publicité
Accueil du site > Actu > Culture > «  Félins  »  : grands fauves et grand spectacle
Article Abonné
26-01-2012
Mots clés
Biodiversité
Cinéma
Afrique

«  Félins  »  : grands fauves et grand spectacle

Taille texte
« Félins » : grands fauves et grand spectacle
(Crédit photo : Disney entreprises)
 
Filmé dans la réserve kenyane du Masai Mara grâce à des caméras hypersophistiquées, le long métrage « Félins » est une sorte de « Roi Lion » en chair et en os. Un récit grand format ébouriffant.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET
Article publié dans le magazine
"8 millions de pauvres, à qui le tour ?"

Le petit avion à hélices se pose sur la piste en terre battue, au cœur de la réserve kenyane du Masai Mara. Sur ce territoire des éleveurs masaïs, la vie sauvage se déploie sur 1 500 km2 de savane vallonnée, irriguée par des cours d’eau. Dans cet écosystème hospitalier se côtoient encore, fait rare en Afrique, les trois grands fauves : léopards, guépards et lions, qui se repaissent des nombreux herbivores : buffles, zèbres, gazelles, impalas… Cette abondance attire aussi les touristes. Blasés par trente ans de safari, les animaux laissent les véhicules s’approcher à quelques mètres.

Après une longue quête, on se trouve nez à nez avec des « acteurs » du film Félins : quatre lions vigoureux qui se prélassent à l’ombre. Depuis le tournage, achevé en 2010, Kali, reconnaissable à sa crinière noire majestueuse, et ses fils tiennent en respect la moitié de la réserve. Félins raconte le début de cette conquête… Fang, vieux lion à la canine brisée, règne sur la troupe de la rivière, à laquelle appartiennent Layla et sa fille Mara. Sur l’autre rive, le clan de Kali, uni et invincible, attend son heure pour détrôner le vieux mâle.

Autre héroïne du film, Sita, mère guépard célibataire, élève ses cinq petits dans un milieu hostile où seulement 5% parviennent à l’âge adulte. Le casting de Félins n’a rien à envier à celui du Roi Lion. Deux mois furent nécessaires pour débusquer les acteurs. « J’ai commencé à tourner dans le Masai Mara en 1986 et je savais, par expérience, qu’on pouvait faire un film avec des personnages forts et totalement réels. La vie de ces animaux est shakespearienne », raconte Keith Scholey, réalisateur, figure du documentaire animalier britannique et ancien directeur des programmes à la BBC.

Travellings spectaculaires

Le défi était d’obtenir une histoire sans trucages, à partir d’un scénario imposé par la nature. Sur deux ans de tournage, une vingtaine de jours seulement offrirent leur lot de péripéties cinégéniques. « Certaines scènes sont tellement cinématographiques qu’on les croirait travaillées mais nous ne sommes jamais intervenus sur les faits, sauf une fois où nous avons remplacé Sita par une de ses filles, accompagnée de son petit », avoue Keith Scholey, fier d’avoir suivi la trace du guépard sur trois générations. Des caméras ultraperformantes ont permis de capter la vie sauvage dans ses moindres détails. « Rendons hommage à la caméra grande vitesse Phantom qui nous a permis de capter jusqu’à 450 images par seconde. A ce rythme, on perçoit chaque mouvement, chaque muscle, chaque tendon… Les guépards en chasse sont extrêmement difficiles à filmer et nous y sommes arrivés comme personne avant nous. Compréhension du terrain, préparation, positionnement… Il est très difficile de le cadrer en pleine course sans perdre le point », raconte Alastair Fothergill, coréalisateur.

Avec des pointes à 105 km/h, la course d’un guépard, pratiquement imperceptible sur un écran de télévision, est visible dans ses moindres frémissements dans le long métrage. Utilisée pour la première fois sur Océans, de Jacques Perrin, la caméra Cineflex, conçue pour un usage militaire, a permis, elle, de réaliser des travellings spectaculaires depuis les airs, grâce à une très longue focale. Pour accentuer l’effet dramatique, l’équipe a joué sur la couleur – certaines scènes sont assombries – et la vitesse : tout le film est ralenti à 30 images par seconde, ce qui décompose la course des félins et accentue leur stature.

Rigueur scientifique

Dans Le Roi Lion, on se fichait que le scénario du sauvetage d’un lionceau par un suricate et un phacochère manque totalement de crédibilité. Félins, en revanche, refuse toute entorse à la rigueur scientifique. Sarah Durant, membre de la Zoological Society of London qui travaille depuis vingt ans à la sauvegarde des félins, a assuré la cohérence du script et noté son intérêt pour l’étude du comportement animal : « L’une des séquences montre des lions et des guépards traversant la rivière Mara. Nous savions qu’ils pouvaient franchir des cours d’eau, mais les voir braver une rivière aussi grande et infestée de crocodiles est fascinant. Ce genre d’observation est particulièrement utile pour savoir ce qui constitue une barrière, parce qu’il faut les dissuader de sortir de leur réserve protégée. » Créée en 2008 dans la foulée du succès de La Marche de l’empereur, c’est la société de production DisneyNature qui est derrière Félins. Elle renoue ainsi avec la tradition du documentaire animalier sur grand écran. Comme un pied de nez aux prodiges du cinéma de synthèse façon Avatar, le blockbuster animalier Félins sublime le 100% naturel. 

Félins, de Keith Scholey et Alastair Fothergill, en salles le 1er février.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter
2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • C’est vraiment super impressionnant comme images, pour avoir vu ces félins en vrai, cependant il faut continuer à protéger ces formidables bêtes. Je ne suis pas contre le fait de les filmer mais il faut penser à tout de même garder leurs vie privés intact, d’ailleurs pour ceux que ça intéresse ce site de lion propose un blog allant plus en détails.

    Au Plaisir

    Francis

    13.11 à 18h59 - Répondre - Alerter
  • Le film, s’il contient effectivement de très belles images, donne une image très réductrice de la vie des ces magnifiques animaux. Leur sexualité est complètement mise de côté, au profit de la seule lutte pour la survie et le territoire. De même, on retrouve le côté manichéen habituel dans les productions Disney : le gentil lion qui a une dent abîmée, le méchant qui veut envahir leur territoire. Que la violence soit aussi largement atténuée peut se comprendre si la cible du film est un jeune public (quoique), mais donner une vision si réductrice de la vie de ces bêtes est bien dommage.
    Quant à la réalisation, vous parlez des prouesses techniques et du film ralenti à 30 images/secondes, certes, mais l’effet à l’écran est contraire aux intentions initiales, on ne ressent que très rarement leur vitesse réelle, trop de ralentis !! Quel dommage !
    En bref, avec ce sujet en or, le film passe complètement à côté de la plaque, et s’il peut amuser un enfant de 8 ans, il ennuiera ses parents, lesquels se rattraperont avec les documentaires de la BBC, beaucoup plus intéressants et moins puritains.

    8.02 à 22h26 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité