants, inventeur d’une lampe solaire portative ou purificateur d’eau de mare. Et si vous vous sentez l’âme d’un pionnier, vous pouvez vous faire connaître en vous inscrivant sur le site.

En partenariat avec Shamengo, Terra eco vous propose de découvrir un portrait de pionnier chaque jeudi. Aujourd’hui, zoom sur « Clean art planet », un collectif d’artistes qui créent des œuvres d’art à partir de déchets récupérés sur les plages françaises. L’idée ? Déclencher la réflexion et éduquer la population pour qu’elle arrête de jeter ses détritus à la mer.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
Par
Shamengo

Shamengo est un programme "cross media international". En clair, il réunit une équipe de journalistes, techniciens, informaticiens autour d’un objectif simple : donner la parole à 1000 pionniers, inventeurs d’un monde meilleur.

3 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Merci Sauret pour les vidéos que j’ai visionnés. C’est bien ce dont je me doutais, ça pue le green washing : l’alliance de la pétro-chimie avec 1 planète qu’on pille et qu’on souille ! La population n’est pas impliquée dans 1 oeuvre qui pourrait être collective, et se satisfait de l’amusement dû à des expos qui comportent 1 coût certain pour l’environnement. Des ballons gonflés à l’hélium fixés à des socles, des sacs plastiques uniquement roses X par combien déjà ? Des "bonnes intentions" à la perversion sociale, politique qui perdure les spéculations industrielles, via la manipulation médiatique par l’art ! Je suppose que les subventions ne sont pas destinées à réguler le déficit dans l’enseignement, la santé...etc...et l’éco-citoyenneté !

    22.11 à 11h51 - Répondre - Alerter
  • Je ne me prétends pas artiste plasticienne, mais plutôt jardinière urbaine. J’adhère à ce genre d’initiatives, y ai participé et organisé...Suggestion pourtant : privilégier les noeuds et encastrements dans les oeuvres, pour éviter des colles fort polluantes. Olé !

    4.11 à 11h57 - Répondre - Alerter
  • Pour info, Marie-Hélène Richard, artiste plasticienne qui vit en Bretagne a elle aussi mis le recyclage au cœur de sa démarche. Elle a réalisé en janvier 2011, pour les industriels de la chimie, un dôme de roses fabriquées à partir de sacs plastiques. Le résultat est saisissant. De nombreux passants ont cru à de véritables roses au loin. Le but était d’illustrer la démarche de recyclage de la matière par les chimistes. Une vidéo rend compte de sa création : http://www.youtube.com/watch?v=FrYD... On trouve quelques réactions du public sur une autre vidéo : http://www.youtube.com/user/REACTIO...

    3.11 à 16h01 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité