publicité
Accueil du site > Actu > Opinion > « Il faut dissoudre le FMI ! »
20-05-2011
Mots clés
Macro-économie
Monde
Chronique

« Il faut dissoudre le FMI ! »

Taille texte
« Il faut dissoudre le FMI ! »
(Légende photo : Une manifestation contre les mesures d'austérité dictées par le FMI à Dublin en novembre 2010 - Crédit photo : infomatique/flickr )
 
DSK a démissionné du FMI. L'occasion de repenser le rôle de cette institution. Et pourquoi pas de la dissoudre tout bonnement ? Une mesure réclamée par Damien Millet et Eric Toussaint du Comité pour l'annulation de la dette du Tiers Monde.
Le Baromètre de cet article
ÉCOLOGIE SOCIÉTÉ ÉCONOMIE
SUR LE MÊME SUJET

Est-il possible qu’un directeur général du FMI aille au bout de son mandat  ? La question peut sembler incongrue tant le poste est envié et lucratif (environ un demi-million de dollars de salaire annuel net d’impôt), et pourtant elle est d’actualité. Accusé d’agression sexuelle à New York, Dominique Strauss-Kahn vient de démissionner un an et demi avant la fin de son mandat. Sans ce scandale, tout laisse à penser qu’il avait décidé de se présenter à l’élection présidentielle de 2012 en France et, pour cela, il aurait également dû présenter sa démission.

Déjà les deux précédents directeurs ont abrégé leur présence à la tête de l’institution pourvoyeuse d’austérité et de régression des droits sociaux. En 2007, la démission de l’Espagnol Rodrigo de Rato, deux ans avant la fin de son mandat, avait constitué une surprise. Quelques mois plus tard, il intégrait le service international de la banque Lazard à Londres, avant de devenir membre du conseil consultatif international de la banque espagnole Santander. Il faut dire que sa nomination en 2004 avait aussi été inattendue, quelques jours seulement après la défaite électorale du gouvernement dirigé par José Maria Aznar auquel il appartenait. Comme si un rejet populaire au niveau national pouvait ouvrir les portes de la direction d’une des plus grandes institutions multilatérales…

Des peuples européens saignés aux quatre veines

En 2004 aussi, l’Allemand Horst Köhler avait pris de court le monde économique en démissionnant du FMI pour prendre la présidence de la république allemande, titre hautement honorifique et bien moins en vue que celui de directeur général du FMI. En 2000, au contraire, le départ du Français Michel Camdessus était plutôt la conséquence de la grave crise en Asie du sud-est : il faut dire que l’action du FMI, qui était venu en aide aux créanciers ayant réalisé des investissements hasardeux et avait imposé des mesures économiques aggravant la crise et provoquant la mise au chômage de plus de 20 millions de personnes, était très fortement contestée.

Après plusieurs années de forte contestation, notamment dans les pays du Sud durement touchés par les mesures antisociales imposées aux forceps, le FMI a été remis en selle par le G20 afin de gérer la grave crise internationale qui a éclaté en 2007-2008. Au lieu de tirer les enseignements de cette crise, due à la déréglementation massive du secteur financier qu’il a lui-même prônée, le FMI poursuit depuis lors avec la même logique, imposant aux pays du Nord des mesures désastreuses comparables à celles imposées au tiers-monde depuis trente ans. Les mêmes erreurs sont répétées, le même fiasco s’annonce, les peuples européens sont saignés aux quatre veines. La Grèce, l’Irlande et le Portugal sont actuellement les plus touchés. La crise est le prétexte pour appliquer au Nord une stratégie du choc tragique en termes de développement humain.

Une nouvelle structure pour garantir les droits fondamentaux

DSK n’a pas dévié de cette ligne. Le FMI d’aujourd’hui est le même que celui d’hier et il sert la même logique que nous avons toutes les raisons de combattre fermement. Des mouvements altermondialistes comme le CADTM réclament depuis des années sa dissolution et son remplacement par une institution aux objectifs radicalement différents, dont la priorité absolue serait la garantie des droits humains fondamentaux.

Depuis plus de soixante ans, le directeur général du FMI est européen et le président de la Banque mondiale est états-unien. Aujourd’hui, le risque est grand qu’une fois de plus, on nous rejoue le même refrain : en mai 2007, suite à une sombre affaire de népotisme qui a poussé Paul Wolfowitz à démissionner de la Banque mondiale, les dirigeants européens ont accepté son remplacement par Robert Zoellick en échange de la certitude de pouvoir continuer à nommer le directeur du FMI. Comment ce système inadmissible de double cooptation euro-américaine peut-il encore continuer ? Le critère de nationalité doit laisser la place à un critère d’orientation générale et de compétence : après plus de soixante ans de choix catastrophiques, la direction du FMI doit mettre la clé sous la porte et ouvrir la voie à une nouvelle structure chargée de renverser radicalement la logique à l’œuvre.

Il faut en finir avec ce modèle économique qui n’a réussi qu’à rendre les riches plus riches et les puissants plus puissants. Il faut en finir avec ce modèle économique qui a échoué puisqu’il est le terreau sur lequel se développent la dette, la pauvreté et la corruption. Comme la Banque mondiale, le FMI en a été l’un des principaux promoteurs et porte donc une lourde part de responsabilité. Il doit rendre des comptes sur son action passée. Changer d’équipage relève de l’anecdote. C’est la question du maintien du FMI lui-même qui doit être posée.

A lire aussi : FMI : à quoi devrait ressembler sa mission

Sources de cet article

- A paraître : La Dette ou la Vie, Aden-CADTM, 2011.

Faites réagir vos proches, diffusez l'info !
Vous aimez Terra eco ? Abonnez-vous à la Newsletter

Professeur de mathématiques et porte-parole du Comité pour l’annulation de la dette du tiers monde (CADTM-France).

Président du CADTM Belgique

2 commentaires
TOUS LES COMMENTAIRES
COMMENTAIRES SÉLECTIONNÉS
RÉPONSES DE LA RÉDACTION
Trier par : Plus récents | Plus anciens
Affichage : Voir tout | Réduire les discussions
  • Le FMI, c’est une sorte de médecin des états.
    Et chacun peut penser ce qu’il veut des prescriptions du médecin.

    Mais on n’est pas obligé de suivre ses prescriptions : on peut choisir de se débrouiller autrement !

    Le vrai problème est la maladie !
    Pourquoi tirer sur le médecin, alors que l’on peut choisir de se passer de ses services !

    7.06 à 22h46 - Répondre - Alerter
  • Si une orientation différente du FMI.
    La première question, que nous avons à nous poser est de savoir :
    « Comment depuis sa création l économie mondiale et locale a évolué ? ».
    Il faut penser que ce n est pas le problème financier qui sera la clef de cette réponse. Bien que l on veuille, qu il en soit l auteur le problème de l évolution, des économies, est en priorité la destruction des lois de l équilibre économique dans sa majorité, qui voulait que la consommation soit liée à la production et la production au travail. L ouverture des marchés, les délocalisations des entreprises vers les pays dits sous développé, on détruit les fondements régulateurs de nos économies qui existaient, que par le fait que l on les considérait dans un système fermé.
    Comment peut-on réguler des marchés qui se trouvent de ce fait tomber sur les lois de la stochastique. Ce n est pas en apportant de l argent au pays émergent dans un but d enrichir ceux qui ont détruit les lois de notre économie, que l on pourra résoudre énigme de faire que les pays en voie de développement, vont devenir des pays identiques au notre et que nous pourrons de ce fait rééquilibrer nos économie par un alignement parfait.
    Car le point essentiel de cette théorie « le monde va devenir un grand village » est directement détruit par le fait que la chaotique, nous dit que la turbulence augmente lorsque le rayon s agrandi. C est bien cela que nous observons et à cela vient ajouter le fait que les pays émergents n ont aucun intérêt à voir leur peuple prospérer. C est la misère qu ils entretiennent la minorité agissante, qui est le part de succès, dans les parts de marchés. A cela ils ont la bénédiction des industriels des pays développés, qui se sont délocalisés pour bénéficier de l exploitation de cette misère avec les autorités en place. Qui leurs permettent de produire à bon marché, pour pouvoir faire la culbute sur les marchés Européen et Américain.
    Ou le FMI peut agir ? Ce n est pas par des apports financiers, mais par des moyens qui poussent les pays émergents de répartir les richesses par la répartition du travail et la répartition des bénéfices aux masses actives. Quel en soient les pays concernés. Car avant de parler d écologie, notre société dite évoluée, aura disparue pour devenir otage d une minorité, issu des pays émergents qui auront transformés nos pays dit développer en pays d économie passive, qui ne pourront plus se reconvertir en économie active.
    Quant à l écologie ? Il faut changer la donne. Se dire, que la mer est replie d eau, qui peut devenir potable, à pas cher, par une osmose inverse statique et produire de l hydrogène, par batteries solaires. L hydrogène étant transportable et non polluant (redevient de l eau après combustion, il sert et à servie à faire fonctionner les fusées) nous avons là énigme de la résolution économique, que nous cherchons. Le seul problème est d interdire aux bricoleurs éventuels, de produire lui-même son hydrogène personnel ? Donc ce procédé n a pas cours dans les grandes idées.
    Nous voyons que le problème du FMI financier, n est point ce qu il faut faire pour avoir l équilibre économique retrouvé. Qui nous permettra la pérennité de vie dans nos pays. Mais que le FMI devienne acteur principal des répartitions des richesses en équilibrant le rapport entre le capital et les forces de travail dans les différent pays. Afin que l équilibre général soit enfin rétabli, pour que le grand village des politiques rêveurs d une autre vie. Qu ils puissent rêver sans ennui. Si-nous continuons dans notre voie actuelle, nous allons tous à notre perte et les pays dits développés seront les premiers touchés par la perte de leur emplois et la sérénité de leurs foyer.

    22.05 à 15h47 - Répondre - Alerter
PUBLIER UN COMMENTAIRE

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

  • Se connecter
  • Créer un compte

publicité
publicité
publicité
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
publicité